à la Une

Top 10 des clichés anti prolos dangereux pour la lutte des classes dans les fictions.

 

 

 

 

 

IMG_1008

 

Livres, films, séries télés ou encore jeux vidéos quelque soit la forme d’une fiction en général ces créateurs ne sont pas des prolos et son histoire tourne autour des hautes classes sociales et de leur glorification, Dallas fait un feuilleton des richissimes américains et leurs histoires de famille, James Bond héroïse un agent secret blindé de thune, Iron Man et Bat Man transforme des hommes fortunés en Super Héros et bien des œuvres de Fantasy  ou des fictions pour enfants du Roi Lion au Seigneur des  Anneaux lient le retour de l’ordre et de l’harmonie au retour du roi et tendent à peindre les monarchies comme des utopies idylliques. Bref, les mondes fictifs célèbres et populaires le plus souvent mettent en scène et dépeignent sous un beau jour exclusivement des personnes riches. Parfois des prolos sont présents, généralement au second plan dans les personnages secondaires comme par exemple la servante ou la bonne à tout faire dans bien des œuvres littéraires notamment les classiques appris à l’école comme Racine, Molière et tout ça (oui je sais c’est ancien mais le présenter comme on le fait souvent à l’école sans contextualiser la pièce et analyser le point de vue de classe qui s’y exprime ça revient à éviter d’apprendre aux enfants à comprendre comment fonctionne les classes sociales et c’est clairement un choix des programmes de l’éducation nationale). Encore plus rarement il arrive que des personnages prolos soient mis au devant de la scène dans les personnages principaux, ce n’est pas fréquent qu’ils soient plusieurs. Deux schémas principaux existent, le plus souvent on a un prolo perdu au milieu d’un tas de riches et quelques fois on a une fiction sur des prolos et leur milieu de prolos faite à 100% par des gens qui n’en sont pas. Les œuvres par des prolos, sur des prolos sont généralement des œuvres indépendantes au succès de niche et dont le public n’est le plus souvent pas le grand public et bien sûr il existe aussi des œuvres faites par des prolos, sur des prolos et pour des prolos à grand succès mais ça c’est un cas de figure bien plus rare sur lequel je m’attarderais dans un autre article. Ici je veux juste analyser les dix pires clichés à mon avis sur les prolos dans les fictions à grand succès et en quoi ils sont utiles aux classes sociales élevées pour maintenir les prolos dans une conscience de classe faible et donc éviter que les prolos servent leurs propres intérêts et les pousser à servir ceux des classes possédantes c’est à dire à se tirer une balle dans le pied vu que leurs intérêts sont directement antagonistes à ceux des classes possédantes.

Top 10 des pires clichés de fiction dangereux pour nous les pauvres et utiles à la propagande bourgeoise :

10- Classes laborieuses, classes dangereuses : Ce cliché montre la puissance du prolétariat et la peur que les riches en ont mais il montre aussi les pauvres comme naturellement viciés, mauvais et tendant toujours vers le mal et associe donc dans la tête de plein de gens l’idée de lutter contre le système capitaliste et la propriété à quelque chose de mal quand on est pauvre. D’ailleurs à votre avis pourquoi les couleurs de la lutte des classes le rouge et le noir sont celles des méchants hollywoodiens? Ce n’est pas un hasard le but est d’associer lutte des classes : le mal, l’extrémisme dans l’esprit des gens. Le rouge du communisme qui représente le sang des prolos tués par le capitalisme devient le rouge du sang des supposées victimes des très méchants anticapitalistes et le noir de l’anarchie qui représente le refus des partis politiques et de l’autorité et la mort en hommage aux défunts anarchistes morts pour leurs idées émancipatrices devient le noir du mal absolu et du chaos, du désordre qui y sont associés et paf grâçe à la narration des fictions capitalistes les prolos et les courants politiques anarchistes et communistes deviennent la représentation d’un mal violent, sanguinaire, fanatique et chaotique qui plonge le monde dans le désordre et plus personne ne veut y être associé. Ça a l’air de rien mais vu le nombre de prolos aux idées progressistes qui refusent de devenir révolutionnaires car ça leur paraît trop extrême, violent et fanatique clairement ce type de propagande contre la résistance au capitalisme est efficace.

9-Les prolos sont cons dans les fictions capitalistes, rares sont les pauvres qui brillent par leur culture, leur réussite scolaire, leur capacité d’analyse, leur aptitude à voir au-delà des apparences et des clichés, leur sagessse, leurs connaissances dans un domaine précis non manuel ou tout autre caractéristique associée de façon stéréotypée à la notion d’intelligence. Les bourgeois qui pondent ces fictions montrant des prolos de cette façon démontrent clairement qu’ils pensent les pauvres comme leur étant génétiquement inférieurs en terme de force et d’intelligence. Le darwinisme social n’a jamais disparu de la conception bourgeoise du monde où il reste une idéologie marquée et majoritaire. Cet article par exemple l’illustre bien :

http://www.slate.com/articles/health_and_science/science/2014/01/social_darwinism_and_class_essentialism_the_rich_think_they_are_superior.html

L’essentialisme de classe comme le nomme les chercheurs est bien pratique pour les bourgeois mais les prolos n’ont aucun intérêt à se croire faibles et bêtes par rapport à leurs patrons, cependant le cliché est tellement répandu par la propagande bourgeoise que même eux y croient. Moi même j’ai bien du mal à ne pas me sentir inférieure en force et en intelligence à ceux qui réussissent dans les études et le travail au point d’être ou de devenir bourgeois et une partie de moi leur envie cette capacité que je n’ai pas. Il semble d’après cette étude que les pauvres croient moins que les riches que la richesse est liée à la force et à l’intelligence mais semblent y croire trois fois  plus que ce n’est vraiment le cas selon les études génétiques à ce sujet (qui exagère sans doute le lien entre richesse et force physique et intelligence comptée en points de QI en omettant ouvertement que le QI a été créé selon des critères d’intelligence détérminés par la bourgeoisie et que les divergences d’accès aux soins entre riches et pauvres semblent une meilleure explication de différences physiques entre les deux que la génétique qui n’en est probablement que le reflet. De plus on notera qu’il est pratique au bourgeois de se croire physiquement supérieurs aux pauvres dans l’absolu mais que dès qu’on parle de travaux manuels d’un coup ils deviennent trop frêles et de faible constitution pour les effectuer et les prolos deviennent des colosses surhumains à la force invincible qui s’en charge donc puisqu’ils y sont seuls aptes dans les discours bourgeois. C’est le fameux coup vieux comme le monde de les pauvres sont le corps sans la tête et les riches la tête sans le corps et donc ils ont besoin l’un de l’autre pour vivre, c’est un non sens mais presque tout le monde y croit un peu tant cela nous a été dit et répété par les moyens de diffusion de l’idéologie bourgeoise. C’est utile de défaire cette idée pour lutter contre le capitalisme vu que forcément on est plus efficaces dans le combat quand on se pense égal à son adversaire que lorsqu’on croit qu’ils nous est très supérieur physiquement comme intellectuellement. C’est pourquoi tout cliché qui entretient l’essentialisme de classe sociale est dangereux pour les prolos.

8-Les clichés des fictions créés par les bourgeois font souvent de tout les prolos des tarés irrationnels et incohérents, imprévisibles et incompréhensibles, au-delà même de la psychophobie de cette vision des prolos ce que ça a de dangereux c’est que ça revient à faire diffuser l’idée que toute action ou parole d’un prolo n’a aucun sens et donc à dépolitiser toute initiative ne provenant pas d’un bourgeois. Excuse parfaite de pour quelle raison 70% du temps de parole en espace public est réservé aux CSP+ donc aux bourgeois en France et de pourquoi le travail des pauvres est invisible et payée une misère sans que ça révolte, sans qu’on se demande pourquoi être ouvrier fait gagner moins qu’être patron en travaillant autant et même généralement plus que le patron. Cela lié à l’essentialisme de classe sociale empêche des révoltes collectives de prolos contre le capitalisme en empêchant l’accès à des groupes de prolos politisés aux espaces de paroles et d’actions publiques. Voilà pourquoi ce cliché est utile aux riches et néfaste aux pauvres.

7-L’ouvrier dans les médias produits par des bourgeois quasi tout le temps c’est le même cliché, le même homme blanc cisgenre hétérosexuel occidental, chrétien ou à la limite non croyant parfois, valide physiquement, psychologiquement (oui car la folie des ouvriers dans la propagande bourgeoise est naturelle à leur biologie et les rend violent sans raison contre les bourgeois elle est gênante pour les bourgeois jamais pour les ouvriers eux mêmes qui sont « mystérieusement » immunisés dans les fictions bourgeoises contre toute psychoatypie susceptible de rendre leur travail plus dur) et neurologiquement, adulte d’âge moyen (car montrer que les enfants et vieux prolos sont nombreux à vivre dans la misère et même à travailler horriblement dur pour une somme d’argent ridicule ça le fait moyen dans une fiction bourgeoise bien que ce soit vrai IRL dans de nombreux endroits du monde oú généralement les fictions bourgeoises s’attardent peu), d’apparence banale mais costaud et l’air benêt (il ne doit pas être beau car ça dans la fiction bourgeoise c’est réservé aux riches mais qu’ils soient tous moches risquerait d’être vexant pour une majorité de la population alors dans la fiction bourgeoise les seuls ouvriers moches sont les méchants prolos se rebellant contre l’ordre bourgeois histoire de renforcer l’association  dans l’inconscient collectif entre être moche et méchant), le plus souvent cet ouvrier est pauvre mais ne manque miraculeusement de rien et s’en contente du fait d’une sagesse épicurienne bien pratique et ne se plaint jamais de sa situation, il a plein d’amis qui lui ressemblent, il n’est surtout pas syndiqué et ne fait pas grève sinon il est méchant (sauf dans les fictions écrites par des bourgeois de gauche mais c’est moins fréquent que celles écrites par des bourgeois de droite), il est apolitique, respecte les valeurs style travail, famille, patrie, travaille systématiquement dans une usine car c’est le seul métier de prolo existant et comme il est sympa la bonté divine le récompense et comme par magie il s’enrichit et s’embourgeoise à la fin de l’histoire sans avoir rien fait qui le permette IRL. Le problème avec ce cliché c’est que c’est loin d’être représentatif du prolétariat ni en France ni dans le monde, en vrai plein de prolos sont non occidentaux, racisés, sont des femmes, sont LGBT+, sont handicapés, sont des enfants et des vieux (bien des enfants et des vieux en France et dans le monde vivent sous le seuil de pauvreté), ont des apparences, des capacités physiques et des capacités intellectuelles variées dans des domaines divers, des opinions politiques, philosophiques et morales diverses, un capital social variable, des opinions variées sur les notions de travail, famille et patrie, plein de métiers possibles( des métiers de prolo il y en a plusieurs milliers quand même et seul le tiers des prolos occidentaux font des métiers de la catégorie professionnelle ouvrier) et en Occident sont plus souvent employés de bureau qu’ouvrier d’usine en 2017, et le plus souvent IRL les prolos font tout ce qu’ils peuvent pour tenter de monter l’échelle sociale mais en vrai seul 1% y arrivent en moyenne et de nos jours les cas d’ascension sociale sont en raréfaction,les classes sociales se rigidifient et les rares prolos à pouvoir faire de l’ascension sociale sont des prolos avec de forts liens au monde bourgeois ce qui devient très rare vu que IRL les diverses classes sociales se côtoient de moins en moins. Le problème avec ce cliché c’est qu’il représente l’idéal bourgeois du prolo parfait selon eux et donc n’existe pas. Moins on y ressemble et moins on est visible et on a un poids politique comme prolo et la plupart des prolos n’y ressemblent en rien et ont zéro poids politique.

6-Le cliché des fictions bourgeoises dépeignant systématiquement la vie des prolos comme ennuyeuse, misérable, désespérante et pas intéressante est très violent car il renvoie aux prolos une image négative d’eux même et les frustre de tout ce que les riches peuvent faire et pas eux.

5-Le cliché des familles de fiction pauvres en théorie mais vivant comme des bourgeois avec une belle maison, une grosse voiture, des fêtes fréquentes et des vacances chères régulières est dangereux car à force d’y croire les gens pensent que tout le monde sauf eux mène ce train de vie là ce qui est faux et évaluent mal leur place sur l’échelle sociale. Or avant d’aller à l’école primaire les enfants ont tous conscience de leur statut social exact selon plusieurs études, la conscience de classe est naturelle et spontanée et il faut des années de propagande bourgeoise pour la diluer et faire en sorte qu’une majorité de prolos adhérent à l’idéologie bourgeoise. En primaire les enfants socialisent principalement dans des groupes de même classe sociale plus que dans des groupes d’une même ethnie au Royaume Uni  http://www.bbc.com/news/education-33329575 et il y a fort à parier me basant sur mon expérience personnelle que c’est le cas aussi en France, ces tendances apprises à l’âge du CP continuent et se renforcent à l’âge adulte. Classe scolaire et classe sociale sont très liées, il a été démontré que le principal facteur de réussite scolaire loin devant tout les autres et très loin devant les techniques parentales de bonne éducation est la classe sociale, l’école n’apprend rien elle ne sert qu’à rendre l’essentialisme de classe sociale biologisant plus discret et plus pernicieux en simulant un système qui donnerait des positions sociales en fonction des efforts, du travail et du mérite alors qu’en vrai l’école ne fait que justifier bancalement les inégalités sociales et économiques sur la base du degré d’adhérence aux valeurs bourgeoises mesuré par les diplômes obtenus qui sont comme cela a été analysé avant tout des badges en récompense de la soumission à l’ordre bourgeois. Une étude londonienne a même montré pour un million d’élèves que connaître le revenu de leurs parents permet presque systématiquement de connaître leur moyenne scolaire. En bref classe scolaire et classe sociale ne font qu’un. Du coup ce cliché est très dangereux car il pousse les gens à individualiser les raisons de leurs échecs qui sont en fait prioritairement sociales.

4-Dans les fictions bourgeoises un prolo ne peut être le personnage principal que dans deux types de contextes, le moins commun c’est dans un milieu 100% prolo et dans ce cas la fiction est en général une propagande de bourgeois de gauche pour rallier des prolos à leurs idées politiques et le cas le plus commun est celui où le prolo devient intéressant car il vit un scénario interclassistes en devenant l´ami ou la conquête amoureuse d’une personne de la haute société, le problème avec ces scénarios c’est qu’ils ont tendance à se baser sur une réalité rare et à la glorifier et l’idéaliser complètement comme si l’ascension sociale était le seul moyen pour un prolo d’être un protagoniste intéressant ça revient à sous entendre que la vie des prolos qui ne font pas d’ascension sociale n’a pas d’intérêt, dur pour les 99% de prolos qui n’ont pas d’ascension sociale au cours de leur vie.

3-Le cliché qui veut que les pauvres sont de sales assistés est dangereux car faux, permettant aux bourgois de couper les aides aux gens qui en ont besoin et aussi et surtout car il invisibilise le fait qu’on fait pas plus assisté qu’un bourgeois.

2-L’idée que pauvre : paresseux est très pernicieuse aussi car presque tout le monde y croit en çe qui concerne les plus pauvres que soi et en particulier les personnes très pauvres hors le plus souvent ces personnes sont atypiques, la plupart des personnes sans logis, en prison, en HP ou au chômage sont des prolos tout en bas de l’échelle sociale et atypiques, reprocher à des groupes principalement constituer d’handicapés pauvres et le plus souvent racisés de l’être c’est le sommet d’un système capitaliste, raciste et validiste, pour infos les riches bourgeois sont en France pour plus des deux tiers d’entre eux des personnes valides blanches issues de familles riches, ne me dites plus jamais que le déterminisme sociologique n’explique pas tout je n’y crois plus.

1-Le rêve américain, dans le même genre est pour les mêmes raisons le scénario de la personne qui réussit à s’élever socialement par le travail est dangereux car c’est le mythe anti prolo le plus répandu vu que c’est celui auquel on veut le plus croire quand on est pauvre et qu’on travaille dur mais aussi le plus létal, de nos jours la majorité des personnes pauvres se suicidant ont pour raison majeure de le faire de n’avoir pas pu incarner ce rêve, moi même sincèrement j’en suis très atteinte et si un jour je me tue ce sera sans doute principalement car je n’ai pas été en mesure de l’incarner. Dans le monde une personne se suicide toutes les 40 secondes la plupart le font pour cette raison principalement, ne me dites plus jamais que le capitalisme est le système économique et politique le moins meurtrier à avoir exister entre l’état dans lequel il a mis la faune et la flore, le nombre de guerres qui a jamais été aussi important que depuis que ce système existe (et qui sont meurtrières en masse depuis qu’il existe) et les suicides de masse qu’il a inventé, les répressions sanglantes de ceux qui luttent contre lui ainsi que les morts de faim, de soif, de maladies curables et de pauvreté qu’il n’a jamais empêché tout prouve l’inverse.

 

 

Publicités
à la Une

Pourquoi la domination des milieux militants par les petits bourgeois détruit les luttes.

100% garanti en pur haine jouissive anti bobo, parceque j’avais vraiment besoin de me lâcher, ne m’en excusez surtout pas 😊.

Article pour dire que j’ai trouvé un lien fort intéressant https://www.theguardian.com/global-development-professionals-network/2016/jun/08/burnout-activism-working-class-organising-with-middle-class-comrades écrit par une femme prolo psychoatypique qui a eu l’idée (que j’ai du mal à comprendre mais bon) de militer en milieu végan antispéciste et s’est donc logiquement retrouvé dans le milieu militant le plus bobo qui soit et en a eu ras le bol. Cet article exprime tout les trucs crevants et agaçants qui vont avec être prolo et militer dans un milieu à majorité bourgeoise, la fin me convaint pas déja car c’est pas demain que le véganisme et l’antispécisme me convaincront mais aussi et surtout car je pense pas qu’une lutte interclassiste ait un quelqu’oncque avenir pour moi la lutte dit être menée par des prolos sur tout les axes d’oppression où elle aboutira à rien.

Sauf que c’est le contraire qui se passe en fait. Déja en moyenne à la louche mais aussi au souvenir de Statistiques lues mais que je parviens pas à retrouver mais qui correspondaient à mon vécu 70% du milieu militant dans son ensemble est bourgeois particulièrement la majorité sont des petits bourgeois de culture bobo. Un truc insupportable entre tout avec eux c’est leur critique constante des prolos qui refusent de cautionner leurs mouvements de merde, franchement ils passent presque toute leur vie à cracher sur les prolos pas assez de gauche, pas assez militants et pas assez conscientisés à leur goût bref pas assez d’accord avec eux pour maintenir leur illusion qu’ils parlent au nom du prolétariat dont ils ne font PAS partie. En clair ils luttent plus contre les prolos que pour eux et la plupart des prolos l’ont pigé très vite et fuient ces milieux militants comme la peste. Mais il y a toujours des prolos naïfs/suicidaires et/ou manquant de conscience de classe qui pensent pouvoir retourner la situation et récupérer les mouvements militants pour leur classe sociale à eux tout seuls, je sais j’en ai fait parti en traînant douze années en milieu militant « de gauche » et le pire c’est que je continue à essayer de nous réappproprier nos luttes autant que je puisse y contribuer car je supporte pas de voir ces foutus bobos de merdes nous voler nos espaces de paroles et de luttes historique et mettre bien des nôtres directement en danger de mort de ce fait.

Brève revu de la cata actuelle des milieux militants

1- Médaille d’or : Milieu écolo en général et en particulier milieu autour de la question animale, champions toutes catgéorie du taux de bobos au centimètre carré, quelques rares et isolés prolos comme l’auteure de l’article en question tentent désespérément d’y faire entendre leur voix mais elles sont étouffés presque entièrement par le fait que ce milieu militant c’est Boboland. Dommage l’écologie est trop importante pour la laisser à ce genre de militants mais se réapproporier cette lutte c’est aussi vital que hardcore vu à quel point ils se la sont acccaparés. Ils se rendent même pas compte d’être un des pires dangers pour l’écologie, comme l’auteure le souligne les études scientifiques sur le sujet prouvent que les bobos écolos antispécistes sont bien plus dangereux de part leur niveau de vie pour l’environnement, la faune et la flore que les prolos n’en ayant rien à foutre vu qu’ils polluent bien plus que les pauvres qui n’ont pas autant de moyens qu’eux pour le faire. Tout est dit je crois.

2-Médaille d’argent : Le milieu féministe principalement classique mais le milieu féministe plus ouvert à la diversité des luttes c’est pas mieux côté voix des prolos, dans les deux cas 10% ou moins des féministe sont prolos et celles ci se reconnaisssent bien sûr absolument pas dans ces féministes bourgeoises et comme je l’avais dit précédemment 100% des femmes prolos considèrent que le féminisme en sa majorité ne les représentent pas. J’ai beau être féministe prolo j’en fais partie c’est devenu impossible d’écouter des féministes n’étant pas prolos pour moi ça donne trop envie de les finir à la dynamite.

3-Médaille de bronze : Un peu meme style le milieu pacifiste et antimilitariste et aussi ce que je connais du militantisme anti prison très rarement autogéré bien plus souvent mené par des anarchistes  bobos style charité. En fait ces mouvements sont majoritairement caritatifs et non violents et à écrasante majorité bobo et donc pas efficaces pour un sou. Ce qui est très con vu que les prolos avec des convictions similaires sont nombreux mais cette façon de militer est une vraie blague donc presque aucuns y participent.

4-Milieu LGBT+ : Pareil nettement dominé par les mecs blancs cis gays bourgeois, les bis et trans bobos ont déja du mal à y être entendus alors les LGBT prolos, même les mecs prolos blancs cis gays ne s’y reconnaissent pas, les gouines prolos surtout celles racisées prolos y ont beaucoup de mal et y sont encore plus rares et les bies, transgenres et autres minorités de genre et d’orientation sexuelle prolos y sont rarrissimes. Pourtant les prolos’LGBT+ ça manque pas mais ces mouvements ne les représentent pas du tout.

5-Luttes invisibles : antivalidisme antipsychiatrie notamment, anti agisme, anti aphrodisme, body positive, fat positive, contre l’oppression des minorités religieuses, antixénophobie, Sex positive, pro BDSM, pro polyamour etc… sont particuliers car très fortement dominés par des bourgeois mais des bourgeois un peu spéciaux et minoritaires face aux bobos que leurs préoccupations n’intéresssent pas en général, certains sont bobos eux mêmes beaucoup même mais pas presque tous comme dans les milieux précédents, il faut dire que ces milieux sont si petits qu’en terme de militants ils prennent tout ceux qu’ils trouvent, du coup on y trouve plus de grands bourgeois qu’ailleurs’en milieu militant mais aussi quelques prolos venus du haut prolétariat et avec un fort capital culturel et/ou social, bref ce sont souvent des milieux plus interclassistes mais toujours très dominés par les bourgeois et accessibles seulement à une miniscule partie du prolétariat.

6-Le milieu antiraciste et le milieu anti violences policières allant avec sont assez logiquement parmi les milieux militants les plus prolétarisés même si là encore c’est compliqué, la majorité reste petite bourgeoise même si rarement  bobo et la majorité sont des enfants de prolos parvenus à s’embourgeoiser et ont donc la mémoire des questions sociales et de la lutte de classes dans leur histoire familiale et sont donc bien plus supportables à écouter que les militants bourgeois blancs. Sauf que l’écart entre eux et les prolos avec beaucoup de privilèges comme moi ou meme juste les prolos blancs est plus faible qu’entre les bourgeois racisés et les prolos racisés et beaucoup plus faible que l’écart entre prolos blancs et prolos racisés. Du coup des alliances interclassistes entre petit bourgeois racisés et ouvriers blancs c’est plus aisés à créer que des alliances interclassistes entre racisés encore plus faciles à créer que les alliances entre prolos racisés et prolos blancs.  Les problemes principaux y sont le mépris de classe de la plupart des bourgeois racisés et d’abord et surtout le racisme d’une grande majorité de prolos blancs qui invisibilise les luttes des prolos racisés.

7-La lutte des travailleuses du sexe est un cas particulier c’est le seul mouvement avec celui des femmes voilées à ma connaissance à être majoritairement dirigé mondialement par des femmes racisées même si les orgas les plus connus sont blanches, et les militants les plus connus sont des hommes ou des femmes blancs à fort capital culturel et social même si rarement économique.

D’ailleurs le milieu militant est vraiment rempli de bac+5/+8 alors que la plupart des gens ont un bac+3, oui la majorité des prolos n’ont pas fait de longues études du coup les discussions permanentes de militants autour de x bouquin universitaire militant super long cher et jargonnant qui vient de sortir, x conférences ou la dernière sortie de x intellos militant que personne connaît hors milieu bobo militant c’est franchement relou et insupportable. Même moi qui me suis longtemps forcée à me politiser comme ça pour m’intégrer socialement dans ces milieux et qui aiment beaucoup lire et théoriser des trucs complexes j’ai horreur de ça c’est dire.

Enfin il y a la gauche politique militante classique, anarchistes, trotskistes et communistes autoritaires de nos jours très majoritairement en France en tout cas des bobos avec tout juste le tiers d’ouvriers alors que la majorité des gens votant pour des partis s’affichant comme ouvriers sont toujours des prolos même si la majorité des prolos sont bah très divisés politiquement de nos jours mais toujours plutôt conservateurs, plutôt à droite et plutôt procapitaliste. Bon en même temps plus on est bas dans l’échelle sociale plus on risque de dégringoler encore plus en cas de bouleversement social donc c’est pas si étonnant que ça en fait surtout quand la gauche prolo est inexistante ou en tout cas très invisibilisée. Bref tant que militer sera dangereux les prolos le feront pas et tant qu’il n y aura pas de lutte autonome des prolos militer ce sera militer pour les intérêts de la petite bourgeoisie bobo au détriment de ceux des prolos donc ce sera dangereux.

Heureusement des mouvements de prolos existent et n’appartiennent pas qu’à l’histoire et je compte profiter de ce blog pour visibiliser ces derniers comme j’ai commencé à le faire en faisant un article historique sur le mouvement des chômeurs. Bref pour moi un prolo qui survit au quotidien est un milliard de fois plus militant et anticapitaliste que tout ces bobos de merde qui m’ont fait perdre beaucoup de pouvoir d’action au final et ont fait la même chose au prolétariat en général.

En gros si vous vous demandez en tant que militants si vous êtes un petit bourgeois ou un prolo la réponse est simple si comme moi et cette fille (plus ou moins traduction de son article avec quelques  ajouts perso) :vous avez horreur de la tendance des militants bourgeois à considérer les prolos comme un bloc uniforme alors que de toutes les classes sociales forcément c’est la plus nombreuse et la plus variée, des stéréotypes sur les prolos que les militants bourgeois ressortent constamment, de leur militantisme élitisme de merde, de leur façon de considérer les prolos comme de la merde, des moutons ou des gens qui ont pas de cerveau, de leur façon de nous traiter constamment comme leur caution prolo, de leur romantisation de la pauvreté, du fait qu’ils squattent chez vous et nomment ça du tourisme social, du fait d’être méprisés pour vouloir manger, se loger et espérer un peu d’ascension sociale le permettant et d’être à la limite de se voir cracher au visage’pour ça, d’entendre toujours parler des prolos par des gens qui n’en sont pas et n’y connaissent rien et en parlent en se posant en experts en la matière oubliant alllegrement qu’ils passent leur vie à silencer les rares qui se coltinent de les fréquenter et supportent de les écouter en pouvant se retenir de leur foutre un pain avant la fin de leur blabla, leur façon de considérer les prolos comme à l’origine de toutes les oppressions et de tout les malheurs du monde (oui le capitalisme selon eux c’est à cause de la masse prolo pas assez de gauche pour vouloir changer le système), être regardée par vos camarades bourgeois comme une curiosité sur laquelle faire une thèse car vous êtes en milieu militant mais n’avez ni doctorat ni famille militante depuis la nuit des temps, être mal vu car on a d’autres trucs à foutre que militer comme survivre par exemple, être jugés et méprisés constamment du fait de sa classe sociale clairement perçue comme inférieure et de nos goûts vus comme beaufs, en avez marre d’entendre parler d’expériences qui seront toujours trop chères pour vous comme les voyages internationaux, le fait d’acheter une propriété ou les activités extra scolaire genre théâtre, golf et équitation comme si c’était universel alors que c’est méga cher impossible à envisager pour vous et qu’il vous est très dur de socialiser dans ces milieux là, marre que comme vous faisiez rien de tout ça et n’allait pas dans plein de restos et cafés mais au Lidl pour vous nourrir on vous juge directement et en vous le disant comme ennuyeux et ayant une vie ennuyeuse, marre que dès que la lutte prennent une forme un peu énervée organisée par des prolos elles est censurée par les camarades alors que lorsqu’elle est organisée violemment par les militants bourgeois mettant en danger des prolos elle est glorifiée, marre que ce soit impossible pour des prolos de parler de leurs vies de prolos sans être silencés en milieu militant, marre de la police du langage qui empêche tout les gens qui parlent normalement et refusent à juste titre de se coltiner une LV2 jargon militant politiquement correct pour pouvoir participer aux luttes soient systématiquement virés des milieux militants au point que vous pensez ce langage est plus un signe de reconnaissance pour exclure les prolos et rester entre bobos qu’un truc qui à quoi que ce soit de « safe »(traduction : sécurisant en langue militante bobo), comme l’athéisme obligatoire rebutant beaucoup de prolos cathos, juifs et musulmans voulant s’engager dans les luttes, marre que les gens au comportement et/ou aux habits trop marqués prolos soient toujours rejetés de ces milieux (c’est particulièrement vrai de certains banlieusards au look caillera et au langage téci authentique que j’ai vu très vite rejetés de ces milieux militants car leur simple existence ridiculisait les prétentions des militants bobos à savoir quoi que ce soit sur les banlieues étant inaptes à même comprendre la façon dont certaines personnes y parlent et aussi encore plus de comprendre la variété sociale, de comportements, de vêtements, d’origines, de cultures, de façon d’être racisés ou pas d’ailleurs car il y a aussi plein de blancs dans les banlieues pauvres, d’idéaux et d’opinions politiques des gens vivant dans les banlieues françaises pauvres pour de vrai et pas dans des clips de rap clichés), marre que toutes nos erreurs de français soient toujours soulignés par les militants bobos qui en font eux même plus que nous mais qu’on est pas en position de souligner, marre qu’on considère qu’on maîtrise forcément l’anglais à la perfection (d’ailleurs promis je traduit tout les articles et liens avec des choses écrites en anglais, supprime un Max de jargon militant et corrige toutes les erreurs politiques causées par le mépris de classe intériorisé sur ce blog des que j’atteins les 100 articles), marre qu’on nous engeule si on veut pas apprendre des langues étrangères car pour bien des prolos c’est plus une perte de temps qu’autre chose, marre aussi qu’on nous empêche de parler nos langues régionales qui ne sont pas des patois et n’étaient pas minoritaires avant que les bourgeois nous oppressent pour oser les parler, marre que les luttes pour préserver nos cultures régionales, les luttes indépendantistes et tout ce qui globalement sert à préserver, transmettre et faire prospérer nos cultures de prolos soit méprisé et taxer de raciste et nationaliste par des bourgeois militants quasi systématiquement blancs en prime, marre que les militants bobos parlent toujours aux militants prolos comme si ils avaient cinq ans, marre que notre diplôme et notre travail plus ils sont prestigieux socialement aux yeux des bobos plus ils nous donnent de crédit en milieu militant et qu’être chômeur ou pas très diplômé ou encore plus si on est sdf fait qu’on est vite très très méprisé comme si on était pas humain, marre d’être encouragé à faire des actions illégales dangereuse pour les prolos glorifiées par les militants bobos et d’y être fortement incités car les autres militants nous méprisent ouvertement si on y participe pas pour se retrouver en taule, en GAV ou avec les conséquences psychologiques de ça sans les moyens de payer quelqu’un pour nous aider avec ça tandis qu’eux ils ont un avocat qui les empêchent de risquer ça sans compter que vivre ces expériences est très différent selon la classe à laquelle on appartient (ce qui est encore plus vrai pour les prolos racisés d’ailleurs), mais marre aussi qu’ils nous méprisent quand on fait des choses illégales pour gagner de la thune même si c’est juste bosser comme baby Sitter au noir sans compter qu’en plus côté drogues et putes c’est les premiers consommateurs mais jamais ils ne laissent d’espace aux travailleuses du sexe ou au dealers dans leurs rangs d’ailleurs leur critique constante de la passion des prolos en particulier d’une catégorie très spécifique de prolos banlieusard racisés exerçant des métiers illégaux et donc criminalisés sur lesquels leur haine se concentre au prétexte que ceux ci auraient une passion du capitalisme et glorifierait l’argent facile, l’ascension sociale par le crime et la culture bling bling du fric avant tout c’est la preuve qu’ils ne pigent rien aux prolos, la fascination de l’argent et du pouvoir formidable qu’il confère c’est facile à critiquer quand on en a toujours eu mais si ils y étaient si étrangers qu’ils se le prétendre lutter avec eux coûterait moins cher et du fric ils en filerait pour aider les luttes des prolos qui leur en demandent au lieu de les dénigrer car ils en demandent (ok ça leur arrive de se la jouer charité mais ils ont une fâcheuse tendance à faire ça que quand les prolos leur ont rien demandé et que ça les met plus dans la merde qu’autre chose d’accepter la thune en question et surtout si ça les endettent), marre que nos réactions de prolos à leurs conneries soient censurés qu’on est passé le droit de se foutre d’eux ouvertement par exemple quand ils disent des trucs ridicules, marre de leur incapacité à écouter une critique aussi simple et légère qu’elle soit sans y mettre les forme pendant 3000 ans pour pas les offusquer, marre qu’ils sont infichus de parler clairement, simplement et directement mais toujours dans des longs discours fleuves  alignants les mots compliqués pour masquer la connerie du fond de leur pensée et les idées vagues, floues, sous entendues et référencés pour éviter que les prolos pigent qu’ils sont en train de lutter contre eux, marre de devoir parler en morse pour être compris par eux, marre qu’ils aient réussi à nous faire intégrer leurs codes de langage et penser en partie comme eux à cause du mépris de classe intériorisé colossal qu’ils nous ont instillé à force de les fréquenter en milieu militant, marre de pas pouvoir les secouer un peu violemment quand ils le méritent à cause de leurs privilèges de classe qui rend le fait de tenter de leur coller une droite dangereux pour moi même quand c’est pas l’envie qui m’en manque et marre qu’ils nous trouvent pas assez rebelles contre les bourgeois alors que ce sont nos patrons et leurs parents.

En gros test : Si tu te reconnais dans ce ras le bol tu es prolo, si ce n’est pas le cas et surtout si tu es outré par mon article et/où celui de cette fille, tu es un bourgeois militant, à en juger par les commentaires sous l’article de cette fille c’est flagrant. Deux exceptions à cette règle les gens qui vivent dans des pays où le militantisme prend des formes différentes de celles que j’ai décrites ici en termes de classe sociale et les quelques prolos tellement aliéné à la pensée bobo bourgeoise qu’ils ont intériorisé le mépris de classe au point de ne plus penser par eux même mais comme les bourgeois militants le leur ont appris, si vous avez encore un doute sur votre classe sociale maintenant demandez vous tout connement si vous avez le même capital économique que le militant moyen ou pas, si vous êtes aussi ou plus riche qu’eux vous êtes un bourgeois militant si ce n’est pas le cas vous êtes un prolo.

Et bien sûr ce test n’est applicable qu’aux gens ayant connu un tant soit peu un milieu militant de l’intérieur.

MAINTENANT les bourgeois militants faites un truc vraiment révolutionnaire pour une fois dans votre vie quand des prolos essayent de s’auto organiser sans vous FERMEZ VOS GEULES UNE BONNE FOIS POUR TOUTE ET LAISSER LES FAIRE MERCI D’AVANCE. Comme ça la révolution que vous vous impatientez tant de voir viendra beaucoup plus vite.

Cette fille et moi si on a connu le burn out c’est en grande partie à cause du taux abracadabrant de mépris de classe subi dans nos vies, mon burn out est complètement à cause de ça en fait personnellement et j’ai connu plein de militants prolos qui ont eu des dépressions, troubles anxieux et burn out militants pour les mêmes raisons, bon moi en plus je me suis coltinés les bourges pendant mes études aussi et c’était d’une violence qu’on peut pas imaginer sans la vivre. Bref j’ai choisi mon camp toute ma vie je lutterai pour les prolos et contre les bobos et si aux yeux des militants bobos ça fait de moi une gonzesse beauf réac facho et attardée tant mieux ça veut dire que je leur fait peur et donc que la lutte est efficace. Tremblez bobos l’heure de la fin de votre honteuse récupération politique et réappropriation culturelle des luttes et de l’histoire des prolos va bientôt sonner MOUHAHAHA 😈!

Et pour se moquer un peu des bobos car c’est gratuit et ça fait du bien :

 

 

 

 

à la Une

Comment qu’on se débarrasse donc des oppressions internalisées?

IMG_0942.JPGOppression internalisée c’est du jargon de militant qui se la raconte mais en vrai ça désigne une réalité assez simple : des groupes de personnes qui ont une position sociale inférieure dans notre société inégalitaire comme les femmes rapport aux hommes ou les pauvres par rapport aux riches par exemple ont un certain nombre de stéréotypes négatifs qui circulent sur eux, par exemple « les chômeurs sont des parasites sociaux », « les ouvriers sont bêtes », « les femmes sont nulles en maths » et j’en passe, on a tous déjà entendus ces phrases, quelqu’un qui internalise une oppression finit par croire consciemment ou non à une partie de ses clichés et agir en fonction de ceux ci que ce soit pour les contrer ou pour s’y conformer. Ces clichés sont diffusés et entretenus par les groupes sociaux dominants pour maintenir leur pouvoir sur les groupes sociaux dominés. Tout est fait pour qu’un maximum de gens considèrent qu’une personne dominée agit immoralement si elle agit d’une façon qui conteste sa domination et moralement si elle s’y soumet. Par exemple une fille qui joue au foot sera plus mal perçue moralement qu’une fille qui joue à la poupée car perçue comme pas féminine c’est à dire en train de contester l’ordre patriarcal et les normes de genre.

Tout ça c’est pas juste du blabla de militant, ça a des conséquences graves sur les individus et les groupes sociaux concernés que cela affaibli considérablement. La majorité des gens sur Terre appartiennent à au moins un groupe oppressé et il est impossible d’en être sans avoir internalisé partiellement ces oppressions. Mais comment ce débarrasser collectivement de ce problème qui fait que nous n’avons pas assez de force pour nous libérer collectivement des oppressions que nous subissons et qui a des conséquences directes sur nos vies?

En effet comme ça cela parait très abstrait mais au niveau des individus les oppressions internalisées ont des conséquences directes sur la santé physique et mentale des individus.

Il a été démontré par un nombre conséquent de recherches en sciences sociales, psychologie et médecine que les oppressions internalisées augmentent physiquement les risques de dysfonctionnement sexuel, de séropositivité et d’hypertension https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15359074 (cette étude montre que la sévérité de l’hypertension, la difficulté des personnes oppressées à percevoir leur oppression et le degré d’oppression internalisés sont corrélés).

De même psychologiquement il est prouvé que les oppressions internalisées sont la cause principale des psychoatypies suivantes : dépendance/ et addictions en tout genres, trouble dysmorphique corporel, troubles du comportement alimentaires (anorexie, boulimie et orthorexie), troubles anxieux (phobies, trouble panique, anxiété sociale, trouble de l’anxiété généralisée, trouble obsessionnel compulsif et trouble post traumatique) et dépression et que les envies suicidaires, tentatives de suicides et suicides effectifs y sont presque systématiquement reliés.

Cela veut donc dire que une des psychoatypies que j’ai eu et deux de celles que j’ai encore ont pour origine des oppressions internalisées.

Sur les groupes sociaux il y a également des effets délétères et il a été démontré que les oppressions internalisées sont la source principale des problèmes sociaux suivants : la peur de l’intimité, les conflits internes aux groupes opprimés, la détention d’un capital culturel, social et économique trop faible pour permettre la satisfaction des besoins premiers, les problèmes de couple, le déficit d’éducation sexuelle, les comportements à risques, le fait d’accepter de faire n’importe quoi au détriment de tout ce qui peut être important pour nous juste pour un travail salarié ou une autre source de revenus, l’acculturation, l’isolation sociale, les violences conjuguales, la croyance en des stéréotypes négatifs et avec leur transmission et leur perpétuation, la violence et les crimes violents meurtres inclus.

En résumé le monde serait bien plus agréable à vivre pour tous sans les oppressions internalisées et les gens seraient plus heureux si ils s’en débarrassaient. Oui mais comment? Bon déja il faudrait que les gens des groupes sociaux dominants arrêtent d’oppresser ceux des groupes dominés d’après ces recherches ça passe par trois étapes déjà accepter qu’être dans un groupe de dominant fait de nous des oppresseurs potentiels du fait de notre socialisation sur ces points. Par exemple en tant que blanche je peux avoir des comportements racistes sans m’en rendre compte du fait de ma socialisation dans le groupe dominant sur ce point, s’en rendre compte c’est la première étape pour l’éviter.

La seconde étape est d’éviter de culpabiliser individuellement les dominants de leur position sociale car cela a été démontré comme largement contre productif, les braquant et donc les rendant plus oppressifs. Ainsi par exemple dire à une personne qu’une phrase qu’elle à prononcé est sexiste fonctionne mieux pour la faire réfléchir à cela et devenir moins sexiste que de dire à cette personne qu’elle est oppressive envers les femmes car alors la personne va voir son image d’elle même mise en danger par vos accusations et pour se protéger se percevoir comme gentille et vous percevoir comme méchant et amalgamer ce que vous lui avait reproché avec ce que vous êtes, une femme, et du coup va devenir plus sexiste qu’avant.

Enfin quand une personne dominante n’ignore plus l’être et arrête de le prendre personnellement quand on lui reproche des comportements dominants car elle a compris que c’est sa socialisation qui la rend ainsi et que ça n’en fait pas une personne mauvaise pour autant sur un plan moral elle est prête pour entendre les conséquences des comportements dominants sur les personnes dominées et donc à vouloir supprimer les siens. La troisième étape arrive donc quand la personne dominante commence à devenir une sympathisante des causes des dominées et apprend petit à petit à les considérer et à les traiter de plus en plus autant qu’il lui est possible comme ses égaux.

Il faut bien se rendre compte qu’on est presque tous dominants sur certains plans et  dominés sur d’autres. On a donc tous avantage objectivement sympathisants des groupes sociaux dominés auxquels on n’appartient pas car ces solidarités interoppression accéléreront l’effet des luttes anti oppressives de chaque groupe dans un cercle vertueux.

Mais si lutter contre les oppressions qu’on perpétue comme dominant est le plus efficace pour les luttes collectives, lutter contre les oppressions internalisées que nous avons du fait d’appartenir aussi en général à des groupes sociaux dominés c’est important pour le bien être et la santé individuelles. C’est fondamental, en effet ce n’est pas égoïste de vous occupez d’abord de vous sur ce plan là car les oppressions internalisées c’est très dangereux et vu qu’elles sont la cause principale des suicides qui tuent environ une personne toutes les 40 secondes sur notre planète http://www.bbc.co.uk/news/health-29060238., qu’importe vos échecs, vos erreurs et leur gravité si vous voulez lutter à votre échelle contre les oppressions qu’importe à quel point votre action vous semble dérisoire, votre utilité sociale sera toujours plus forte si vous êtes vivants que morts. Du coup il faut s’en occuper et prendre ça au sérieux.

Mais comment? 13 moyens efficaces de lutter contre on étés identifiés :

1/Éviter le perfectionnisme autant que faire se peut. En effet essayer d’être le militant anti oppression absolu et se flageller à chaque fois qu’on y échoue c’est contre-productif et d’autant plus problématique que plus on est concerné par un nombre important d’oppressions plus on a de risque d’être éloigné de l’idéal du parfait petit militant car pour être un super-militant qui ne fait jamais d’erreurs politiques il faut beaucoup de privilèges en vrai. Et puis surtout car un trop grand écart entre qui on est et qui on aimerait être entretien une image négative de soi même et est donc dangereuse pour notre santé. Bien sur tout le monde n’a pas les mêmes capacités à éviter le perfectionnisme et si vous y tendez naturellement et avez du mal à vous en défaire bah la première étape c’est de ne pas vous autoflageller car vous n’êtes pas assez parfaitement antiperfectionniste à votre goût.

2/ Eviter autant que faire se peut le moralisme dans la lutte contre les oppressions intériorisées, arriver ou ne pas arriver à vous en défaire ne fait pas de vous une personne bonne ou mauvaise et si c’est dur pour vous que ça vous prend du temps cela ne signifie rien de plus que le fait que vous avez probablement subit beaucoup d’oppressions au cours de votre vie et ça vous n’y êtes pour rien. Vous réagissez comme vous pouvez. L’accepter c’est la première étape pour vous sentir bien par rapport à ça.

3/Ensuite il convient d’identifier les stéréotypes négatifs sur vous même et votre groupe social et ceux qui ont été intériorisés par vous et qui vous font le plus de mal car après tout autant vous débarrassez des plus dangereux pour vous en premier. Par exemple moi j’ai eu l’idée de cet article car j’ai passé une très mauvaise nuit hier à cauchemarder en me répétant en boucle dans ma tête des clichés et stéréotypes négatifs que j’ai interiorisés sur ma déficience empathique et mes traits autistiques donc c’est ça qui me fait le plus mal en ce moment et que je dois le plus vite faire sortir de mon cerveau pour mon bien être personnel.

4/ Une fois qu’on sait quels sont les stéréotypes qui nous font le plus mal il nous faut apprendre à identifier les comportements oppressifs causés par ses clichés ce qui fait reculer les oppressions internalisées car on perçoit mieux le fait que ce n’est pas nous qui sommes en tort d’agir comme on le fait mais l’autre personne qui a des préjugés sur un des groupes sociaux auxquels on n’appartient. Du coup on prend ces commentaires négatifs moins personnellement et on peut les mettre plus à distance. Par exemple si une personne pense que je ne l’écoutes pas car je ne la regarde pas dans les yeux, plutôt que de culpabiliser de n’avoir pas su respecter ce code social je me rendrais compte que cette personne ne comprend pas que comme un certain nombre de neuroatypiques je fais ça car ne pas la regarder dans les yeux m’aide à mieux réfléchir à ce qu’elle me dit et donc je l’écoute et si j’en ai l’énergie je le lui expliquerai au mieux que je puisse et j’aurais ainsi transformé un moment négatif pour nous deux en un moment positif pour nous deux.

5/Si ce qui est probable notre apparence n’est pas celle de la beauté incarnée et fait partie des choses qui nous complexe, essayer de trouver des personnes que l’on trouve belles et qui partagent certains de ce que nous percevons comme nos défauts physique. Moi par exemple qui suis en surpoids et donc visiblement grosse écoutez des chanteuses rondes et/ou grosses que je trouve belles me fait du bien sur ce plan là et m’aide à moins complexer sur mon poids.

6/Trouver des sources d’éducation/de culture sexuelle aussi inclusive que possible si besoin est. Par exemple je suis une femme handicapée polyamoureuse et j’aime le BDSM de temps à autre ça me fait donc du bien de lire des choses sur la sexualité écrites par des femmes, encore plus par des femmes handicapées quand je trouve ce type de ressources et de temps en temps ça me fait du bien de trouver des portraits positifs du polyamour et du BDSM. Pour les personnes qui contrairement à moi appartiennent à des minorités sexuelles oppressées ce point est encore plus important car avoir du soutien sur ce point peut beaucoup vous aider à lutter contre les oppressions intériorisées.

7/Apprendre la véritable histoire des groupes oppressés auxquels on appartient, par exemple j’ai été beaucoup plus à l’aise avec le fait d’être une femme quand j’ai découvert tout ce que nous autres femmes avons fait et à quel point notre rôle à été central et non secondaire dans l’histoire de l’humanité, cela a été pour moi une grande source de confiance sur ce point.

8/Pour moi et les adultes ça c’est trop tard mais si vous connaissez des enfants redoublez de vigilance vis à vis d’eux et dites/faites le moins de choses potentiellement oppressives devant eux car plus les stéréotypes négatifs sont intégrés jeunes plus ils sont difficiles à défaire. La seule chose qu’on puisse en faire une fois adulte c’est de se souvenir si on le peut de comment on à intégrer ces stéréotypes étant jeunes. Par exemple je sais que j’ai intégré les stéréotypes négatifs qui m’ont pourri ma nuit sur les traits autistiques et le déficit empathique de deux sources principales mes parents très validistes sur ce point et aussi et surtout les élèves qui me harcelaient à cause de ça au collège et au lycée, je voudrais bien que ce passé devienne un passé lointain qui n’a plus de conséquences sur mon estime de moi présente mais savoir que ce n’est pas le cas c’est déja une première étape pour allez vers ce but. Et si vous êtes mineurs et lisez ça n’écoutez surtout pas les gens qui se moque de votre physique, de votre culture ou de votre caractère, vous êtes vous et vous êtes très bien comme vous êtes.

9/Trouver des moyens de percevoir ses traits en vous qu’on vous à appris à détester car ils étaient liés aux groupes sociaux dominés auxquels vous appartenez comme positifs, cela peut passer par beaucoup de moyens mais les plus efficaces sont ceux qui sont ritualisés semble t’il. C’est à dire que trouver un moyen régulier de fêter votre appartenance à ces groupes dominés et la fierté qu’elle vous fait ressentir c’est très utile à la fois pour vous redonner de la force et en redonnez à ces groupes sociaux dans leur ensemble en les unifiant autour d’un événement qui les rend plus visibles, plus puissants et donc plus fiers. Prenons le fait d’être une femme par exemple comment le ritualiser? Cela peut être un événement annuel comme la journée des femmes du 8 Mars, une chose qui a lieu mensuellement, le fait de consacrer un jour qui vous semble signifiant dans le mois pour célébrer les femmes à votre façon comme je sais pas moi la pleine Lune par exemple (évidemment les évènements sociaux auxquels tous participent comme les fêtes sont plus efficaces mais on a pas tous la capacité d’y participer et je suis court sur ce point donc je fais comme je peux en inventant des rituels à ma façon, et tant qu’on y est on parle pas d’une chose religieuse plus de genres de célébrations style mini anniversaires), un jour de la semaine que vous y consacrer le Vendredi par exemple et/ou un moment de chaque journée bref pendant lequel vous faisez un geste quelquoncque qui signifie que vous y pensez par exemple dessiner un symbole féminin sur une feuille, vous collez un pins féministe sur la veste, écoutez une chanson qui vous parle enfin ce que vous voulez de court et de symboliquement signifiant qui vous connecte à cette expérience d’une façon qui vous donne de la fierté. Vous êtes pas obligé de faire tout ça un seul truc suffit si vous n’en voulez pas plus et vous pouvez en faire encore plus si ça vous amuse. L’idée c’est avant tout que ça vous corresponde, que ça vous parle et que ça vous donne de la force. Tout ce cirque doit par contre être très symbolique et imagé pour frapper votre « inconscient » et donc y imprégner cette fierté qui y remplacera progressivement la honte d’être d’un groupe dominé par de la confiance et de la sûreté. C’est le but de cela.

10/Se reconnecter avec les pans de notre identité dominés qui nous ont été arrachés par nos oppresseurs, par exemple je suis en partie d’origine Corse mais j’ai vécu loin de ma terre familiale et j’ai perdu énormément de cette culture par acculturation à la vie du continent, à chaque fois que je découvre quelque chose qui me permet de mieux comprendre ce qu’est la culture corse ça me fait du bien car ça me reconnecte avec mes racines et me renforce. Tout les groupes dominés ont leur culture propre par exemple lire des shojos, mangas pour filles, comme Fruits Basket par exemple ça m’a fait beaucoup de bien car ça m’a fait redécouvrir les forces féminines et les côtés positifs de la féminité et m’a beaucoup aidé à accepter cette part de moi que notre monde macho rejette à la période délicate de l’adolescence.

11/Prévention politiquement conscientisée des comportements suicidaires. C’est à dire que si vous ou quelqu’un d’autre est en proie à ce genre de sentiment vous devez essayer de mêler votre connaissance de la personne et des causes politiques du suicide et des envies suicidaires pour l’aider au mieux et chaque fois que vous en avez la capacité fissurez le tabou autour de ce sujet. Cela peut sauver des vies.

12/Pas de hiérarchie officielle, les groupes non officiellement hiérarchisés contrairement à ce qu’on pense d’ordinaire le sont moins que ceux ou les statuts hiérarchique de chacun sont clairs et il est démontré qu’une forte hiérarchisation des rapports sociaux augmente les oppressions internalisées. Alors passé autant de temps que possible dans les lieux non hiérarchisés fait du bien.

13.N’utilisez la non mixité qu’en cas où l’on est trop oppressé pour avoir accès à ses besoins autrement, cela car ne dépendre que d’un groupe restreint de personnes rend plus fragile surtout quand on n’a pas beaucoup de capital social, culturel et économique. Au début  ça m’avait étonné car la non mixité, fait de se retrouver seul avec d’autres personnes du même groupe social dominé que nous sans personne du groupe social dominant, soirée entre meufs par exemple, peut être un outil politique puissant contre les oppressions internalisées mais son utilité et ses risques varient beaucoup d’une personne à l’autre en fonction de notre statut social. Par exemple beaucoup de gens sont dépendants pour leur survie de personnes qui sur certains points les dominent socialement, une dame âgée dépendante de son fils par exemple. Donc là non mixité seulement si vous pouvez, quand vous pouvez et si ça vous est personnellement bénéfique.

Bien sur tout ça est diversement accessible d’une personne à l’autre alors ne suivez pas forcément tout, faites votre tambouille perso en vous aidant ou pas comme vous le sentez de ces conseils dont j’espère qu’ils seront utiles à quelqu’un et surtout prenez bien soin de vous et je souhaite que vous parveniez à surmonter les épreuves qui vous attendent, courage.

Dernier point important pourquoi certains ont plus de mal que d’autres à se débarrasser des oppressions internalisées? D’abord ce n’est pas une question d’efforts ou de force mentale, ceux qui n’y arrive pas ne sont pas feignants ni faibles, leurs difficultés ont de vraies explications. Souvent plus on est oppressé sur plusieurs plans on intériorise d’oppressions car elles se nourrissent des mêmes mécanismes et donc elles s’amplifient et se nourrissent les unes des autres. C’est pour ça que plus on est bas dans l’échelle sociale plus monter est difficile alors qu’il est nettement plus aisé d’en descendre. Votre statut social n’est pas une chose qui se change aisément, s’en vouloir de ne pas arriver à s’élever socialement autant qu’on le voudrait fait plus de mal que de bien. Comme on l’a vu les protections possibles contre ces effets d’oppressions intériorisées sont diversement accessibles à chacun ce qui est aussi lié au capital social, économique et culturel de chacun, basiquement plus on en a besoin moins on peut y avoir accès. Donc si vous le pouvez diffusez tout ce qui vous parait potentiellement utile pour ça à un maximum de gens c’est encore le plus utile.

En conclusion n’oubliez jamais de vous aimer autant que vous le pouvez car vous êtes quelqu’un qui a droit à l’amour (au sens large) puisque vous êtes une personne et ce droit est inaliénable pour toute personne, je sais que certains sont très seuls même si plus souvent on se croit seul mais on n’oublie qu’on est aimé de beaucoup. On est toujours important pour quelqu’un, vous n’imaginez probablement pas votre force et le nombre de vies que vos avez pu changer en bien au cours de la votre, nous autres humains sommes tous membres d’une même société et apportons tous notre pierre à cet édifice, ce n’est qu’ensemble qu’on peut construire la suite de cette histoire. Ne croyez pas qu’apprendre à vous aimez fera de vous une personne égocentrique, ne vous l’interdisez pas en croyant erronément cela, la plupart des humains sous estiment la force qu’ils ont, la redécouvrir vous rendra plus indulgent envers vous même et par la même envers autrui, vous comprendre et vous aidez à la mesure de vos moyens ne peut que vous rendre plus gentil avec tout le monde et donc plus à même de convaincre les autres de vous suivre sur ce chemin et de changer ce monde en un endroit meilleur ensemble. Vous êtes ceux qui porte en eux la lumière des lendemains qui chanteront puisque vous êtes là pour les construire. Cela parait mystique comme ça mais en fait ça se résume en une seule idée très simple, vous êtes tous formidables, ne l’oubliez jamais.

 

 

 

 

 

 

L’Union Européenne force Google, Twitter et Facebook à intensifier la censure sur Internet. Dans quel but?

La liberté d’information sur Internet dans l’Union Européenne est de jour en jour plus réduite, cela du à de nouvelles mesures imposant à Google, Facebook et Twitter l’obligation sur les sites Internet hébergés dans des pays membres de l’UE de censurer automatiquement dans l’heure suivant sa diffusion toute information contrevenant à leur nouvelle loi qui vise tout contenu jugé illégal.

C’est à dire? Sont principalement ciblés des contenus terroristes, d’incitation à la haine et à la violence, d’exploitation sexuelle d’enfants, de produits contrefaits et de violation du droit d’auteur.

Enfin…ça c’est la version officielle. La réalité est que la cible véritable de cette loi est tout autre. Sachant d’ores et déjà que ces entreprises laissent la gestion de ces censures à des services informatisées et que par conséquent il est très difficile de faire valoir auprès de leurs responsables difficilement atteignable une censure abusive ou complètement à côté de la plaque d’un contenu en vérité c’est la liberté d’expression de tout le monde qui est menacée sur Internet dans la mesure où n’importe quel créateur de contenu peut facilement être ciblé par erreur par ce genre de politique sans vraiment pouvoir le contester. Et se faire retirer sa monétisation pour ceux dont leurs contenus sur Internet est leur principal outil de travail d’autant que Youtube fonctionne de façon similaire ce dont de très nombreux créateurs de chaînes Youtube aux contenus très divers recouvrant tout et n’importe quoi et pas du tout terroristes, la cible principale officielle de ces lois étant soi disant le terrorisme islamique, se sont plaints à juste titre à de maintes reprises d’autant que nombre d’entre eux se retrouvent précarisés par ces politiques étant donné que la monétisation est ce qui leur tient lieu de salaire et leur permet de continuer à animer Internet de la sortie de contenus réguliers qui à cause des problèmes liés à ces contraintes dues à la censure du net qui augmente se voient forcer à se diriger vers une baisse globale de leur qualité, quantité et diversité de contenus déjà observable auparavant et qui si on laisse faire cela ira en augmentant considérablement. Les médias du web offraient jusqu’à présent une alternative, ils ne seraient alors plus qu’une télé au rabais? Est ce vraiment ce que l’on veut? Non, c’est ce contre quoi toute la culture Internet se bat depuis qu’elle existe alors ne laissons pas cela se faire.

Qui est le premier visé par ces mesures politiques vraiment? Et bien les contenus « extrêmes » c’est à dire principalement :

1-Tout contenu politique dénonçant les guerres perpétrés par les bourgeoisies occidentales au Moyen Orient et la responsabilité de l’OTAN dans celles ci.

2-Les gens qui parlent de terrorisme dans leurs contenus surtout si c’est pour expliquer l’histoire et l’origine du terrorisme islamique actuel et ses liens avec le pouvoir américain notamment avec la CIA dont les fonds ont contribué à la fondation de ces deux organisations.

3-Et d’ailleurs tout les gens qui critiquent des activités et interventions de la CIA diverses et variées tant par rapport à cette organisation secrète américaine les interventions illégales hors de son territoire et scandales de type crimes contre l’humanité ne manquent pas de son investissement dans le secteur culturel pour financer de la propagande procapitaliste (cf reportage Arte : Quand la CIA infiltrait la culture : https://www.youtube.com/watch?v=58QTcf_mFag), aux récents scandales de piratages dévoilés par Wikileaks (dont le fondateur Julien Assange ayant dérangé trop de puissants est actuellement en train de risquer d’être expulsé d’Équateur après avoir fâché le gouvernement du pays en le contestant, risque malgré une fausse promesse britannique de le faire transférer en asile politique dans un pays sans peine de mort de finir envoyé aux Etats Unis…pays où les autorités ne cachent pas de souhaiter lui infliger la peine de mort en punition de tout ce qu’il a révélé comme informations sur le gouvernement américain) jusqu’aux horribles tortures du projet Mk Ultra : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra pour ne citer que les atrocités les plus connues que cette organisation a commises.

4-Toute personne qui se permettrait de rappeler l’impunité des viols pédophiles dans la haute société et notamment chez des puissants protégés par l’Église catholique.

5-Toute personne qui dénonce les violences policières.

6-Et plus généralement toute personne dénonçant des formes de violences perpétrées par les États occidentaux et leurs bourgeoisies, notamment les oppressions systémiques entre autres bien évidemment.

7-Toute personne qui voit que les droits démocratiques fondamentaux sont de plus en plus bafoués par les puissants en Occident et à l’audace de le faire remarquer.

8-Toute critique de l’état d’urgence et de toutes les mesures sécuritaires liberticides qui vont croissant et rencontrent une très faible opposition. Ainsi que tout créateur de contenu critique vis à vis de la politique des droits d’auteurs telle qu’elle est utilisée de nos jours sur Internet pour empêcher les gens de créer du contenu intéressant sur le Net et donc une alternative web aux âneries télévisées aseptisées.

9-Tout contenu pacifiste ou antimilitariste.

10-Tout contenu à la fois indépendant des États occidentaux et des grandes entreprises capitalistes quel que soit son thème.

11-Tout contenu politique antilibéral.

12-Bien évidemment tout contenu politique anticapitaliste.

13-Toute critique de la politique des gouvernements occidentaux

14-Tout contenu lié à un mouvement social contestant les inégalités économiques en Occident. Les Gilets Jaunes étant bien évidemment parmi les premiers visés.

15-Tout contenu critiquant l’Union Européenne ou certains de ces objectifs. Principalement ceux de baisser les aides sociales pour mettre les fonds censés être versés pour aider les plus démunis en Europe afin de les reverser dans le financement d’une accélération de la militarisation des pays européens tant pour perpétuer les guerres hors d’Occident perpétuées par les puissances occidentales, que pour réprimer les migrants originaires de ces pays fuyant la guerre ainsi que pour réprimer les européens pauvres contestant le système ainsi mis en place qui les affament.

16-Quiquoncque remet en cause les politiques d’unité nationale ou d’unité européenne ou d’unité occidentale.

17-Quiquoncque critique les partis politiques de pouvoir occidentaux qui participent à tout cela.

18-N’importe qui critiquant les dirigeants des États occidentaux et surtout les européens critiquant leur propre dirigeant, là encore les critiques du président Macron sont particulièrement visés.

19-Toute opposition à la remise en place du service militaire obligatoire et à la fascisation des sociétés européennes.

20-Et aussi et surtout tout contenu révolutionnaire, communiste ou participant du mouvement ouvrier plus largement.

Bien entendu ça en fait du contenu à censurer. C’est pour ça qu’ils ont commencé par les contenus que tout le monde ou presque s’accorder à condamner comme cible principale histoire de ne pas être trop critiqués, contenus authentiquement terroristes islamiques, contenus racistes (nazis surtout) et sexistes ensuite, contenu pornographique, pédopornographique et plus largement pédophile également dans un premier temps déjà loin de nous dans une approbation générale globale de cette politique de censure de ces contenus…puis doucement fourbement on est passé à une politique de droits d’auteurs de plus en plus restrictive à en devenir ridicule, là des mouvements pour la liberté du Net, Quadrature du Net, anti Hadopi etc…ont largement réussi à créer une opposition efficace qui même si elle faisait office de David contre Goliath est parvenu à faire reculer l’UE sur pas mal de mesures liberticides, d’où la contre offensive actuellement en train d’être mise en place. Cette fois la cible principale est politique de façon ouverte et s’attaque à tout ceux qui sont en opposition au gouvernement américain et à la soumission des pays occidentaux en général et de ceux de l’UE en particulier aux politiques capitalistes libérales servant principalement les intérêts exclusifs de la bourgeoisie des États Unis en opposition à ceux de…tout les êtres vivants sur la planète qui n’en font pas partie en fait. Ils ont  commencé par le symbole de cette liberté politique sur Internet désormais menacée par eux…Assange, je vous conseille donc vivement de lire ça : https://lundi.am/D-abord-ils-sont-venus-pour-Assange-par-LeakyWeek

Cela ne vous remémore rien?

Ils sont d’abord venus chercher les socialistes, et je n’ai rien dit
Parce que je n’étais pas socialiste
Puis ils sont venus chercher les syndicalistes, et je n’ai rien dit
Parce que je n’étais pas syndicaliste
Puis ils sont venus chercher les Juifs, et je n’ai rien dit
Parce que je n’étais pas juif
Puis ils sont venus me chercher, et il ne restait plus personne pour me défendre.

(j’ai pas réussi à modifier le format ou à supprimer pour mettre le même texte en mieux fait désolée)

La situation craint sérieusement, nous autre réfugiés du cyberweb dont c’est un peu la maison et le lieu où s’élabore le plus immatériellement les possibles sociétés meilleures que l’on aimerait pouvoir matérialiser demain ce dont les puissants qui mènent ces politiques sont les principales personnes qui nous empêchent de le faire on se doit de tout faire pour défendre notre Internet, qui est un peu comme notre chez nous et tout ce qu’on y trouve de beau, de vrai et de juste comme alternative à leur monde à eux qui n’et que laideur, mensonges et injustices et on le fera, par tout les moyens possibles.

Alors s’il vous plait la bataille commence, commençons tous ensemble par faire de notre mieux pour sauver Assange et Wikileaks.

 

Pour commencer la pétition : https://www.change.org/p/free-julian-assange-before-it-s-too-late-stop-usa-extradition

Ainsi que l’appel des Anonymous à la signer qui est très bien fait : https://www.anonymous-france.eu/petition-de-soutien-a-julian-assange.html

Et si vous vous en sentez le courage, appel pour aller au rassemblement pour Assange de demain :

https://paris.demosphere.net/rv/69603

Qu’est ce que la Wicca? 10 erreurs communes corrigées.

1-La Wicca la plus ancienne des religions?

Non. Pas du tout. La majorité de ses partisans le prétendent car c’est une idée commune chez les Wiccans mais l’origine de la Wicca est en vérité tout à fait moderne elle a été crée en 1954 par l’anglais Gerald Gadner. Il était passionné de folklore, de mythologies de diverses civilisations, d’ethnologie et d’archéologie ainsi que d’occultisme et de spiritisme s’intéressant également à la théosophie, à la franc maçonnerie et aux Rose Croix. Il se fait initié dans une société secrète de théosophie en 1940. Il est donc un ésotériste et un théosophe. Il a prétendu avoir été contacté par un coven de sorciers dans ce cadre et avoir ainsi pénétré le milieu de la sorcellerie mais bien sur c’est totalement invérifiable. Sur la base d’un héritage familial lointain d’un ancêtre sorcier qu’il aurait eu brûlé en 1610 d’une part et de ce que ces contacts sorciers lui aurait appris lors de son initiation d’autre part il s’est donné pour but de redonner vie au courant religieux wiccan. Sauf que cet héritage sorcier de sa famille ne fut jamais confirmé et ses contacts sorciers ne le sont guère davantage. Pas que ce soit obligatoirement faux mais cela reste forcément douteux dans la mesure où ça n’a jamais été démontré et confirmé de façon définitive. Ce qui est démontré en revanche c’est qu’il n’y a jamais eu de religion wicca avant que Gardner ne l’invente. Pour le faire il a cependant eu pour inspiration à ses idées bases de la Wicca des conversations régulières de 1939 à 1952 dans le premier coven, à l’époque il s’agit d’un groupe d’initiés de théosophie, et pour la plupart d’entre eux bien que pas tous également franc maçons passionnées d’occultisme et persuadés de continuer une tradition de sorcellerie ancienne par les rituels qu’ils élaboraient ensemble. Dans leur idée sorcellerie, wicca et paganisme étaient des synonymes et correspondait totalement à ce qu’ils faisaient. Les sociétés secrètes de ce type là on longtemps permis à des courants de pensées ou des religions controversées et mal vues par les pouvoirs officiels en place de se perpétuer, il est donc compréhensible que cela se fit dans le cadre du secret étant donné que la sorcellerie était alors illégale en Angleterre du fait du Witchcraft Act qui allait être abrogé seulement en 1951, dès 1949 pourtant on sent chez Gardner une volonté de sortir son courant du secret étant donné qu’il avait fait allusion à un groupe de néo sorciers à l’époque dans son roman High Magic’s Aid et qu’il avait déjà élaboré en version manuscrite le premier manuel de rituels wiccans qui se passait de mains en mains dans son entourage jusqu’en 1954 où il lança, l’interdiction de la sorcellerie étant levée, ses premiers livres officiellement autorisées à la vente au grand public au sujet de la wicca, se déclara publiquement wiccan et rendu publique l’existence de son coven. On sait que la femme que Gardner présentait comme une sorcière et nommait la vieille Dorothy était nullement sorcière et uniquement une théosophe. Cependant Gardner appuyait son idée que leurs rituels venaient d’une sorcellerie très ancienne sur les travaux de Margaret Murray en anthropologie qui avaient pour thèse qu’existait une Ancienne Religion, un culte millénaire ayant survécu malgré l’hégémonie chrétienne par les pratiques que l’on nommait sorcellerie. Elle a affirmé dans un livre très controversé paru en 1921 The Witch-Cult in Western Europe que les cultes du paganisme ont survécu en résistance souterraine à l’hégémonie chrétienne en Europe, d’abord elle reçoit surtout des critiques défavorables sur ce livre puis à partir de 1929 son livre connait un grand succès et devient la référence en terme de compréhension de ce qu’a été la sorcellerie autrefois et ce qu’elle est à l’époque contemporaine, elle le restera jusqu’en 1969. Les rituels wiccans de Gardner sont très inspirés de ceux de la sorcellerie telle que décrite par Murray. Cependant à partir de 1970 l’examen critique de ses travaux a démontré que les arguments, sources et méthodes de Murray étaient plus que bancales et que ses conclusions étaient presque entièrement fausses. Cependant cela venait à la fois d’arguments réels contre son livre, le refus du dogme qu’elle avait mis en place de croire le sabbat universel ce qu’il n’est en effet pas par exemple et autres nombreux arguments factuels contre ce qu’elle dit et d’une tendance très vive à refuser par principe l’idée que l’hégémonie de l’Église n’était pas aussi forte que ce qu’on a l’habitude d’en croire, chose qui est de nouveau battue en brèche aujourd’hui par les historiens actuels se rendant compte que dans les campagnes et dans les pays colonisés celle ci est très contestée et superficielle en bien des points et le syncrétisme avec d’anciennes croyances est fréquent et indéniable. Mais bon exagérer l’antithèse de la thèse hégémonique précédente est un processus courant dans le monde de la recherche scientifique. J’ai tendance à nettement plus croire Murray sur le point de la persistance de la sorcellerie que les historiens officiels car je connais plein de gens qui ont cette histoire dans leur famille et je sais bien que c’est quasi impossible d’entrer dans l’académie en se présentant sans cacher un héritage sorcier face aux académiciens modernes qui ont vraiment TRES TRES TRES envie de croire que le christianisme est le seul héritage possible qui puisse exister en dépit des multiples preuves du contraire qu’on voit partout, à vrai dire même entrer dans l’académie avec des convictions musulmanes, juives ou athées affichées en France c’est dur alors qu’y entrer avec des convictions chrétiennes affichées genre croix énorme autour du cou et discours catholiques fréquents en espace laïc c’est une chose que j’ai vu faire plein de fois comme n’importe qui qui a des yeux, regarde et constate le fonctionnement du milieu académique. Les travaux de Murray on cependant été le début de l’acceptation de la légitimité de la recherche sur les héritages non chrétiens de l’Europe devenus des sujets de recherche forts courants depuis. Il a permis de nombreux travaux sur les religions d’Europe hormis le christianisme et sur leurs syncrétismes avec le christianisme ainsi que sur les influences pré-chrétiennes dans les arts et cultures chrétiennes européennes. En fait depuis 1970 l’évolution a été de se rendre compte de la pluralité des religions minoritaires non chrétiennes dans l’Europe historique autant que contemporaine et d’en faire un objet d’études. La tendance à amplifier la violence de la chasse au sorcière et à confondre sociétés matrilinéaires et matrilocales avec matriarcats et donc à s’imaginer à tort les sociétés matriarcales hyper communes dans l’Antiquité sont aussi des erreurs historiques commune en milieu païen reprises de Murray. Cependant ces erreurs sont majoritaires car le courant Wicca est majoritaire mais pas mal de gens qui ont des spiritualités et/ou religions issues d’un héritage ne se résumant pas au christianisme ou n’étant pas du tout chrétien sont à jour sur les connaissances scientifiques et clairs sur le fait que les travaux de Murray sont à prendre avec d’énormes pincettes et que la Wicca est une religion moderne qui n’est ni la seule forme de « sorcellerie » ou de « paganisme » existante, ni une ancienne religion paneuropéenne comme sur la base d’une inspiration des travaux de Murray les premiers Wiccans le disait. Il existe même quelques rares Wiccans pour le savoir et l’admettre et vivre fort bien avec le fait que leur religion est moderne, qu’on peut être sorcier ou païen sans être Wiccan et que ce n’est pas un drame et tant qu’ils acceptent de s’en rendre compte et n’effacent pas toutes les autres traditions non chrétiennes et toutes les formes de magie non wiccanes du poids de leur visibilité ils peuvent très bien faire leurs trucs dans leur coin sans déranger personne mais le respect entre divers courants de pensées devant être mutuel il est peu étonnant que la plupart d’entre eux ne respectant pas beaucoup les non Wiccans ayant une pratique magique ces derniers le leur rendent souvent bien et qu’une certaine hostilité existe entre eux.

2-La Wicca une pseudo religion raciste et néo nazie?

La Wicca est une religion dont les adeptes ont des idées politiques très variées se situant sur l’ensemble du spectre politique. Donc non ils ne sont pas tous néo nazis très loin de là. Par contre ce sont des mouvements très majoritairement, même si pas exclusivement, blancs et ils ont une vive tendance à l’appropriation culturelle massive. C’est éclectisme de la Wicca qui crée ce problème celle ci mixant des influences d’un peu partout le plus souvent sans aucun respect des traditions originales dans lesquelles ses praticiens puisent d’une façon très fréquemment coloniale. Par exemple en général toute influence des traditions précoloniales océaniennes, assez rare en Wicca et souvent amalgamée au shamanisme ou à une wicca maori est clairement le résultat le plus souvent d’un vol de ces traditions aux peuples en question sans leur autorisation et en les dévoyant et racontant n’importe quoi dessus. C’est aussi ce que font la plupart des wiccans avec leurs autres emprunts culturels notamment ce même type de vol et dévoiement de tradition est fréquent chez les rares wiccans ayant une inspiration confucéenne ou taoïste, des anciennes traditions mayas, de la santeria, des traditions anciennes des peuples d’Amérique du Nord comme du Sud de façon générale, du shamanisme, de l’hellénisme, du druidisme, du bouddhisme et de l’hindouisme. Néanmoins d’autres religions ont fait des syncrétismes plus heureux avec la Wicca, par exemple si le Shintoïsme est très souvent victime des mêmes problèmes que les religions précitées en milieu Wiccan occidental, la fusion syncrétique entre Wicca et Shinto de façon harmonieuse est faisable et quelques rares personnes japonaises comme occidentales sont de ces deux religions et respectent les deux. Les rares japonais wiccans étant d’ailleurs apparemment le ^lus souvent des gens de la minorité japonaise chrétienne initialement qui ne s’y retrouvent pas et sont attirés par la Wicca là où l’attrait de la Wicca pour la majorité japonaise shinto et bouddhiste est très faible vu que tout ce qu’elle propose c’est à dire une spiritualité qui sous sa forme majoritaire admet l’existence de dieux et d’esprits, révère les forces naturelles, tend à encourager le pacifisme et autorise l’usage de la magie n’est pas vraiment en rupture avec les idées centrales du shinto donc est déjà intégré dans la norme de la société japonaise et n’a rien de bien neuf pour la plupart des Japonais. La religion Asatru (celle des anciens peuples germaniques et nordiques) peut également être mariée soit n’importe comment le plus souvent soit assez harmonieusement bien que ce soit rare avec la Wicca sous la forme de la Wicca nordique. Pour ce qui est de la relation entre judaïsme et Wicca c’est la même chose, énormément de conneries majoritaires et de rares personnes mêlant les deux traditions harmonieusement, le plus souvent issues d’un héritage juif elles mêmes. La Wicca chrétienne est rarissime également car la Wicca s’est beaucoup construite en opposition au christianisme majoritaire mais ce syncrétisme existe et est fréquemment réalisé harmonieusement et respectueusement des deux traditions. Bref…malgré son apparence éclectique la wicca a très fortement tendance à imposer son cadre d’interprétation comme dominant complètement les autres traditions auxquelles elle emprunte tout en y créant de nombreux contre sens complets. Et c’est en cela que ces adeptes sont très souvent racistes. Ceci dit ce n’est pas automatique et des wiccans qui se renseignent vraiment sur leur propre tradition, et sur les autres si ils s’inspirent d’autres traditions et ne sortent pas d’un cadre purement wiccan ou alors font assez de recherche pour parvenir à des syncrétismes cohérents respectant les traditions originelles dont ils s’inspirent cela existe aussi c’est juste bien trop rare. Donc c’est possible d’être wiccan sans rien faire de raciste. De plus le racisme de la majorité wiccans n’est généralement que le reflet du racisme général des sociétés occidentales et n’est pas particulièrement appuyé par rapport au racisme des occidentaux chrétiens majoritaires, c’est juste le même que celui qu’on retrouve partout ailleurs en Occident ni plus ni moins.

3-La Wicca une forme de satanisme?

Non. L’immense majorité des wiccans ne sont ni satanistes ni lucifériens ni rien d’approchant. Cependant il existe des gens qui font un syncrétisme entre wicca et satanisme, la wicca satanique, et entre wicca et luciférisme, la wicca luciférienne mais ces courants de Wicca sont ultra minoritaires et ne représentent pas la wicca dans son ensemble.

4-La Wicca une forme de scientologie?

Non. Les principes de la Wicca et de la Scientologie sont totalement différents et n’ont quasiment aucun point commun hormis que les deux sont des courants religieux modernes populaires. La scientologie est une secte. La wicca n’en est pas une de façon générale mais certaines organisations wiccanes minoritaires peuvent être sectaires comme le christianisme n’est pas une secte mais il existe des organisation chrétiennes sectaires minoritaires.

5-La Wicca est t’elle le signe d’un retour des sorcières?

Non car les sorcières n’ont jamais disparues donc ça n’a pas de sens de dire qu’elles reviennent. Après oui indéniablement c’est un courant qui popularise plus qu’aucun autre auparavant la sorcellerie, la démocratise et la rend de mieux en mieux acceptée et lui a permis pour la première fois d’être visible massivement sans craindre des persécutions violentes des praticiens de la magie ce pourquoi on peut dire qu’elle a eu une influence positive contre l’obscurantisme sur ce point.

6-La Wicca une arnaque pompafric pour niaiseuses ayant trop lu Harry Potter?

Parfois oui, des gens se font un fric monstre sur le dos de cette « nouvelle religion » (qui a déjà 65 ans tout de même) de plus en plus populaire parce qu’il y en a beaucoup à faire sur cette base. Ceci dit la majorité de ce qui est vendu à des wiccans se sont des livres expliquant les bases de la Wicca donc est ce qu’on peut vraiment parler d’arnaque commerciale dans ce cas là? Bof…non ah moins de considérer que vendre la Bible à des chrétiens c’est les arnaquer ce qui serait assez absurde. Ensuite on leur vend beaucoup de matériel supposément magique hautement dispensable surtout que la majorité des gens qui s’intéressent à la wicca le font lors d’une phase adolescente et ceux qui restent dans cette mouvance sur le long terme et dont cela devient la croyance pour la majeure partie de leur vie sont nettement plus rares bien qu’ils existent de façon indéniable et sont malgré cela relativement nombreux. Ceci dit la plupart des wiccans de longues dates ont appris à trier le bon grain de l’ivraie en terme de matériel magique et savent choisir d’eux mêmes quoi acheter ou pas et se montrent le plus souvent raisonnables et peu dépensiers. C’est surtout en effet sur le dos de gamines candides venant de découvrir le mouvement que les capitalistes sans scrupules se font un max de fric. Après c’est un peu le même genre de marketing type récupération commerciale que celui qu’on retrouve autour de n’importe quelle courant contre culturel adolescent avec les mêmes problèmes et au fond l’essence de la Wicca n’est pas là ce n’en est qu’un dévoiement dans le but de faire de la thune donc étant donné qu’on peut apprendre la Wicca sans se ruiner assez facilement par la transmission directe d’une personne wiccane rencontrée IRL à une personne attirée par ce courant juste en dialoguant ou par le biais de sites Internet nombreux qui disent à ce propos tout ce qu’on peut en apprendre dans les livres pour débutantes gratuitement et bien la Wicca peut s’apprendre de façon totalement gratuite. Certes beaucoup de gens n’ont pas Internet et ont donc par conséquent du acheter des livres de débutants sur la Wicca pour la découvrir et/ou ont eu envie de s’acheter un collier en forme de pentagramme ou une connerie semblable dans le but de porter en permanence sur eux un signe de leur conviction religieuse comme les chrétiens portant une croix le font mais très rares sont les Wiccans qui vont au-delà côté achats en lien avec leur foi. On trouve généralement le tout pour à tout casser une dizaine d’euros au total. On a vu pire comme exploitation commerciale clairement. Et oui les boutiques « magiques » profitent énormément des nombreux achats de leurs clients les plus pigeons de façon fort peu spirituelle mais ça c’est pas Wiccan spécifiquement, ce problème se retrouve dans tout les courants de spiritualités/religions/pratiques magiques. Et si Harry Potter, Charmed et autres références pop culture sur la sorcellerie peuvent attirer les gens vers la Wicca leur présentation de la magie en est très différente et quelqu’un qui s’intéresse à la Wicca et se dit Wiccan a généralement approfondi le sujet suffisamment pour savoir que la magie en vrai et la magie dans ces séries c’est très différent donc non les Wiccans ne sont pas juste des gens ayant trop été à fond dans des univers prenants style Harry Potter et y croyant du coup d’autant qu’on l’a vu la Wicca existait avant que ces séries de fiction ne rencontre du succès et si inspiration il y a eu dans le cas de Charmed c’est clairement la série qui s’est inspirée de la Wicca la préexistant depuis longtemps et non le contraire. Pour Harry Potter idem d’autant que comme la plupart des sorciers de la pop culture si quelques inspirations de la vie des sorciers réels peuvent se retrouver dans ces œuvres l’immense majorité de ce qu’elles montrent de la sorcellerie, du paganisme ou de la Wicca c’est du pur fantasme sans rapport avec la réalité et totalement ancré dans les représentations populaires de ces courants chez la majorité de leur public n’y connaissant rien et c’est bien normal à la fois pour éviter l’accusation d’endoctrinement religieux d’enfants vers ces courants très fréquemment faite à tort par les intégristes religieux chrétiens d’une part et aussi et surtout d’autre part car pour être populaire une série sur ces sujets doit s’appuyer principalement sur l’image que les personnes ordinaires en ont, et donc celles ci n’y connaissant rien sur un tas de clichés le plus souvent sortis tout droit de la représentation de ces courants dans les dessins animés Disney ou quand on a un peu plus de chance dans les contes traditionnels. Et ne faites pas confiance à Info Sectes c’est un site d’intégristes religieux chrétiens pour qui tout est Satan dans la pop culture ou à peu près de Pokémon à Harry Potter et non comme ils aiment à le prétendre un vrai site informatif sur les risques de dérives sectaires. Donc si une wiccane à les bouquins de Harry Potter et les DVD de Charmed chez elle ce qui est assez commun c’est juste car elle apprécie ces séries, comme une chrétienne qui les auraient aussi, et ça n’a généralement qu’un rapport très lointain du genre « ça m’a fascinée et intéressée au sujet petite et donner envie de m’informer en creusant plus loin » et point barre avec ses croyances wiccanes et ses pratiques magiques.

7-La Wicca du New Age?

Les deux sont souvent confondus car leurs adeptes sont des gens proches au niveau des façons d’aborder le monde principalement sur le côté spiritualité moderne éclectique populaire dans les sociétés occidentales plus que sur quoi que ce soit d’autre. Néanmoins les deux ont une histoire toute différente, la Wicca étant inspirée surtout de Gardner et de Murray et datée de 1954 pour son apparition officielle, le New Age étant issu de la contre culture hippie des années 1960 et d’inspiration des jeunes de l’époque par leur découverte du bouddhisme et de l’hindouisme dont ils ont repris des concepts en les comprenant plus ou moins bien et le plus souvent de façon assez superficielle et pas du tout le même cadre de références.

Différences majeures : Le New Age est inspiré du bouddhisme et de l’hindouisme, la Wicca est plus inspirée des idées de Murray sur ce qu’étaient les religions européennes préchrétiennes, le New Age essaye bien plus de paraitre scientifique que la Wicca et est par conséquent bien plus perméable qu’elle aux pseudo sciences, la Wicca s’assumant nettement plus souvent que le New Age en tant que religion, le côté prophétique de l’annonce d’un Nouvel Age à venir où leurs idées seront majoritaires très fréquent en New Age est pas vraiment existant en Wicca, la Wicca se proclame du néopaganisme ce qui n’est généralement pas le cas du New Age, le New Age d’inspiration bouddhiste avant tout est en général une spiritualité dont les croyances le plus souvent n’incluent aucune divinité et aucun esprit là où une majorité de wiccans sont polythéistes et croient aux esprits de la Nature, le yoga et la méditation sont nettement plus fréquents en New Age qu’en Wicca, le New Age a une inspiration chrétienne gnostique absente en Wicca et le New Age est nettement plus connu et influent que la Wicca.

Points communs centraux : Majoritairement blancs et occidentaux ces deux courants recourent très souvent à l’appropriation culturelle, il existe des dérives sectaires importantes mais minoritaires aux marges des deux courants, les deux mouvements sont disparates et assez vaguement définis, les deux sont assez facilement poreux à la marchandisation de la spiritualité et à la récupération par le capitalisme de leurs croyances, les deux ont inspiré énormément d’artistes et ont une influence culturelle visible en Occident, les deux attirent surtout des déçus du christianisme, les deux ont des sources multiples, les deux ont rencontré le succès d’abord dans le monde anglophone avant de s’étendre au reste de l’Occident, les deux sont fortement imprégnés de militantisme écologiste, les deux ont une forte inspiration de la théosophie, les deux ont une croyance commune en la réincarnation, les deux prodiguent un savoir sur les corps subtils, les deux ont un aspect de libération sexuelle assez central et les deux ont un assez fort aspect de développement personnel et quête du bonheur.

Les deux sont très souvent confondus avec les médecines dites « alternatives » auxquelles les adeptes des deux courants ont fréquemment recours mais qui ont une grande diversité d’origines et sont le plus souvent issues comme la médecine par les plantes sa principales forme en France de traditions interreligieuses liées à l’utilisation culturelle traditionnelle des plantes médicinales locales d’une part et à des pseudos médecines populaires issues à l’origine de milieux scientifiques mais considérées comme invalidées de nos jours comme l’homéopathie ou le magnétisme. Seulement l’association entre ces courants est assez faible. Certes la plupart des adeptes du New Age comme de la Wicca ont une connaissance et un usage de la médecine par les plantes mais le magnétisme et l’homéopathie ont un faible succès le plus souvent auprès du public New Age et attirent plutôt des gens tout à fait ordinaires en Occident en général, et si le magnétisme est généralement une chose à laquelle les Wiccans croient c’est nettement moins le cas de l’homéopathie. Bref, ce n’est pas car plusieurs médecines alternatives existent qu’elles ont toutes le même succès auprès du même public, se renseigner avant de tout amalgamer et confondre est une chose que très peu de chasseurs de pseudo médecines font et c’est fort dommage. Le New Age et la Wicca sont souvent confondus avec le spiritisme à tort, ce courant nettement plus marginal centré sur l’invocation d’esprits à sa propre histoire très divergente de celle du New Age comme de la Wicca avec pour seule corrélation que les trois courants ont un lien avec la théosophie dont l’une des figures ayant influé sur la pensée de ses fondateurs était un précurseur du spiritisme nommé Swedenborg. La voyance et la médiumnité sont souvent amalgamées au New Age mais leur seul lien concret est que les livres sur ces deux thèmes se côtoient souvent au rayon ésotérisme et en bibliothèque mais rares sont les adeptes du New Age qui creusent réellement ces sujets. En revanche c’est indéniable que la Wicca y est très perméable et une majorité de Wiccans se considèrent médiums et/ou voyants, ceci dit ce n’est nullement une obligation et on peut tout à fait se revendiquer wiccan sans cela. Cependant médiumnité et voyance ne sont pas des concepts centraux en Wicca et la coïncidence fréquente de ces deux intérêts communs chez les Wiccans n’est pas une conséquence directe des enseignements wiccans en eux même mais le résultat de l’apparition d’émissions à thèmes sur les sujets de la médiumnité et de la voyance à la télévision des années 1990 qui est la façon dont la plupart des wiccans ayant creusé ces sujets là les ont d’abord découverts étant déjà Wiccans après s’être intéressés à des émissions du même genre sur le même style de programme parlant de magie qui en ont mené plus d’un vers la découverte de la Wicca également. Bref un intérêt général pour des sujets connexes est fréquent chez les Wiccans du fait qu’ils ont le plus souvent explorer un peu tout ce qui était présenté comme s’approchant de la magie de près ou de loin comme thèmes. Et donc l’héritage de la théosophie qui relie Wicca et New Age parlons en un peu pour finir sur ce point. La théosophie moderne qui est précurseur de ces deux courants idéologiquement n’a pas grand chose hormis son nom comme rapport avec la théosophie antique et la théosophie chrétienne. Elle est fondée en 1875 par Helena Blavatsky sur la base d’inspirations assez vagues de l’hindouisme. Cette femme était fascinée par les livres sur la franc maçonnerie et les sciences occultes dans sa jeunesse et a beaucoup voyagé et a rencontré des sorciers, des guérisseurs, des shamans de Mongolie et d’Inde, des lamas du Caucase et du Tibet, des yogis d’Inde et de Ceylan, des spirites russes et égyptiens, des médiums, des sages, des gens de peuples originels d’Amérique du Nord lui ayant parlé de leurs croyances traditionnelles, des mormons, des adeptes du vaudou, prétendu rencontré des Mahatmas mais cela semble infirmé, perdu la foi en la religion orthodoxe en 1870, rencontré le spirite Allan Kardec et un autre homme célèbre franc maçon avec lequel elle s’entendit fort mal par la suite puis progressivement elle a commencé en s’inspirant de la théosophie chrétienne à élaborer sa propre doctrine, la théosophie moderne à laquelle elle donne naissance en 1875. Son but était de former une fraternité humaine universelle sans sans distinction de race, credo, sexe, caste ou couleur, encourager l’étude comparée des Religions, des Philosophies et des Sciences et Étudier les lois inexpliquées de la Nature et les pouvoirs latents dans l’Homme. Elle a été initiée en Franc maçonnerie mais a toujours prétendu faussement que ce n’était pas le cas. C’est elle qui donna aux corps subtils leur nom occidental en s’inspirant toujours de spiritualités bouddhistes et hindoues dont elle avait une connaissance assez faible. D’ailleurs les critiques de ses approximations et prétendus miracles tenant de l’arnaque ont toujours été très nombreuses et justifiées même de son vivant. Dès l’année de 1892 soit un an après sa mort le réexamen critique de l’ensemble de son œuvre fut vif. En fait le principal problème est que sa source de renseignement principal était un ensemble d’ouvrages d’occultisme de seconde main lui fournissant des informations très altérées sur les sujets qu’elle voulait étudier et qu’en plus elle avait fortement tendance à réarranger le tout d’une façon qui lui plaisait. Tendance restée fort courante en New Age autant qu’en Wicca. Et oui ces idées étaient très imprégnée de racisme également principalement sous forme d’appropriation culturelle mais aussi au sens premier d’une croyance forte en l’existence de races humaines, notamment la race aryenne, bien des gens y croyaient à l’époque certes mais si ses idées ont inspirés par la suite de nombreux nazis c’est du fait d’une certaine porosité entre son idéal et le leur bien qu’elle ait toujours voulu promouvoir un monde où les divers peuples pourraient s’entendre et n’ait jamais eu elle même de volonté de génocide d’autres peuples bien au contraire. Donc on le voit pour retrouver un lien entre franc maçonnerie, New Age et Wicca il faut remonter très loin dans le temps, fin XIXème siècle, chez des inspirations du mouvement New Age dont les acteurs les plus centraux n’y ont jamais adhéré eux mêmes et chez des gens qui ont inventé la Wicca certes majoritairement franc maçons bien que pas tous loin s’en faut qui l’ont fait sur la base de travaux de Murray qui elle n’avait pas le moindre lien avec la franc maçonnerie ou repartir sur l’inspiration très indirecte par la théosophie moderne du New Age et de la Wicca, théosophie moderne dont la fondatrice était franc maçonne certes. Cependant l’immense majorité des Wiccans et des adeptes du New Age ne savent rien du tout de la franc maçonnerie et n’ont jamais vu une loge maçonne même de loin et le plus souvent ignorent tout des liens historiques lointain entre leurs spiritualités et la maçonnerie qui datent quand même d’avant la scission du Grand Orient de France avec les loges maçonniques anglo-américaines. Au XIXème siècle et depuis l’époque de Napoléon Ier l’appartenance à la franc maçonnerie était plus que jamais un passage obligé pour faire partie de l’élite bourgeoise et aussi fort fréquente chez les gens en recherche spirituelle dans la haute société qui y voyaient un moyen pratique de se passionner pour leurs sujets de prédilection dans un cadre moins risqué qu’en le faisant au grand jour en un siècle où tout intérêt pour des idées non chrétiennes était durement réprimé en Occident. Il y avait alors des milliers de franc maçons en Occident et la plupart des membres de la haute société curieux de sujets spirituels non liés au christianisme sous sa forme majoritaire en étaient. Cependant la franc maçonnerie ne fut pas toujours aussi populaire dans l’élite et si on remonte plus loin dans le temps elle ne compte au XVIIIème siècle que quelques centaines de membres la plupart faisant de la maçonnerie spéculative c’est à dire philosophant à partir des concepts spirituels propres à la maçonnerie d’ores et déjà élaborés, c’était déjà une société élitiste très aristocratique pour autant cela est du à un tournant mal établi de l’histoire de la Franc Maçonnerie vers le milieu du XVIIème siècle, auparavant la maçonnerie était plutôt opérative et pratiquée par des artisans et petits commerçants aux revenus modestes avec des cérémonies et rituels très simples et une focalisation politique sur l’entraide mutuelle à cette époque où la protection sociale publique n’existe pas. Comment on est passé de ça a la maçonnerie spéculative aristocratique qui lui a succédé demeure un mystère encore de nos jours. On sait néanmoins que les rituels maçons donc la spiritualité maçonne allant avec trouvent leur origine dans le petit peuple et non chez l’élite aristocratique ou bourgeoise qui n’a fait que les récupérer donc. Alors les loges maçonniques n’ont que quelques dizaines de membres. D’ailleurs la plus ancienne loge maçonnique attestée date de 1599 en Écosse et a été constituée de maçons de métier dont la loge maçonnique était tout simplement une corporation. Les prétentions communes des maçons à une origine plus ancienne et mystique relèvent de la mythologie propre à leurs croyances et est infirmée par les historiens. Alors vous me direz quelle est la véritable origine des rites maçonniques écossais de la franc maçonnerie à ses débuts? En fait personne ne sait avec certitude. Les francs maçons ont un peu bouffé à tout les râteliers côté emprunts symboliques donc il n’y a pas d’origine unique à leurs symboles très variables dans leur ensemble sur lesquels leurs rites sont basés, cependant on sait que les plus fréquents de leurs symboles dans leurs rites ont pour origine très claire une inspiration des outils des maçons de métier de l’époque médiévale. C’est toutefois une récupération lointaine et très indirecte. En gros cependant les maçons s’inspirent d’anciens rites de tout les courants spirituels ayant précédé l’invention du leur à divers degrés. L’inspiration des traditions spirituelles océaniennes est fort rare, généralement superficielle et d’ordre purement symbolique en maçonnerie, pour la plupart des traditions dont elle est inspiré que marginalement dont le zoroastrisme, l’hellénisme, le taoïsme, le confucianisme, l’ancienne religion égyptienne, les anciennes traditions spirituelles des peuples originels du continent américain, le shinto qu’ils connaissent très mal au-delà de sa présentation basique courante dans n’importe quel reportage occidental sur le Japon souvent très superficielle et bourrée de contre sens, le shamanisme sur lequel ils racontent particulièrement n’importe quoi, les mêmes conneries que tout le monde ou presque en Occident ceci dit. Les gens qui connaissent vraiment ces spiritualités tendent à trouver la tendance maçonne à les adapter sans leur autorisation aux croyances maçonnes insupportable et totalement raciste, à juste titre de mon point de vue. Contrairement à ce que je croyais encore récemment le lien entre druidisme et maçonnerie est plus que supercifiel et de l’ordre du fantasme et non de celui de la vérité historique, donc tout « néodruide » aux idées maçonniques est un rigolo suivant un courant néoromantique de spiritualité celtique, à tendance sectaire fréquente et tout ce qui est tentative sérieuse de reconstruire la spiritualité druidique ancienne ne va pas s’appuyer sur ce genre de sources liées à la maçonnerie et à sa mythologie et bien davantage s’attacher à la préservation des langues et cultures celtiques d’une part en y participant et dans la recherche d’un savoir aussi important que possible sur les anciennes croyances celtiques sur des bases aussi sérieuses et scientifique que possible lorsque cela l’est et sur la base des traditions celtes populaires si rien de plus solide à ce sujet n’existe. L’inspiration hindouiste en franc maçonnerie va être en général limitée aux symboles, mythes et légende hindoues compris de façon tout aussi fantasque et superficielle mais bon les hindous globalement s’en foutent vu à quelle point celle ci y est minoritaire. Il est rarissime qu’un syncrétisme entre bouddhisme et maçonnerie se fasse mais cela arrive et apparemment les autorités bouddhistes s’en foutent car c’est particulièrement marginal, le plus souvent fait sur une base de tas de conneries mais parfois visiblement il arrive que ce soit fait convenablement donc raison de plus pour que les autorités bouddhistes n’y fassent pas spécialement attention. On a eu des cas de gens à la fois sorciers vaudous est franc maçons mais c’est extrêmement rare et la majorité des franc maçons ne savent rien du vaudou et plus généralement des traditions spirituelles anciennes africaines et la plupart de leurs adeptes ne connaissent rien à la franc maçonnerie et y sont généralement hostile. Contrairement à une légende commune satanistes et franc maçons n’ont pas du tout les mêmes pratiques et idées et s’entendent fort mal en règle générale, d’ailleurs la plupart des satanistes que j’ai connu détestaient les franc maçons et la réputation de merde qu’ils leur apportaient par amalgame. Tout ça parce que la franc maçonnerie est une religion secrète avec un aspect magique et une certaine hostilité au christianisme majoritaire régulièrement accusée de scandales pédophiles et de rituels chelous impliquant des viols d’enfants. Le satanisme a une origine sectaire mais sa diffusion large fait que l’immense majorité des satanistes le sont sans secret, beaucoup étant athées seul une minorité d’entre eux croient à la magie et la pratiquent, cependant hormis les cas de sectes pas spécialement plus nombreux que dans d’autres spiritualités sans lien avec le satanisme du tout, des rituels de viols ou de pédophilies ne sont pas du tout commun dans le satanisme tel qu’il existe aujourd’hui, et à vrai dire en proportion dans les dessous de l’Église catholique ce genre de choses arrivent comme on ne sait que trop bien plus souvent hélas ce qui est attribuable à la fois au fait que les chrétiens sont plus nombreux donc fatalement les chrétiens violeurs ou violeurs pédophiles sont par conséquent plus nombreux que les satanistes violeurs ou violeurs pédophiles d’une part mais aussi vu que c’est le cas en proportion et donc pas uniquement le résultat du poids du nombre attribuable à la répression sexuelle chrétienne qui n’existe pas chez les satanistes, enfin ceci dit étant extérieure aux deux courants aujourd’hui j’admets en avoir une vision comme étant deux idées très proches et trouver que la thèse que le satanisme n’est qu’une hérésie du christianisme relativement cohérente et donc oui de mon point de vue ces deux courants spirituels ont bien plus de points communs que de désaccords même si l’admettre énerve beaucoup les deux partis c’est tout de même très visible pour quasiment toute personne ayant une spiritualité pas monothéiste, pas inspirée du monothéisme et pas satanique. Pour la franc maçonnerie elle est secrète indéniablement, c’est une religion même si c’est très dur pour ses adeptes de se l’admettre en général, ce n’est pas considéré comme une secte du fait que celle ci à des accointances très fortes avec le pouvoir politique qui est celui qui classe les spiritualités comme secte ou comme religion mais fatalement en tant que société secrète on y retrouve parfois à ses marges des mouvances sectaires mais c’est une religion qui a trop réussie pour que dans son ensemble on la nomme secte, l’utilisation de rituels base de la franc maçonnerie selon certaines définitions de la magie c’est magique en soi et donc la franc maçonnerie est selon cette idée magique ou « sorcière » dans son ensemble et c’est assumé par la majorité des maçons mais certains le réfutent et se voilent la face sur ce point le plus souvent car cette vision du rituel est incompatible avec leur image d’eux mêmes comme des athées ultra rationnels surtout au Grand Orient de France, cependant les franc maçons détestent en général les satanistes croyant que tout les mythes antisataniques sont vrais et donc ne les fréquentent pas et sont quasi jamais satanistes ou lucifériens eux mêmes, contrairement à ce que les intégristes monothéistes et les gens à la recherche d’un livre à succès à vendre aiment beaucoup raconter aux gens pour les faire fantasmer, d’ailleurs contrairement à des fantasmes communs les arts noirs et la nécromancie sont très méconnus et peu usités en franc maçonnerie donc celle ci est très peu versée en ce qu’on nomme par abus de langage communément la « magie noire » et aussi assez peu intéressée aux magies curatives dites « magie blanche » par même abus de langage, la connaissance de la médecine par les plantes ou des protections magiques étant par exemple peu commune chez les franc maçons. Ni même à la magie sexuelle, bref en dehors des rites maçonniques la magie n’intéresse pas l’immense majorité des francs maçons. Et il est évident que les scandales de viols en général et de viols pédophiles en particulier dans la bourgeoisie sont fréquents et totalement tabous comme tout le monde le sait mais est ce que c’est particulier à la franc maçonnerie? Les scandales de même type dans l’Église catholique démontrent l’inverse, c’est un problème interconfessionnel. En général cela ne se passe pas dans un cadre de rituel magique ou de cérémonie religieuse mais cela arrive aussi assez fréquemment nul ne peut le nier. Cependant la magie sexuelle ne s’y résume pas bien heureusement et elle peut aussi être pratiquée entre adultes consensuellement ce qui se fait bien plus souvent. Que cela soit fait en cadre franc maçon ou pas. Et généralement la majorité des gens qui le font le font sans avoir aucun lien avec la franc maçonnerie. De même les cas de viols pédophiles ou non dans des cadres de rituels magiques ou religieux dont les enquêtes ont abouties ne viennent généralement pas de la maçonnerie mais plutôt de sectes, la maçonnerie tout comme l’Église est trop protégée par les puissants pour que ce genre d’enquêtes judiciaires à son sujet aboutissent donc on ignore totalement la proportion de ce type de scandales en franc maçonnerie. Surement beaucoup mais probablement pas davantage que dans les autres institutions religieuses protégées par des puissants qui ont aussi les moyens de protéger leurs propres secrets respectifs ce genre de problèmes notamment. Pour ce qui est de la motivation derrière ce genre de phénomènes elle est liée à une croyance commune qui veut qu’une personne traumatisée ait des capacités magiques particulièrement puissante et qu’un viol dans un cadre magique ou religieux rituel soit la manière la plus efficace de créer un traumatisme puissant garantissant l’efficacité du rituel…même si bon c’est bien souvent une excuse que les gens qui commettent ce genre de viol se racontent à eux mêmes pour avoir l’impression de violer pour une « cause » là où ce sont souvent des volontés de dominer et soumettre leurs victimes similaires à celles de violeurs basiques qui les animent réellement. Ensuite la franc maçonnerie étant plutôt surveillée là dessus du fait d’à quel point ces rumeurs sont communes il est plus probable que ce genre de rituels quand ils sont faits le sont en dehors de son cadre. Sinon pour ce qui est du lien entre franc maçons et juifs, les deux ont longtemps été persécutés, ont une histoire commune sur ce point, une tolérance mutuelle et des interpénétrations qui existent, cependant l’immense majorité des Juifs ne sont pas franc maçons et n’en ont rien à cirer de la franc maçonnerie, il y a beaucoup de Juifs en franc maçonnerie et leur influence y est forte mais la majorité des franc maçons du monde entier sont des chrétiens. Du coup en bout de course, contrairement à ce que je croyais encore récemment, les plus anciens rites maçons sont probablement chrétiens et leur magie d’inspiration purement chrétienne dans ses origines puis progressivement adaptée aux croyances évoluant des maçons qui s’en sont éloignées au point de finir par former une religion spécifique, la franc maçonnerie. Bref, l’immense majorité des Wiccans et des gens dans le New Age ne sont pas liés du tout à la franc maçonnerie et à tout ça de façon autre que par une filiation très ancienne, vague et indirecte dont ils ignorent très majoritairement tout.

8-La Wicca un athéisme qui ne dit pas son nom?

Non. La Wicca athée existe mais est rarissime, ceci dit l’éclectisme de la Wicca permet qu’on y trouve des monothéistes, panthéistes, polythéistes, animistes, agnostiques et athées qui s’y fréquentent et y acceptent la diversité de leurs interprétations de leurs croyances sans problème. C’est en cela que la Wicca pouvant exister sous des formes athées est pour quelques wiccans plus proche d’une philosophie de vie que d’une religion même si la majorité des wiccans la perçoivent et la vivent comme une religion. Ceci dit c’est on l’a vu assez rare qu’un wiccan ait une conception athée du monde, de même que les wiccans agnostiques sont fort peu nombreux et les wiccans monothéistes ne courent pas vraiment les rues non plus  (même si les Wiccans ont très souvent l’air de monothéistes à se centrer pour la plupart d’entre eux sur leur Déesse en oubliant très fréquemment leur Dieu à une place très secondaire). Les Wiccans sont rarement animistes au sens où ils croient aux esprits le plus souvent mais la majorité d’entre eux les considèrent subordonnés à des puissances supérieures. Le panthéisme est aussi assez rare chez les Wiccans, l’immense majorité des Wiccans sont polythéistes et croient en leur deux divinités relativement abstraites, une Déesse représentant un principe féminin et un dieu représentant un principe masculin, les deux étant assez vaguement définis hormis leur genre. La focalisation de la Wicca sur le principe féminin et le pouvoir des femmes est ce qui fait sa séduction auprès de nombreuses femmes déçues de la misogynie du style d’éducation chrétienne qu’elles ont reçu qui s’en éloignent pour s’intéresser à la Wicca qui en comparaison leur apparait comme une religion féministe. Cependant on retrouve en wicca et en milieu païen de façon générale des clichés sexistes fréquents liés à ces notions de polarités féminines et masculines qui les réduisent bien souvent en les comprenant mal à une sacralisation des stéréotypes de genres donc dire que la Wicca est automatiquement antisexiste c’est clairement se mentir. Sur ce point je vous conseille vivement cet article qui parle du sexisme dans le milieu du paganisme d’une façon à laquelle j’adhère totalement :

https://penthesilee.wordpress.com/2011/10/01/renouveau-paien-et-conservatisme-des-sexes/

Je cite son passage sur la Wicca ou sur ce point je suis très proche de son avis :

« Tant qu’on y est sur la wicca, un dieu, une déesse et des tonnes d’essentialisme.
Le dieu représente le blablabla classique des affectations masculines hétéronormatives, la déesse représente le blablabla classique des affectations féminines hétéronormatives. Avec ça, on est bien partis, sachant que Gardner, le fondateur de la wicca était ouvertement homophobe… Et le « Grand Rite », si important de la conjonction homme-femme, dieu-déesse, parce que c’est bien connu, tout ce qu’il y a d’un côté n’est pas présent chez l’autre. D’ailleurs « traditionnellement » (si on peut parler ainsi vu l’âge de quelques décennies à peine de la wicca et le nombre de dérives), l’initiation ne se fait que homme>femme ou femme>homme (Comme si un homme était fichu d’expliquer à une femme ce qu’est être une femme et réciproquement…).

Il y a eu diverses tentatives plus ou moins abouties ou réussies de sortir de ce carcan, heureusement. »

 

9-La Wicca une religion égocentrique pour nombrilistes?

Non. La Wicca se pratique par ses adeptes le plus souvent en solitaire du fait de la difficulté des gens de ce courant méconnu de foi à se retrouver IRL mais l’aspect communautaire et collectifs dans les covens wiccans IRL comme dans les magazines spécialisés wiccans et les forums Internets wiccans est très encouragé et fait partie des grandes forces de séduction que la Wicca a pour elle. En cela la présenter comme une religion égocentrée est une caricature erronée.

10-Les Wiccans sont tous des sorciers.

Comme tout les sorciers ne sont pas forcément wiccans, tout les wiccans ne sont pas forcément des praticiens de la sorcellerie ni même des gens faisant de la magie et utilisant un autre terme pour qualifier leur pratique magique. En effet il existe des gens qui se retrouvent dans les valeurs de la Wicca sans être du tout intéressés par la magie et sans avoir l’intention d’en faire même parmi les gens qui restent Wiccans la majeure partie de leur vie. Pourquoi? Car ils se retrouvent dans la philosophie de vie de la Wicca. Dit comme ça…c’est plus que flou…mais en général ça consiste principalement en une vénération d’une nature sacralisée, de pacifisme et de tolérance. Tolérance ça veut dire faire semblant de s’ouvrir à la diversité des cultures et sexualités pour les exotiser en général et ça a pas loupé avec la façon majoritaire de faire en milieu wiccan comme on n’a vu. Pour ce qui est du pacifisme là aussi ça sert surtout à canaliser les colères des gens pour les empêcher de contester l’ordre en place. Enfin penchons nous sur la nature sacralisée…la plupart des wiccans sont des urbains pratiquant leur magie « naturelle » en solitaire à l’intérieur de leurs appartements de villes c’est à dire qu’au mieux ils ont des plantes d’appartement et un chat quoi comme contact avec « la nature » en règle générale et ça va avoir le culot monstre de se prétendre savant héritiers des sagesses paysannes ancestrales des sorcières d’autrefois…quand même ta grand mère ultra catholique en sait 20 000 fois davantage qu’elles (la majorité des Wiccans étant des Wiccanes) ne serait ce que sur le sujet des plantes médicinales par exemple et bien sur à propos du jardinage et des travaux de ferme en général. Alors certes il y a de la nature urbaine et même ton appartement de citadine a son propre écosystème et est partie intégrante de la nature. Cependant dans l’imaginaire wiccan qui en cela reprend l’imaginaire de l’écologie dite « modérée » c’est à dire non critique du capitalisme c’est à dire de l’écologie qui ne change pas les choses et ne sert à rien de façon plus large telle qu’on nous la vend partout aujourd’hui ce n’est pas cette nature là du tout qui est vénérée et sacralisée, c’est une Nature idéologique qui n’existe pas fixée dans un idéal fait d’herbes vertes bucoliques, en fait on retrouve encore une fois le racisme en beaucoup plus discret car ici appliqué à un objet donc nettement moins visible qui se fait en nous refaisant le coup d’une Nature « bonne sauvage » face à la « méchante cité » qui la corrompue. Bref je cite ce site qui en parle fort bien : https://www.cahiersdusocialisme.org/en-finir-avec-le-bon-sauvage/,

« Il y avait d’abord l’Autochtone violent, instable, incapable d’accéder à la modernité, qui devait être, en fin de compte, annihilé comme individualité. De l’autre côté, il y avait le « bon sauvage », un être mythique qui représentait un passé héroïque et idyllique, rappelant une sorte d’état « naturel » qui aurait été disloqué au fil des siècles par des civilisations corruptrices. »
« De plus, le bon sauvage était « innocent » et, en soi, il restait une « victime ». Il fallait par conséquent le sauver, ce qui était le mandat confié aux missionnaires. L’un comme l’autre, ces registres avaient pour objectif de détruire l’identité autochtone, de subordonner la société autochtone à celle des colons et en fin de compte, de l’anéantir. »
« Depuis, le débat s’est déplacé vers la réconciliation. Le scandale des pensionnats a débouché sur la Commission de vérité et réconciliation (CVR) en 2006. Pour le gouvernement canadien, comme l’a dit l’ex-premier ministre Stephen Harper, il s’agissait de « tourner la page ». Les crimes commis auraient été le fait de « mauvais » individus, et non d’un système. Les victimes devenaient également des individus, et secondairement, des membres des nations autochtones qui étaient par ailleurs des victimes, ce qui est une perpétuation de l’image du « bon sauvage ». La solution au problème est alors devenue thérapeutique. Avec la thérapie, le bon sauvage pouvait surmonter le traumatisme de la colonisation. »
Et voilà, le piège du « soin thérapeutique » qui n’est bien souvent qu’une mission coloniale mal masquée dont le but est de blanchir les sociétés non blanches et d’imposer le fonctionnement des sociétés occidentales comme un modèle à imiter de façon forcée dans le monde entier. Sortir de la démarche thérapeutique, de la logique de soin du traumatisme colonial et de la réparation c’est donc indispensable pour sortir de la colonisation. Et donc ça passe quand on a une culture non blanche par expliquez aux Wiccans à quel point leur vision des choses peut être déconnecté politiquement de ce que la nature et nos cultures et les besoins politiques sont véritablement. Il parait que des Wiccans aptes à recevoir toutes ces critiques et dont la pratique à évoluer pour s’y adapter vers quelque chose de totalement non raciste existent. Je n’en ai jamais rencontré et ils me semblent bien peu nombreux mais par principe je vais considérer que c’est le cas. D’autant que je vois plein de gens revenir aux traditions authentiques de leurs peuples d’origines en terme de spiritualité en passant par une phase de transition dominée par des conceptions wiccanes de la « magie » et du « paganisme » donc je sais qu’en l’état actuel des choses pour beaucoup de gens c’est un « passage obligé » et que j’ai rien contre le droit des Wiccans à faire ce qu’ils veulent en dehors des choses que j’ai critiqué ici donc je suis pour leur liberté religieuse qui n’est pas vraiment respectée en France ceux ci étant sans cesse moqués, ridiculisés, caricaturés et insultés du seul fait d’être perçu comme « sorciers ». C’est principalement dans le but de clarifier ce qu’est la Wicca afin de faire comprendre à la fois ce qu’elle est, la façon dont elle peut être victime de stéréotypes et amalgames réducteurs et les raisons pour lesquelles elle est vivement critiqué par presque tout les « païens » non wiccans que j’ai écrit cet article, en espérant qu’il soit aussi clair que possible et que sa lecture ne soit pas trop désagréable.

 

 

Qu’est ce que le New Age et mérite t’il sa mauvaise réputation? Réponse en 10 points.

1-Le New Age, une spiritualité individualiste?

Tout le monde a l’idée en tête d’un vague courant spirituel un peu étrange et sacrément flou quand à ses buts et son contenu pour le moins extravagant quand on évoque le New Age. Pourtant de ce que j’ai pu en voir peu de gens sont capables de le définir avec plus de précision que cela mais ça n’empêche pas la majorité d’être très moqueuse à propos de ce mouvement de pensée qu’elle connait très mal. Dire d’une chose qu’elle est New Age est même devenu une insulte dans le langage populaire pour qualifier une idée que l’on trouve absurde et fantasque. Comme si dans l’opinion de la plupart du gens le New Age se résumait à une poudre de perlimpinpin pour drôles de zigotos niais et légèrement allumés du ciboulot.  Et euh…c’est sur il faut bien l’admettre pour bien connaitre ce milieu et le fréquenter malgré moi bien plus que je ne le souhaite depuis longtemps y étant contrainte car beaucoup de membres de ma famille et tout particulièrement mes parents sont à fond dedans le moins que je puisse en dire c’est que l’expression qui veut qu’un cliché ne vient jamais de nul part et est toujours une caricature avec un fond contenant une part de vérité exagérée et simplifiée s’applique en effet beaucoup concernant le New Age. Cela n’empêche pas que se contenter de cette image là c’est de la paresse intellectuelle et ça revient à jeter le bébé avec l’eau du bain ce que je me refuse à faire ici, voilà pourquoi malgré le fait que pas mal de chose m’y soulent moi même je me sens obligée de défendre ce courant car malgré tout je pense que tout n’y est pas à jeter. Bon alors le New Age c’est quoi? Une spiritualité individualiste nous dit Wikipédia pour commencer…et rien que là ça commence à faire un peu mal. C’est le cliché le plus répandu sur cette spiritualité, qu’elle est centrée sur l’individu et égocentrique et c’est effectivement comme ça que se comportent beaucoup de gens qui la pratiquent mais…ça reste un mouvement spirituel, donc l’aspect de communauté au sein de laquelle se soudent des amitiés et toute une activité culturelle y existe aussi on peut difficilement le nier. En plus le New Age est né d’une contre culture hippie des années 1960 où l’aspiration d’un retour au collectivisme était au contraire centrale et très forte. C’est la période néolibérale des années 1980/1990 qui en a changé les courants les plus visibles en ces versions dévoyés et hyperindividualistes de l’idéal des jeunes des années 1960 en recherche spirituelle qu’on voit aujourd’hui mais si ils sont devenus minoritaires les gens de spiritualité New Age dont les aspirations collectives issues de la contre culture hippie font partie des valeurs centrales n’ont jamais disparus et résumé simplement le New Age en spiritualité individualiste et égocentrée c’est une généralisation faisant du tort à ce genre de personnes. Mais bon ça encore c’est presque excusable du fait que c’est une généralisation valide pour la majorité des courants New Age populaires et visibles on ne peut vraiment pas en dire autant du second point de critique le plus fréquent du New Age.

2-Le New Age est t’il satanique?

Non. Salut. Bon d’accord je développes. Toutes les accusations de satanismes portées contre le New Age sont issues de fondamentalistes de l’extrême droite chrétienne pour qui tout ce qui n’est pas du fondamentalisme d’extrême droite chrétien provient de Satan et est maléfique. Alors oui le New Age ne correspond pas aux croyances des fondamentalistes chrétiens d’extrême droite. Cependant si vous n’en faites pas partie et que vous avez comme la plupart des gens comme définition de sataniste « personne se revendiquant sataniste ou vénérant Satan » alors le New Age selon cette définition là n’a rien de satanique car personne n’y vénère Satan, le satanisme est un courant de pensée et de spiritualité un peu particulier et assez fortement isolé des autres qui a des liens assez ténus avec les autres spiritualités alternatives. De plus l’inspiration principal du  New Age est une volonté de créer une spiritualité moderne universaliste et syncrétique qui bouffe donc au râtelier de toutes les anciennes traditions religieuses pour aboutir à un fourre tout bordélique dont les inspirations partent dans tout les sens…ou presque. Mouvement issu de la société blanche des années 1960 il a toujours mêlé seulement les spiritualités qui étaient connues en ce milieu à cette époque pour aboutir à la fusion de croyances éparses qui lui a donné naissance. Une erreur fréquente est de qualifier de New Age les spiritualités chinoises confucéennes ou taoïstes, où du moins ce qu’en comprennent les occidentaux qui tentent de s’y intéresser, dans leur version originelle ou bien traduites elles sont des traditions millénaires avec leur histoire propre et n’ont rien à voir avec le New Age bien plus récent, en version dévoyée car des occidentaux s’y intéressant n’ont pas pigés des trucs qui se sont perdus en cours de traduction ou de transmission c’est ce que ces gens ont pigé de ces traditions avec leur propre regard, certes en général ça veut dire pas grand chose et ça aboutit à des idées loufoques toutes personnelles mais ça ce n’est New Age qu’au sens de l’insulte ça n’a rien n’a voir avec le New Age en tant que courant spirituel qui s’intéresse en général fort peu au confucianisme et au taoïsme et à tout ce qui est de tradition religieuse ou philosophique chinoise hormis le bouddhisme dont l’origine est indienne et qui a pour point commun avec le New Age de se revendiquer une spiritualité universaliste et dont les références dans le New Age viennent bien plus fréquemment du bouddhisme indien que du bouddhisme chinois. Pour ce qui est des gens rejetant toute idée spirituelle venue de Chine automatiquement au prétexte que « c’est New Age » au sens de l’insulte il ne me parait pas utile de vous expliquer en quoi décréter sans la connaitre qu’une tradition multimillénaire est un truc de doux dingues qui ne vaut pas la peine qu’on s’y intéresse est profondément raciste. Comme l’est l’attitude des gens comme il y en a beaucoup qui classent tout courant religieux, spirituel ou philosophique d’origine ou d’inspiration non occidentale dans la case « trop New Age pour moi » d’ailleurs. De même il ne faut pas confondre comme Wikipédia le fait le mouvement des Mayas qui tentent de reconstruire leur spiritualité traditionnelle détruite pas la colonisation et la christianisation forcée étant allée avec et le New Age, les deux n’ont aucun lien direct. Ni ce qui est commun avec le complotisme millénariste sur une supposée fin du monde arrivant en 2012 qui avait alors fait pas mal de bruit et était issue d’une confusion considérable autour du calendrier Maya et de cette date supposée selon les calculs plus que fantasques de certains être la fin d’un cycle dans notre monde et le début d’un autre. Cela n’avait pas de lien direct avec le New Age et n’a pas été une rumeur propagée par les membres de ce mouvement plus que par d’autres qui pour la majorité d’entre eux n’y croyaient guère, la confusion vient du fait que sur la base de calculs du même degré de flou et de crédibilité les partisans du Nouvel Age ont aussi cet espoir de voir un cycle de l’histoire humaine se finir, le notre, et un autre commencer, c’est le fameux Nouvel Age ou New Age qu’ils espèrent de tout leurs souhaits, mais dans leurs croyances il ne représente pas une fin du monde ou d’un monde mais la fin de la société actuelle où les valeurs qui sont les leurs sont minoritaires pour le début d’une nouvelle société mondiale où leurs valeurs seront dominantes. Et je vous vois venir à 30 kilomètres non le New Age n’a aucun lien avec la franc maçonnerie ni avec le Nouvel Ordre Mondial. La plupart des acteurs du mouvement New Age s’intéressent peu à la Franc Maçonnerie et en ignorent quasiment tout, et pour ce qui est du Nouvel Ordre Mondial c’est une idéologie qui divise ce moment, certains de ses membres sont pour y voyant une avancée vers une philosophie mondiale à partir d’une gouvernance mondiales qu’ils espèrent à même d’apporter la paix à notre monde miné par les guerres entre les nations mais la majorité des partisans du New Age s’opposent nettement à cette idéologie car le New Age est un mouvement où l’anti élitisme et l’idéal démocratique sont très fortement ancrés. Une des bases de la fondation du courant spirituel New Age à été de s’opposer au culte du secret des anciennes traditions ésotériques et occultistes qui semblait manquer trop de transparence pour être démocratique et instaurer une hiérarchie entre les initiés et les non initiés dont les partisans du New Age qui avaient le désir d’une spiritualité horizontale sans hiérarchie ne voulaient pas. On voit bien là donc en quoi cet idéal est incompatible avec les idées des cultes initiatiques ésotériques de diverses sociétés secrètes avec lesquelles le courant New Age est souvent confondu à tort malgré le fait que les deux s’interpénètre relativement peu souvent et que la plupart des gens de spiritualité New Age ont une connaissance très faible des sociétés secrètes de ce type voir en ignorent l’existence. De même les théories des anciens astronautes qui prétendent que les constructions des anciens Mayas sont d’origine extraterrestre ne sont pas des croyances courantes parmi les gens qui sont partisans d’une pensée New Age bien qu’en revanche une influence de la pensée New Age soit très courante chez les gens qui croient aux hypothèses de type anciens astronautes. Aussi si Rudolf Steiner et Helena Blavatsky sont des figures très admirées par la plupart des partisans du New Age le premier pour son anthroposophie et la seconde pour sa théosophie, c’est car leurs doctrines spirituelles ont été parmi les bases fondatrices de la pensée New Age mais elles lui sont bien antérieures et donc en sont des ancêtres et des inspirations et non des composantes. Steiner a inventé l’anthroposophie au tout début du XXème siècle et Helena Blavatsky a fondé la théosophie en 1875. Le New Age apparait vers 1960.  Ils sont alors tout deux morts depuis des décennies. Voilà en quoi qualifier leur pensée de New Age est incorrect. De plus prétendre que leurs idées sur les Mayas sont répandues parmi les partisans du New Age est faux, la plupart des adeptes du New Age ne se préoccupent que fort peu de la culture Maya pour tout dire et les courants contemporains qui l’utilisent pour créer les idées précités ne sont pas liés au New Age qui est très loin d’être la seule spiritualité moderne occidentale avec une vision assez spéciale de l’histoire des peuples non occidentaux qui existe. De même qu’on qualifie très souvent à tort le druidisme de New Age alors que c’est une tradition qui dans sa version reconstructionniste tente au maximum de se rapprocher des croyances celtes anciennes et de les recréer et dans sa version néo druidisme date de la fin du XVIIIème siècle et a bien plus avoir avec l’aspect spirituel du mouvement romantique qu’avec le New Age, cependant vu la forte influence des idées New Age dans les mouvements de gens à spiritualité d’inspiration celtique la confusion est assez compréhensible bien qu’elle soit une fausse piste tant pour comprendre le New Age que les spiritualités d’inspiration celtiques et que beaucoup y compris parmi les acteurs de ces deux mouvements mélangent des idées issus des deux en un syncrétisme généralement issu d’une ignorance et pas volontaire ce qui brouille encore davantage les cartes.

En fait « éclectisme » New Age fusionne en générale des traditions culturelles disparates mais relativement ciblées et un peu toujours les mêmes : spiritualités amérindiennes, shamanisme, hindouisme et wicca. Et aussi malgré une vive critique du christianisme occidental commune chez les adeptes du New Age une forte influence très fréquente de ce dernier sur les idées New Age aussi mal assumée par les chrétiens en général plutôt rebutés par le New Age que par les gens partisans du New Age le plus souvent réfractaires au christianisme d’ailleurs.

Aussi point important les adeptes du New Age sont généralement pour la tolérance religieuse et la laïcité, forcément sinon ils pourraient pas piocher dans plein de traditions religieuses et culturelles différentes au nom de l’universalisme prôné par ce mouvement.

Et d’ailleurs beaucoup de personnes adeptes du New Age ne se considèrent pas religieuses et se proclament parfois athées le plus souvent « pas religieuses, pas athées, pas agnostiques non plus mais spirituelles ». Cela signifie qu’ils rejettent les cultes religieux organisés et hiérarchisés mais ont des croyances non démontrables (même si beaucoup en sont assez fanatiques et tendent à les asséner comme des certitudes absolues) cependant si une partie des partisans du New Age se déclarent athée c’est que même si le New Age est relativement ouvert sur ce point et qu’à ses marges on trouve des croyances très variables dont des syncrétismes entre monothéisme et idées New Age,  la plupart des gens de ce mouvement ne croient en aucun Dieu. En effet une reprise d’une philosophie proche d’une vision athée du bouddhisme est en règle générale la base du New Age pour la plupart de ces adeptes. Cependant du coup le New Age partage avec le bouddhisme d’être un peu entre deux, à la fois religion pour certains et philosophie pour d’autres. Cependant si beaucoup d’athées croient à certaines idées New Age, la majorité des idées New Age ne sont pas partagées par la majorité des athées. Et bien sur les athées radicaux qui refusent toutes les religions et pensées en provenant et sont les athées les plus audibles et visibles sont complètement réfractaires au New Age et à tout ce qui y ressemble comme ils le sont à tout ce qui n’est pas scientifiquement démontré. C’est en cela que qualifier le New Age d’athéisme est faux et réducteur. La seule chose qu’elle a en commun avec l’athéisme c’est l’absence fréquente de Dieu ou de Dieux dans la pensée de ses adeptes, une forte tolérance religieuse et une forte tendance à être attaché au principe de laïcité. Son lien principal avec le christianisme est que la plupart de ses adeptes ont reçu une éducation chrétienne qu’ils ont rejeté mais dont la pensée reste profondément marquée sur la plupart des sujets et principalement dans leur vision de la morale, du bien et du mal. Son plus fort lien avec la Wicca est que les deux sont avant tout des spiritualités éclectiques et universalistes modernes avec un fort aspect de militantisme et d’engagement politique (qui dans les deux cas peut se trouver n’importe où dans le champ des divers courants politiques et provient de ce que les gens de ces spiritualités on très souvent pour principe qu’ils doivent devenir le changement qu’ils veulent voir dans le monde). Une phrase de Gandhi, homme ni New Age ni Wiccan mais dont la pensée, où plus exactement ce que les sociétés blanches occidentales ont retenu de sa pensée, a énormément marqué ces deux courants dont la majorité des adeptes ont une admiration pour la personne et sa politique où du moins ce qu’ils en connaissent qui se résume en général au principe de militer pacifiquement contre les injustices que l’on veut voir disparaitre et voilà en général ils n’en savent pas grand chose de plus. Le principal héritage de Blavatsky et de Steiner retenu par les partisans du New Age c’est leur perception occidentalisée de l’hindouisme et du bouddhisme où plus exactement des concepts en provenant dont ils se sont inspirés pour créer leurs propres courants de pensées à partir de cette base tout en s’éloignant, pas toujours volontairement et le plus souvent du fait d’incompréhensions nombreuses d’ailleurs, de la façon dont ces concepts étaient compris et pensés dans les cultures dont ils étaient originaires. C’est là qu’on arrive sur le problème de l’appropriation culturelle mais on y vient très bientôt. Cependant avant cela, revenons à ces questions de Nouvel Age à venir pour répondre à une autre accusation couramment faite au New Age.

3-Le New Age, un courant de pensée astrologique?

Les gens qui font cette critique sont généralement des rationalistes pour qui New Age = pas scientifique = irrationnel = le mal, astrologie = pareil, alors si le New Age est lié à l’astrologie alors le New Age c’est le mal au carré, CQFD. Et en effet la plupart des personnes adeptes du New Age croient en l’astrologie. Cependant peu approfondissent ce sujet et la majorité en reste à se contenter de croire à la prédiction  astrologique fondatrice du mouvement New Age qui dit sur la base d’un calcul foireux que nous sommes à la fin de l’ère du Poissons représentant la domination de la pensée chrétienne sur le monde, le Christ étant dans l’iconographie chrétienne classique symbolisé par un poisson, et que nous entrerons bientôt dans l’ère du Verseau un âge de renouveau où les valeurs du New Age deviendrons dominantes dans la société à venir. Le tout en se basant sur une interprétation d’un passage de la Bible où le Christ arrive devant un homme portant une cruche d’où et invitent ceux qui ont vraiment compris l’essence de ses enseignements à la fin des temps à suivre cet homme vers la maison où il va comme étant une symbolique astrologique des maisons zodiacales invitant les vrais chrétiens à devenir adeptes du New Age lorsque démarrera l’ère du Verseau ( aussi nommé New Age ou Nouvel Age ou Age du Verseau sur la base de l’idée que la foi renouvelée aura le symbole de la maison zodiacale de l’ère dans laquelle on entrera alors supposément l’ère du Verseau comme celle d’avant était liée à la maison zodiacale des Poissons, le Christ étant traditionnellement représenté par un poisson dans le christianisme ancien, symbole de l’ère chrétienne) c’est à dire à une date inconnue à large fourchette située entre la fin du XXème siècle et l’an 3000 (voir l’an 10000 pour quelques personnes à la fourchette encore plus large). En effet les adeptes du New Age sont en général plutôt des gens qui ont une vision positive du Christ et de ses actions telles que la plupart des gens les connaissent, ils le perçoivent comme un sage et un initié qui en plus partage leur idéal d’universalisme et donc ils l’aiment bien et en général ils aiment aussi la Bible et son message, surtout le Nouveau Testament. Ce qu’ils refusent dans le christianisme c’est l’autorité des institutions religieuses car ils pensent que chacun doit se forger ses propres convictions en matière religieuse, bref ils sont antidogmatiques. En dehors de ça les adeptes du New Age sauf quelques uns que ça intéresse se foutent pas mal d’astrologie le plus souvent. Par contre oui ils ont une prophétie fondatrice à justification astrologique la base de leur pensée ce qui est un de ses aspects religieux.

4-Le New Age, de l’appropriation culturelle? Un faux nez du racisme? Des néo nazis masqués?

Oui. L’immense majorité des idées New Age sont basées là dessus. C’est en cela qu’il est justifié de qualifier le mouvement de racisme. De là à dire que les gens adeptes du New Age sont des néo nazis c’est aller bien trop vite en besogne et tomber dans des caricatures dangereuses. Politiquement on trouve de tout dans le New Age. Pour ce qui est d’être raciste les gens adeptes du New Age le sont en général mais ni plus ni moins que les  blancs ne le sont en moyenne. On retrouve exactement le même type de conneries racistes dans le New Age que dans la société occidentale dans son ensemble, ni plus ni moins. Ceci dit les adeptes du New Age tendent à faire plus d’appropriation culturelle que la moyenne car ils s’intéressent un peu aux spiritualités non occidentales là où la majorité des blancs n’en ont rien à foutre et du coup ils en reprennent pas mal de concepts, le plus souvent de façon dévoyée par ignorance, en croyant en général à tort honorer les cultures dont ils sont issus là où généralement la majorité des personnes de ces cultures détestent l’appropriation culturelle occidentale de leurs traditions par les adeptes du New Age. Cependant ça reste à voir au cas par cas. Les peuples originels de l’Amérique du Nord sont généralement ceux qui ont le plus à redire sur la façon dont le New Age fait de l’appropriation culturelle de leurs cultures et les dégâts que cela y cause. La plupart des auteurs antiracistes issus de ces cultures l’ont vivement dénoncé. Certains sont allés jusqu’à déclarer la guerre aux gens qui font de l’appropriation culturelle de leurs cultures dans ce texte célèbre : http://woglakapi.free.fr/pages/avertissement.htm, bref si vous vous intéressez au New Age et voulez y triez le bon grain de l’ivraie côté racisme dans ce mouvement le plus important est que vous vous méfiez hautement de tout ce qu’on vous présente comme des trucs d' »Indiens d’Amériques » et alliez y regardez à deux fois avant de vous faire avoir par des contre façons dangereuses pour les cultures en question. Sur ces sujets que des gens du mouvement New Age ne disent pas de conneries est rarissimes, les seuls que j’ai croisé dont c’était le cas était amis avec des gens de ces cultures là chez qui ils vivaient quotidiennement ce qu’on croise vraiment pas tout les jours dans ce genre de milieu et aimaient à peu près autant que les peuples avec qui ils s’étaient liés d’amitiés les contrefaçons dont je parle et les dénonçaient vivement en soutien à leurs amis issus de ces cultures. Pour les inspirations shamaniques c’est la même chose en gros. Tout ces courants là ce serait un miracle que vous appreniez quoi que ce soit de vrai sur ces traditions précises dans le courant New Age. Pour ce qui est des références d’origine hindouiste dans le New Age on a principalement la croyance en la réincarnation qui est fréquente chez les adeptes du New Age, et c’est globalement une croyante assez fréquente partout dans le monde sauf que les Occidentaux tendent à croire que tout le monde peut être réincarné en tout et n’importe quoi tout le temps tandis que la majorité des hindous pensent que l’on ne peut se réincarner que dans son espèce, son peuple, sa tribu, son clan, sa famille, sa caste et son métier lors de la vie suivante et que la vision universaliste de la réincarnation est une offense à leurs croyances traditionnelles…cependant ce même traditionalisme rigoriste est contesté par une minorité d’hindous ne s’y retrouvant pas qui adhèrent à la vision universaliste de la réincarnation qui existe donc comme courant hindou minoritaire donc là c’est pas de l’appropriation culturelle plus un choix de sélectionner une vision universaliste de la réincarnation inspirée d’un forme particulière minoritaire d’hindouisme, ce qui n’est pas un problème tant qu’on l’assume et ne prétend pas que c’est la croyance hindoue majoritaire à tort. Le New Age s’inspire aussi énormément dans ses idées centrales d’un courant minoritaire de l’hindouisme très particulier à savoir le tantrisme. Ceci dit la plupart des adeptes du New Age l’ignorent et pensent s’inspirer du courant majoritaire de l’hindouisme dans leur spiritualité. Le tantrisme est fondé sur des formes particulières de yoga et de rites censés venir du dieu Shiva et avoir été conçues spécialement pour l’homme déchu du kali yuga, le dernier âge de l’humanité, le nôtre, selon la cosmologie hindoue, cependant certaines formes de bouddhismes sont aussi tantriques, la littérature et la philosophie tantrique sont des univers vastes, riches et complexes dont le New Age n’a pas retenu grand chose dans sa forme majoritaire à part trois trucs : l’aspect sexuel, le côté transgressif et les corps subtils. Cependant ce qui y a été perçu comme transgressif en Occident à savoir l’aspect sexuel du tantrisme n’a rien de subversif et est intégré dans un cadre de pensée tout ce qu’il y a de plus traditionnel en Asie. Seulement dans le contexte de répression sexuelle énorme de la jeunesse occidentale des années 1960 l’idée de vivre une spiritualité où le sexe n’est pas tabou et intégré dans le sacré était vécue comme révolutionnaire et d’une grande séduction pour beaucoup de jeunes en quête spirituelles et sexuellement coincés dans de gros blocages issus d’une culture occidentale alors très bigote concernant la sexualité. Ah un point important, contrairement à ce beaucoup croient le Kama Sutra est un texte traditionnel suivi par la majorité en Inde et n’a rien de tantrique. Et la magie sexuelle occidentale à sa propre et très longue histoire et même si elle recoupe en bien des points les idées tantriques sur la sexualité elle a évolué en parallèle du tantrisme dans les traditions culturelles européennes et n’est donc pas du tantrisme. Basiquement les adeptes du New Age n’ont rien retenu de la richesse de la pensée tantrique sur la sexualité à part que la libération sexuelle est intégrable dans une démarche de quête spirituelle. Un truc dont ils avaient bien besoin chez ceux des hippies adeptes du New Age semble t’il car cette idée et sa mise en pratique y ont eu l’immense succès qu’on a connu, ceci dit avec l’épidémie de SIDA à partir des années 1980 on le sait la sexualité est devenue bien plus rangée à nouveau même dans ces milieux là, et leur seule spécificité y est sur ce point d’offrir une éducation sexuelle à leurs enfants qui inclut l’éducation au plaisir, quand j’ai commencé à me poser des questions là dessus étant ado mon père m’a filé le Kama Sutra en bouquin et en vidéo ce dont je ne le remercierai jamais assez car c’était vachement efficace et précieux comme initiation en ce domaine. Une chance rare d’autant que je suis une fille. Lui m’expliquait que découvrir ça au même âge pour lui qui avait une mère pour qui tout ce qui a trait au sexe est tabou ça a été la révolution sexuelle dans sa tête, un récit probablement correspondant à celui de plein de jeunes des années 1960/1970 découvrant les mêmes trucs. Pour ce qui est des corps subtils, l’idée provient du tantrisme apparemment les enseignements, génériques et disponibles à tout un chacun dans ses pays d’origine, ce sont retrouvés à libre disposition de tous partout par le biais du New Age sous une forme conforme à sa version originale de façon acceptée par les personnes de la culture dont ils étaient issues, une fois n’est pas coutume, donc ce que vous trouvez sur les corps subtils c’est à dire les centres d’énergies, les chakras et la kundalini, ainsi que l’aura, la littérature New Age générale est apparemment une source fiable pour qui s’y intéresse pour savoir ce que sont supposé désigner ces concepts, ah et pleins de traditions identifient pleins de corps subtils différents selon des classifications variables mais apparemment ce sont des découpages assez artificiels et le plus important et d’en trouver un qui soit raccord avec vos idées apparemment en terme de correspondance avec la tradition dont ils s’inspirent ce n’est pas un drame, tous ont l’air d’être jugé équivalents par les personnes issues de ces cultures, ici pour un détail des différentes façon de catégoriser les corps subtils : https://fr.wikipedia.org/wiki/Corps_subtils. Pour le détail j’y connais pas grand chose mais le test fait à plusieurs reprises je trouve la médecine par les chakras très efficace tant côté douleurs physiques que psychiques donc si ça vous intéresse je vous recommande de faire le test d’autant que j’ai longtemps été très sceptique sur ça. Enfin deux éléments communs dans le New Age viennent de l’hindouisme et du bouddhisme à savoir la méditation et le yoga mais là pour le coup ce sont probablement les éléments de culture non occidentale importés par le New Age en Occident les plus couramment pratiqués en dehors des milieux New Age et les plus banalisés. D’ailleurs le yoga qui a toute une dimension spirituelle et philosophique en a été épuré pour se retrouver résumé à un sport de bien être pour bourgeoises en Occident et c’est grave traumatisant de voir ça pour les gens dont ça fait partie de la culture d’origine donc par pitié apprenez le yoga avec quelqu’un qui sait de quoi il vous parle. Cela a été mon cas et j’ai eu énormément de chance, ça m’a été très utile. Pour ce qui est de la méditation enfin ce fut plus un réapprentissage qu’un apprentissage pour l’occident car cela existe aussi dans la tradition chrétienne mais simplement c’est moins connu sous cette forme là. Maintenant vous savez qui vous offensez ou pas en ayant des croyances New Age fréquentes. Il faut bien le dire la majorité offensent plein de gens mais si vous êtes en quête spirituelle, voulez sacraliser votre sexualité et en faire partie intégrante de votre spiritualité, connaitre les corps subtils et vous soignez de vos problèmes physiques ou psychiques avec les savoirs médicaux y étant liés et apprendre à méditer la littérature New Age peut vous y aider sans que cela implique que vous soyez dans des attitudes racistes envers des gens et vu que ce sont des outils d’aide que bien des gens trouvent très efficaces en ce cas pas de raison de vous en privez. Et pour ce qui est de la différence entre appropriation culturelle et échange culturel qui trouble plus d’un c’est simple c’est la même qu’entre un vol et un cadeau, d’ailleurs à partir de maintenant je pense employer ces mots que tout le monde comprend au lieu de ce genre de notions militantes un peu absconses pour parler de ça désormais ce sera nettement plus clair et utile pour tout le monde je crois. Et donc oui ce que les gens peuvent ou pas reprendre du New Age sans contribuer au racisme envers des peuples dépend juste de si le fait que ces concepts ce sont retrouvés en milieu New Age sont la conséquence d’un vol de ces derniers à leurs peuples d’origine ou d’un partage volontaire de ceux ci par leurs peuples d’origine avec les Occidentaux c’est aussi simple que ça. Ah et aussi une minorité de gens pas blancs sont dans des mouvances New Age et dire le New Age c’est un truc de blancs de façon catégorique revient à renier leur existence ce qui est aussi une forme de racisme.

5-Le New Age un dangereux mouvement hostile à la science?

Le New Age n’est pas fondé sur des notions reconnues par la communauté scientifique internationale. Ceci dit le courant est d’ordre spirituel et non point scientifique et s’aventure fort peu sur le terrain de la science de façon générale. Il existe pas mal de mouvances sectaires à tendances pseudo scientifique d’inspiration New Age aux marges de ce mouvement ceci est vrai mais le New Age comme courant dans son ensemble parle bien peu de science et se serait aussi caricatural de déclarer le New Age anti scientifique sur cette seule base que de déclarer le christianisme incompatible avec la science au prétexte qu’une minorité de chrétiens extrémistes rejettent la théorie de l’évolution. En plus certains aspects communs dans le New Age comme la méditation sont l’objet de corpus d’études scientifiques internationales en confirmant le bienfait, sous une forme « scientifiquement testable » ceci dit c’est à dire sortie de tout contexte de démarche religieuse, spirituelle ou philosophique pour être testable en labo et utilisé sous cette forme drastiquement réduite en dimensions, richesses et profondeur en médecine ordinaire : https://www.pourlascience.fr/theme/meditation/ . Pour ce qui est du yoga c’est encore plus délicat, bien des scientifiques et médecins occidentaux très nombreux en reconnaissent les bienfaits et le conseille : https://www.pourlascience.fr/tags/yoga voir tout comme avec la méditation de plus en plus en exige la pratique à des patients pas forcément à l’aise avec le concept qui le vivent parfois très mal car ces pratiques ne sont pas inoffensives et le faire n’importe comment surtout sous la contrainte c’est risqué, comme en témoigne ce lien concernant la méditation : https://www.letemps.ch/sciences/lengouement-meditation-neglige-effets-secondaires et celui ci concernant le yoga : https://www.comprendre-yoga.com/les-dangers-du-yoga. Et ces risques sont pris en compte parfaitement dans les cultures et traditions dont ces pratiques sont issues et bien connus. L’ignorance occidentale, qui tend à considérablement minimiser les risques et dangers du yoga et de la méditation, vient de la méthode standard d’évaluation de la médecine en Occident d’une part qui tend à s’y appliquer mal ce qui est négligé par l’illusion qu’on les médecins occidentaux de l’universalité de leurs méthodes d’évaluation de thérapies d’une part et part le marketing capitaliste de ces pratiques d’autre part qui a fort peu intérêt à en présenter une approche nuancé et se fiche pas mal de la santé des patients ne recherchant que le profit côté argent, ce qui n’est pas une attitude rare de la part de scientifiques, médecins et psys surtout en Occident comme on le sait bien les scandales type Médiator étant réguliers en ces domaines et témoins du poids de l’appât du gain et de ce qu’il crée comme biais d’objectivité en ces domaines. Pour comprendre l’évolution de la perception de ces deux pratiques en Occident je pense qu’en faire un historique s’impose. Histoire abrégée de la méditation en Occident : Il existe des formes de méditations chrétiennes comme l’oraison silencieuse de l’ordre du Carmel, les Exercices Spirituels, un guide pratique de méditations et prières chrétiennes rédigé par Ignace de Loyola qui fut très longtemps un texte de référence connu d’énormément de chrétiens d’Occident et qui est aujourd’hui totalement accessible en ligne pour les curieux parmi vous souhaitant le découvrir : http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Exercices_Ignace/exercices.html, la lectio divina est une autre forme de méditation chrétienne commune en Occident qui consiste à partir de la lecture de la Bible, des psaumes ou de textes d’auteurs chrétiens (lectio), prolongée par une réflexion sur le texte qui vient d’être lu (meditatio), à la suite de laquelle on entre en dialogue avec Dieu (oratio) puis on demeure silencieusement en présence de Dieu (contemplatio), cela peut se faire seul comme en groupe de prière, cette pratique dans le christianisme est très ancienne et arrivée en Occident dès l’Antiquité, seulement au milieu du XIXème siècle l’approche chrétienne de la Bible s’historicise et l’obsession des chrétiens devient de tenter de déterminer l’historicité des épisodes bibliques connus et la lectio divina s’est alors marginalisée, devenue une pratique peu usitée en dehors des monastères chrétiens en Occident, on en a cependant connu une renaissance chez les chrétiens occidentaux ordinaires au début du XXème siècle mais cet effet de mode c’est vite dissipé et cette pratique méditative chrétienne est retombée dans l’oubli jusqu’au milieu des années 1960 justement où elle est remise en avant par les autorités chrétiennes comme pratique chrétienne commune à encourager probablement pour contrer le fait que de plus en plus de gens souhaitant méditer et ignorant que c’est possible de le faire dans un cadre chrétien quittaient le christianisme à l’époque pour le New Age après y avoir découvert des expériences de pratiques méditatives ayant apporté à ces derniers quelque chose qui a comblé un manque dans leur vie ou les a transformé radicalement en bien. La très commune prière du silence est aussi une forme de méditation chrétienne qui n’a jamais cessé d’être partie intégrante des pratiques populaires chrétiennes tout comme l’est le rosaire. Cependant la plupart des gens de culture chrétienne ne sont pas mis au courant qu’ils pratiquent déjà la méditation sans le savoir dans le cadre de leur pratique religieuse et sont persuadés qu’elle n’existe qu’en version exportée de l’Asie par le New Age en Occident. On l’a vu les formes de méditations qu’on trouve dans le New Age sont inspirées de l’hindouisme et du bouddhisme. C’est pour cela en partie que lorsque les pratiques méditatives de ce type se répandent en Occident à partir de la contre culture hippie dans les années 1960 elles sont totalement rejetées par la communauté scientifique occidentale de l’époque. Elles sont méconnues, pas catholiques et inspirent la défiance aux yeux de la plupart des savants français d’alors. On ne commence à l’étudier scientifiquement en France que dans les années 1970 tout en restant très fermés dans le milieu savant français de l’époque à son usage thérapeutique mais les travaux français sur ses effets sur le cerveau, ayant tenté de reproduire les expériences japonaises sur le même sujet et en confirmant les résultats, l’ont finalement alors transformé en objet théorique d’études scientifiques accepté en France. Il faudra cependant attendre le début des années 1980 pour que la méditation soit acceptée en tant que pratique thérapeutique par les scientifiques, médecins et psys de France qui ayant constaté son efficacité maintes fois la recommande à qui mieux mieux pour tout et n’importe quoi de façon exponentiellement croissante depuis. Et ne nous illusionnons pas qu’elle ait été jugée dangereuse à l’époque où elle accompagnait un élan de jeunesse contestataire qui voulait changeait la société occidentale et la rendre meilleure et soit devenu bienfaisante au yeux des savants français comme par hasard pile au moment où sa récupération politique bourgeoise par sa transformation en produit marketing servant à retirer des sous des poches d’Occidentaux en questionnement existentiel était achevée ne doit rien au hasard surtout politiquement. La science, la médecine et la psychologie officielles en France sont capitalistes économiquement je ne vous apprends rien là mais on oublie trop souvent qu’elles le sont aussi idéologiquement et politiquement ce qui les rend tout sauf neutres et objectives. Très simplement la plupart du temps elle déclare dangereuse une médecine qui ne lui rapporte pas de sous et bienfaisante une qui lui fait faire des bénéfices côté thune sans que d’autres critères entrent véritablement en ligne de compte, surtout pas l’effet sur les patients dont on sait bien que la préoccupation y est secondaire et surtout liée au fait de pas vouloir perdre de l’argent en se prenant un procès de patient mécontent ayant démontré avoir subi le préjudice d’effets négatifs de traitements supposés le soigner ayant empiré son état. Et on la vu avec le Mediator et bien d’autres scandales médiatiques semblables, tant que c’est faisable, le corps savant français préfère masquer les dégâts causés par des médecines nocives sur des patients pour continuer de leur pomper du fric plutôt que d’appliquer des méthodes réellement curatives mais moins rentables. C’est une chose qui s’observe tout les jours rien que par l’actualité médiatique et pourtant le déni dans notre société en est extrême et on est vite qualifié de complotiste dès qu’on est pas convaincu que le monde scientifique français est automatiquement 100% objectif en tout et sur tout. Même quand on apporte quantité d’arguments à sa démonstration. Tel est la puissance de cette institution qui est une des bases les plus efficaces du pouvoir bourgeois en France. Ce n’est pas être antiscientifique que de remarquer et d’analyser les biais qui conduisent les savants en fonction de leur milieu sociologique et de leur éducation à une conclusion ou une autre, c’est juste faire preuve d’esprit critique ce qu’en théorie la méthode scientifique et sa philosophie encourage en tout…mais que curieusement les acteurs du monde scientifique on vivement tendance à décourager quand on décide de réfléchir à leurs propres conclusions avec un examen critique similaire. Car si une minorité de savants en France le sont par quête de savoir et de vérité, la plupart le sont par pur recherche de faire un métier qui leur donne du prestige social, un bon salaire, et le pouvoir qui va avec, tout simplement, et donc le fait qu’on cherche des vérités et non pas juste à aller dans le sens du vent, ce qui en dérange plus d’un profondément, les perturbent dans leur routine quotidienne et les mets mal à l’aise raison pour laquelle ils y sont généralement hostiles. Cependant quand on s’intéresse vraiment à une pratique à but curatif on doit porter une attention égale à ses bienfaits et aux problèmes qu’elle peut engendrer, c’est dans le fait qu’on voit que la plupart des savants et des gens dans le New Age ne le font pas en France concernant la méditation est sont absolument persuadé que c’est 100% inoffensif qu’on s’aperçoit qu’ils sont d’une ignorance dangereuse sur ce sujet dont ils se prétendent des experts. Attention ne me faite pas dire l’inverse non plus les intégristes religieux qui présentent la méditation, le yoga et tout ce qui est d’inspiration New Age comme de l’ordre du Mal Absolu satanique et que sais je encore sont dans l’exagération totale inverse et sont encore plus dangereux en interdisant à plein de gens une source d’aide et de soutien potentiel pour eux, et répandant l’ignorance car comme on l’a vu si ils tiennent absolument à méditer chrétiennement la plupart d’entre eux le font déjà en ne le sachant pas.

Alors quels problèmes avec la méditation?

1-Se renseigner quand on approche un groupe de méditation car si la plupart sont normaux certains sont des masques sous lesquelles se cachent des dérives sectaires desquelles il peut être difficile de se sortir. Cependant c’est assez minoritaire et il faut vraiment pas avoir de bol pour tomber là dessus néanmoins certaines de ces sectes ayant des pratiques particulièrement autoritaristes et destructrices vis à vis de leurs adeptes mieux vaut être au courant.

2-Attention à ne pas vous faire arnaquer par des marchands de rêve vous vendant à prix d’or des best sellers de développement personnel prétendant que la méditation rend tout et n’importe quoi faisable et est un remède miracle à tout les problèmes existants. Rendre plus altruiste et soucieux d’autrui et télépathe ne fait pas partie des effets communs qu’à la méditation sur la majorité des gens qui la pratiquent contrairement à ce que les livres les plus vendus sur le sujet en disent. Et pour ce qui est des effets de bien être psychologiques et physiques bref du bénéfice d’une pratique de méditation sur la santé ils sont variables et inexistants chez l’immense majorité des pratiquants qui ne méditent qu’une fois de temps en temps. Mais c’est pas si mal en un sens étant donné qu’une pratique réellement efficace de la méditation doit s’accompagner d’un savoir réel concernant ses effets autant positifs que négatifs sinon on prend des risques variables d’un individu à un autre mais bel et bien réels car la méditation est efficace et comme tout ce qui est efficace elle comporte des problèmes potentiels si mal utilisée. Un problème assez bénin mais courant est de prendre trop pour argent comptant les souvenirs qu’on a en état méditatif, c’est un état où la mémoire est altérée plus que d’ordinaire et où les faux souvenirs sont plus fréquents que d’habitude donc c’est plutôt à déconseiller. Ceci dit pour une pratique occasionnelle ce souci est assez inoffensif. Un problème qui est plus commun est que la pratique méditative quotidienne ne peut pas se faire n’importe comment, bon ceci dit les Occidentaux qui ont une pratique de méditation quotidienne sont ultra minoritaires mais ce sont eux qui ont de vrais risques liés à leur pratique de méditation, le premier n’est pas très grave mais peu comporter une gêne à savoir qu’un quart d’entre eux ne méditent pas en conditions correctes et résultat ressentent un inconfort passager quand ils méditent. Écoutez votre corps les gens si vous vous sentez inconfortables c’est que vous faites n’importe quoi. Trouvez une façon de méditer qui vous est confortable sinon c’est pas très intéressant de le faire. Enfin pour qu’il y ait un bénéfice réel de la méditation au niveau de la santé physique et psychique il faut que cette pratique soit intégrée dans une démarche disons de philosophie/quête existentielle/recherche de valeurs/spiritualité et/ou religion qui soit en accord avec la vision du monde, les besoins et les désirs de la personne qui la pratique et en harmonie avec le contexte culturel et social qui est le sien, sinon ça va être en dissonance avec le reste de sa façon d’être et provoquera donc le contraire de l’effet qui en est attendu. Pour prendre mon exemple mes grands parents et leurs ancêtres avaient des pratiques méditatives assez proches de celles que sont les prières chrétiennes du quotidien, mon père a découvert la méditation façon New Age étant un ado rebelle et contestataire des années 1970, il a alors découvert après avoir été élevé dans le monothéisme très strict des années 1960 étant enfant qu’il avait trouvé particulièrement répressif, le bouquin de Lobsang Rampa sur Le Troisième Œil, un livre qu’aujourd’hui il admet de lui même être « rempli de conneries » met qui ado lui à servi de porte d’entrée pour la découverte d’énormément d’idées dont il dit qu’elles ont bouleversés sa vision du monde et l’ont ouvert à tout un tas d’idées neuves et surtout au bouddhisme auquel lui et ma mère m’ont récemment admis s’être convertit depuis et selon les rites duquel ils veulent que je les enterre quand ils seront morts car c’est selon eux ce qui correspond le plus à leurs valeurs, mon beau père partage cet enthousiasme pour le bouddhisme donc oui trois des personnes que je vois le plus souvent dans ma vie y ont eu accès en commençant par s’intéresser au New Age avant de se tourner vers une pratique réelle du bouddhisme. Comme l’ont quand même fait 1% des français sans origines culturelles bouddhistes depuis. Ce tournant est arrivé dans la vie de mes parents dans les années 1980 donc ils m’ont élevé là dedans. Résultat j’ai commencé à apprendre la méditation à l’âge de…7 ans oui c’est ça il me semble. J’en ai donc 18 années d’expérience régulière derrière moi. Je maitrise donc ces techniques, je suppose que je pourrais les enseigner mais l’idée ne m’intéresse pas vraiment en tant que plan de carrière je trouverais ça ennuyeux  pour moi car l’enseignement j’ai déjà testé ça ne me correspond pas et un bon prof de méditation c’est pas seulement un bon méditant c’est aussi et peut être même surtout un bon prof tout court. C’est cependant plus une habitude qu’autre chose pour moi je dois vous l’admettre et du coup ça ne change pas grand chose à mon quotidien vu que ça en fait partie. Il n’y a donc aucune raison que ça change mon état physique et mental de méditer vu que je le fais déjà. Par contre oui cela peut être très bénéfique mentalement et physiquement à des gens qui découvrent le concept et ça l’est apparemment pour les pratiquants réguliers sur le long terme donc ça l’est probablement pour moi mais en ce qui me concerne c’est plus le même genre de bénéficie que celui que retire les gens qui font du sport et mangent équilibré qu’une rupture drastique faisant survenir des changements positifs soudains et majeurs dans ma vie, comme les médecins et psys ont tendance à le promettre c’est un truc de débutant ça. Du coup j’ai toujours un agacement considérable quand des médecins ou psys sont en mode « tu as un traumatisme médites et ça partira tout seul » comme je l’ai bien trop entendu…pour information dans les pays où la méditation est pratiquée régulièrement par la majorité des gens les personnes traumatisées existent aussi hein ce n’est pas un remède magique contre l’existence des traumatismes. D’autant plus qu’autant pour la plupart des problèmes d’ordre psychologique ou somatique la méditation est une très bonne indication thérapeutique autant il y a deux cas où c’est plutôt contre indiqué, la schizophrénie et les traumatismes. Alors qu’on s’entendent bien d’abord sachez que la plupart des schizophrènes trouvent validiste à juste titre qu’on leur interdise tout le temps tout ce qui a un aspect imaginaire et dissociatif en raison de leur schizophrénie à juste titre et que les craintes des médecins sur ce point sont souvent exagérées. Néanmoins quelqu’un qui médite va avoir tendance à renforcer sa dissociation de son égo et la divergence de sa perception du monde avec celle qui est communément connue sous le nom de « réalité », en général les psys sont très paniqués par ça car c’est le contraire de ce qu’ils recherchent et ne s’y attendent pas vraiment, néanmoins les pratiques méditatives surtout celles issues du bouddhisme font cet effet car elles sont conçues pour étant donnée qu’elle font partie intégrante d’une spiritualité qui encourage à percevoir le Moi et la réalité commune comme des illusions dont il est recherché par les méditants de se détacher. Un truc que la plupart des psys occidentaux ne pigent absolument pas et pathologisent à tout bout de champ à tort. Donc bon si vous êtes « schizos » et que vous voulez méditer bah c’est important que vous sachiez que cela va vous rendre probablement plus dissocié de l’Ego et moins ancré dans la réalité usuelle et sa conception commune pas moins, et que si vous cherchez au contraire à devenir plus unifié dans votre Moi et plus ancrés dans des perceptions du quotidien usuels et dans les visions communes de la réalité dans votre contexte culturel et social c’est probablement plutôt à évitez. Voilà. Cette info en tête vous faites bien ce que vous voulez. Si vous êtes traumatisé sans être schizo par contre le côté planant et décentré de la réalité commune des méditations d’inspiration New Age vous perturbera le plus probablement pas mais ce côté désintégration volontaire de l’Ego ce sera peut être le contraire de ce dont vous serez en recherche à ce moment là. Moi ça a une action neutre sur mon traumatisme vu que ça n’a aucun lien avec. J’ai aussi connu des gens dont ça a renforcé le traumatisme car il était lié au racisme antiasiatique et le fait de voir des psys blancs se poser en experts de pratiques issues de cultures dont ils étaient originaires en s’y connaissant beaucoup moins qu’eux de façon complètement coloniale a complètement aggravé leur traumatisme et les tendances suicidaires en étant la conséquence donc c’est aussi très à déconseillé de travailler avec quelqu’un qui n’y connait rien à la méditation et croit tout en savoir car il est psy et a lu un bouquin de développement personnel sur le sujet un jour pour cette raison là surtout quand on vient soit même d’un contexte culturel où c’est une pratique partie intégrante du quotidien. Cela peut être hyper violent à vivre. Déjà que rien que moi quand on m’a fait le coup j’ai jamais vraiment pu me remettre de ne pas être autorisée à coller une torgnole à l’imbécile qui m’avait dit ça pour me soulager de l’insulte qu’il venait de faire envers les pratiques que m’ont transmis mes parents j’ose même pas imaginé ce que c’est quand c’est pas juste un héritage de la génération parentale mais une culture multimillénaire dont vous êtes partie intégrante qui est ainsi bafouée sous vos yeux au prétexte de votre bien être pour flatter l’égo d’un petit psy blanc colon de merde qui se sent super et croit tout savoir de la vie juste parce qu’il a un diplôme de psychologie et se sent exister en vous écrasant de tout le poids du pouvoir que le confère ce fichu bout de papier de merde. Ah oui la méditation comme vous l’aurez remarqué à mon niveau de langage en ce passage ne rend pas nécessairement polie, calme et conciliante, et tend mieux d’ailleurs cela n’a jamais été censé être une méthode de soumission à l’ordre social existant.

Et quels bienfaits?

Il est reconnu que la méditation accroit la capacité de concentration, tend à légèrement améliorer les capacités de compassion et d’empathie (sur ce point précis ce n’est le cas que d’une pratique intense), a des effets positifs sur le stress et les douleurs chroniques, les troubles anxieux, à l’exception notable des traumatismes pour les raisons qu’on a vu précédemment, les tendances suicidaires et la dépression (enfin sauf si elles ont un lien avec une schizophrénie ou un traumatisme auquel cas on l’a vu c’est plus ambivalent), les troubles du sommeil (pareil), et les douleurs de façon générale, sa pratique régulière évite aussi les rechutes et rend la dépendance aux traitements médicamenteux moindre. L’utilisation de la méditation en complément de traitements usuels pour le cancer, la fibromyalgie et le SIDA a aussi contribué à l’état global des patients ayant ces pathologies mais la méditation n’a jamais suffit à elle seule à guérir ce type de problèmes comme on le prétend trop souvent. Le bien être apporté par une pratique méditative est reconnu également. Ceci dit il est reconnu aussi que tout ces effets positifs ne sont réels que si le méditant est bien accompagné d’un prof de méditation qui s’y connait vraiment et que le but du patient soi d’atteindre le genre d’état que la méditation fait atteindre c’est à dire des états dissociatifs planants où l’égo devient plus dissipé et flottant et ou la perception usuelle de la réalité communément acceptée diverge de celle que l’on a à ce moment là qui ont un objectif de relaxation mais aussi un aspect réflexif visant à permettre de remettre en question les valeurs et éléments du quotidien ayant conduit au stress qui a rendu la pratique méditative nécessaire. Et sans ce questionnement existentiel sur le mode de vie usuel et ce que le besoin d’y trouver une échappatoire en remet en cause la pratique méditative perd une grande partie de son sens. Une fois qu’on sait méditer d’une façon qui nous est utile pour changer notre vie au quotidien on a pas besoin de réapprendre à le faire 60 fois normalement si vous savez méditer vous retirez tout les bienfaits qu’il y a à en attendre et n’avez pas besoin de vous y entrainer comme le fait un moine avec grande intensité à moins de vouloir être moine vous mêmes donc méfiez vous grandement du genre de psy pour qui il faut méditez tout le temps et c’est la solution à tout et si ça marche pas c’est qu’on a pas médité assez, ce sont de gros charlatans qui ne captent rien à la pratique sur laquelle ils sont censés se baser. Ah aussi rêvez de débarrasser les gens de tendances agressives, violentes et/ou asociales et de préjugés divers juste par la méditation c’est rêver tout court ça ne fait pas partie des effets usuels de la méditation seule même si on vous vend le contraire. Une vraie méditation n’est pas bénéfique au conservatisme et à l’ordre social en place normalement elle en encourage plutôt la remise en question et est supposé aboutir à des changements de mode de vie, si ce n’est pas le cas c’est qu’elle n’est pas vraiment utilisée d’une façon qui serait authentiquement thérapeutique c’est à dire qui remet en question les éléments du cadre de vie de la personne qui l’ont amené à cet état de mal être où elle était avant de pratiquer. Bon on l’a vu plus haut la méditation ne peut rien contre les formes de mal être de type traumatisme ou de type avoir du mal avec le fait d’être schizophrène dans une société validiste avec les personnes qui le sont prise isolément mais pour le reste elle est une invitation à la remise en cause de normes sociales délétères. Aussi méfiez vous hautement des praticiens de méditations style bourgeois bon chic bon genre adulés de leur entourage de gens riches et puissants, en général ce sont de gros exploiteurs, le genre de prof de méditation gratuit ou aux tarifs pas trop chers, avec un air excentrique qui détonne de ce dont vous avez l’habitude, un engagement politique évident dans des causes à contre courant du sens du vent de la société qui témoigne de sa mise en pratique des valeurs allant avec sa pratique méditative dans son quotidien, une façon de vivre qui semble allez avec son idéal et une forte tendance à être détester de tout les conformistes et surtout des bourgeois riches puissants et bon chic bon genre, qui n’a pas de tendance sectaire, qui connait les bienfaits et les risques de la méditation, qui tient à votre confort, qui vous en enseigne pas uniquement la pratique mais vous renseigne aussi sur le cadre spirituel d’où elle vient, les valeurs qui vont avec, la quête existentielle qui y prend part en règle générale et la philosophie à laquelle elle est liée et qui si possible provient d’une culture et/ou religion où cette pratique fait partie intégrante du quotidien ou a été formé par quelqu’un dont c’est le cas, voilà le profil type du prof de méditation idéal, d’ailleurs le mien était comme ça. Et donc en dehors de l’égocentrisme individualiste qui dissipe les liens communautaires en occident quels sont les problèmes qui y existent dans la société dont la méditation fait partie des outils aidant à les résoudre? Principalement l’attachement excessif aux biens matériels et donc la tendance à être un consommateur mouton et les frustrations allant avec qui sont la base économique du système capitaliste et la tendance à se forcer à rentrer dans un moule social qui ne nous correspond pas au lieu de modifier la société pour qu’elle corresponde au plus de gens possible. C’est en cela qu’un prof de méditation qui vous assène des vérités préfabriquées toutes faites et vous les imposent ou qui vous incite à acheter une tonne de conneries est très probablement un imposteur n’ayant rien entravé de la pratique qu’il est censé enseigner. Deux derniers points : la méditation est censée aiguiser votre sens critique normalement et si c’est l’effet inverse que votre prof de méditation encourage c’est un gourou qui veut juste vous avoir en sa dépendance et pas un vrai prof de méditation, d’ailleurs le but d’un prof qui vous enseigne un truc et ça vaut pour tout type d’enseignement spirituel ou pas d’ailleurs, c’est que vous ayez plus besoin de lui, pareil pour un médecin, méfiez vous donc hautement des profs de méditation, médecins et psys qui gardent leurs élèves ou patients le plus longtemps possible sous leur dépendance qui n’arrêtent pas de revenir vers eux à chaque fois qu’ils trébuchent sur un obstacle dans leur vie, ces gens ne cherchent pas à servir de béquille pour les autres le temps qu’ils apprennent ou réapprennent à marcher tout seuls, ils ne veulent que flatter leur égo en s’entourant de personnes vivant sous leur domination et dépendance et se foute d’aider les personnes venues vers elles voir pire certains veulent ne pas les aider afin qu’elles restent sous leur contrôle. Faites gaffe chez plein de psys et de médecins et de profs cette attitude est extrêmement banale.

Pour ce qui est du yoga dans la version qui en est retenu dans le New Age et en Occident tout l’aspect spirituel et philosophique en a été totalement effacé et cela se résume à des positions en faisant un sport comme un autre. Avec les mêmes effets relaxant et déstressants que tout autre sport. Bien sur le véritable yoga bouddhiste ou hindouiste est bien plus profond que ça mais cela n’intéresse pas la plupart des gens qui sont dans des courants New Age qui se contentent d’une approche superficielle du yoga le résumant à un sport. Et comme tout les sports le yoga n’est pas totalement inoffensif et peut conduire à des blessures ce qui est déjà arrivé à une personne sur cinq faisant du yoga, un risque trop souvent minimisé à cause de l’image d’innocuité totale que l’on veut donner à cette pratique ce qui un peu ridicule, sérieusement de quel autre sport vous avez déjà entendu parler comme sans risque de se blesser aucun? Certes la plupart de ces risques et blessures sont minimes mais 5% de gens ont déjà eu des blessures graves en faisant du yoga et quelques uns en faisant des positions difficiles tout en étant en mauvaise condition physique en sont morts. Seulement le yoga n’est pas un sport particulièrement dangereux il est juste victime de trois gros souci : 1-Son succès commercial qui fait que l’offre de cours de yoga est inférieure à la demande ce qui en soi ne serait pas un problème si il ne conduisait pas au problème principal qui est le point suivant 2-Les profs de yoga sont donc pour beaucoup en Occident des débutants formés à l’arrache pour pallier à ce manque de profs de yoga par rapport au nombre sans cesse croissant de gens souhaitant débuter le yoga ce qui a pour conséquence que ce sont de mauvais profs qui connaissent mal les risques qu’ils peuvent rencontrer car ils sont mal formés, c’est la cause de la plupart des blessures qui ont lieu dans ce cadre, c’est pourquoi je vous recommande un prof qui a une certaine ancienneté et n’a jamais été inquiété pour blessure grave d’un élève de préférence si vous voulez tester le yoga. 3-La tendance des débutants à être dans l’esprit de compétition et de performance et à se la péter en se mettant dans des pauses compliquées qu’ils ne maitrisent pas encore qui accroit leur risque de se blesser bêtement et gravement en apprenant le yoga. Et oui c’est assez courant dans tout les sports mais la réputation du yoga en Occident comme un sport relax et zen pour petite bourgeoise et vieille mamie tend à faire oublier qu’en réalité dans ses cultures d’origine le yoga est très souvent utilisé en tant que sport complémentaire à la pratique d’un art martial et donc en partie conçu pour améliorer des entrainements de guerriers au combat d’où que les débutants y aient tendance à faire les mêmes conneries que dans tout sport à dimension combattive même légère ce qui ne poserait pas problème avec de bons profs qui savent ce qu’ils enseignent mais avec des profs formés en deux temps trois mouvements ayant une image du yoga qui ressemble à celle de monsieur tout le monde et y voit un sport de grand mère style aquagym il y a moyen qu’ils ne s’y attendent pas et soient pris au dépourvu quand ce genre de problèmes courants leur arrive ce qui aggrave inutilement le risque de blessure. Ceci dit tout les risques du yoga serait réglés si les profs de yoga étaient formés correctement en Occident donc c’est surtout là que ce situe le vrai problème et 80% des gens qui font du yoga n’en retirent que des bénéfices et 95% n’ont jamais eu de problème en faisant du yoga à part des blessures légères partant vite donc il ne faut rien dramatiser non plus. Le yoga j’en ai fait pendant 4 ans c’est le seul sport où j’ai jamais réussi à être la meilleure élève de la classe et à être vraiment douée, c’était mes années collèges et j’en garde un très bon souvenir.

Vient d’ailleurs la question de la pratique du yoga par les enfants qui fait souvent polémique, c’est cependant un sport comme un autre avec les mêmes bienfaits et risques vu précédemment pour les enfants que pour les adultes. Ceci dit la vraie interrogation des parents est plutôt l’inquiétude de voir le yoga être utilisé comme outil de propagande religieuse auprès de leurs enfants. Et bon dans des tendances sectaires cela se peut mais c’est rarissime la plupart des cours de yoga à destination d’enfants en Occident sont tout ce qu’il y a de plus laïcisés et ne comportent donc pas de risque de propagande religieuse. C’est la même perception du yoga comme intrinsèquement de l’ordre de la pratique religieuse qui rend son utilisation polémique en cours de sport et donc rare que les profs d’EPS des écoles publiques en France soit autorisés à mettre des cours de yoga au programme de leurs élèves. La pratique du yoga est censée être liée à une spiritualité en effet dans son contexte originel mais elle est tellement sécularisée dans sa version la plus répandue en Occident que ce n’est pas vraiment un problème surtout en cours d’EPS en école publique où les profs veulent garder leur poste et donc essayent en général et donc vont d’eux même faire leur maximum pour séparer le yoga comme sport du contexte spirituel du yoga dans ses cultures d’origines.

La médecine sur la base des corps subtils est le seul aspect fréquent du New Age à être en conflit avec la médecine scientifique. Il y a une tendance à une immense confusion de la part du milieu scientifique qui amalgame toute médecine fondée sur ce genre de notions à tout ce qui est médecine énergétique notamment au magnétisme et à mettre tout cela automatiquement dans le grand sac poubelle à médecine alternative aux concepts non reconnus scientifiquement. Et en effet c’est indéniable la communauté scientifique internationale ne les reconnait pas comme des médecines dont l’efficacité a été scientifiquement démontrée. Ceci dit elles ne sont pas jugées dangereuses non plus du moment qu’elles ne sont testées que pour le même genre de problèmes psychologiques ou de douleurs chroniques que celles pour lesquelles la méditation l’est de façon aujourd’hui scientifiquement admise et courante dans les pratiques médicales occidentales. Une mentalité tant qu’on ne se met pas en danger avec et ne croit pas guérir d’un cancer juste avec ça qui tente rien n’a rien semblant à ces sujets être la norme parmi les savants contemporains en France à ce sujet. Cependant n’oublions pas tout de même que la méditation et le yoga dont la médecine occidentale n’a de cesse de faire les louanges jusqu’à l’excès sont deux pratiques dont l’aspect thérapeutique n’a été reconnu par les occidentaux du milieu scientifique que 20 ans après qu’elles soit entrées en Occident, que quand elles y ont cessé d’être contre culturelles et contestataires pour s’y banaliser. Alors il est probable que cette non reconnaissance scientifique de la médecine par les corps subtils par les savants occidentaux ait les origines mêlées suivantes : difficulté à la tester selon les protocoles expérimentaux de la médecine scientifique occidentale moderne, réputation de médecine orientale alternative liée à des religions et cultures dont ils ne savent que peu de choses et sont méfiants, fait qu’elles restent liées à des courants de pensées marginaux et sur certains points contestataires de l’ordre établi politiquement et surtout probablement fait qu’en dehors des cercles du marché de niche où on peut se faire beaucoup de fric avec ces médecines là en prêchant des convaincus dans la société occidentale plus généralement contrairement à ce qui est du yoga et de la méditation le bénéfice à y retirer en terme de thune n’est pas très intéressant. Je pense que le principal risque politique pour le système actuel concernant la reconnaissance de la médecine par les corps subtils vient du fait que la vision du monde qui sous tend cette idée est holiste et non réductionniste, en gros le holisme dit que le tout fonctionne différemment de l’ensemble de ses parties et que par conséquent on ne peut pas le comprendre sans étudier l’interaction de chacune de ses parties et le système englobant qu’il forme, le réductionnisme considère une partie comme un modèle réduit sur la base duquel on peut faire des déductions sur l’ensemble. En sciences humaines et sociales, humanités et théories artistiques ainsi qu’en écologie les sciences occidentales sont holistes. C’est en médecine que les partisans du holisme et du réductionnisme se combattent, l’approche réductionniste dominante y définit une normalité et une déviance par rapport à cette normalité, le pathologique. L’approche holiste de la médecine la définit comme une recherche générale de la meilleure qualité de vie possible pour une personne, les notions de maladie, de patient, de normal et de pathologique y sont inexistantes, et prône une approche de la recherche du bien être et de la qualité de vie des êtres humains qui tient compte de leur bien être physique et émotionnel mais aussi de l’impact de la société à laquelle il appartient et de ses valeurs culturelles sur ce bien être. En clair cette médecine n’est pas validiste et n’est donc pas basée sur l’oppression des gens malades par les soignants d’anormaux et c’est ça qui dérange le pouvoir politique capitaliste et le type de médecine sur lequel il est basé aujourd’hui en Occident et c’est pour ça que cette médecine à partir des corps subtils y dérange tant. Et avant qu’on me taxe d’antiscientifique pour l’avoir dit je rappelle que la science occidentale n’est pas la seule science existante et que des médecines fondées sur des visions du monde prenant cette connaissance des corps subtils en compte il en existe qui sont reconnues comme scientifiques dans leurs cultures d’origine dans certains pays. Pour rappel dans les deux principaux pays les plus peuplés du monde l’Inde et la Chine la médecine fondée sur les corps subtils est de pratique courante, 80% des Indiens l’utilisent pour se soigner avec l’ayurveda, et la majorité des Chinois se soignent aussi avec une médecine qui les prend en compte. Je vous vois venir et dire que c’est pour ça qu’ils ont une espérance de vie moindre que la notre preuve que cela fonctionne moins bien que la médecine occidental mais c’est un faux argument qui ne tient pas compte du contexte social de grande pauvreté d’une partie importante de la population de ces pays qui leur rend l’accès aux soins difficile. Prenons donc une comparaison de ce qui est comparable en France on a un des meilleurs systèmes de santé d’Occident et une espérance de vie moyenne de 83 ans, à Hong Kong où le niveau de vie est important mais la médecine traditionnelle chinoise reste la médecine de référence, il est de 84 ans et au Japon, pays où la médecine traditionnelle japonaise et une médecine moderne occidentalisée coexistent harmonieusement (même si bon ces appellations sont un peu artificielle la médecine occidentalisée ayant aussi sa part de tradition et la médecine traditionnelle s’y étant considérablement modernisée d’une part et les médecins japonais ayant beaucoup réarrangé à leur sauce les concepts et pratiques médicales importés d’occident pour les faire mieux correspondre à la culture médicale locale) et la médecine par les corps subtils est acceptée et on parle du pays où l’espérance de vie est de 85 ans la meilleure au monde (sauf pour Monaco 87 ans mais tout le monde reconnait que ce cas est particulier car la majorité des gens y sont hyper riches donc ça ne compte pas vraiment) ce qui est causé par le fait que le système médical japonais est le meilleur du monde. Le Japon est un pays doté d’une couverture médicale universelle, ses hôpitaux sont réputés pour la grande compétence de leur personnel médical, le système médical y fonctionne bien et offre très peu cher des soins abordables en un temps d’attente faible, l’aspect médecine préventive y est central et fait que les Japonais tombent plus rarement malades que la moyenne des gens de diverses nations et surtout font des bilans de santé une fois par mois en moyenne ce qui permet à leurs médecins de repérer la plupart des problèmes de santé des personnes venant les voir avant qu’ils ne soient à un stade grave, le travail de tout les éléments du personnel de santé est bien payé, tout particulièrement celui des infirmières, les formations dans la domaine médical sont d’excellentes qualités et ces métiers sont attractifs pour les jeunes japonais qui les choisissent fréquemment du fait qu’ils permettent d’être bien payés et d’avoir bonne réputation et prestige social tout en se sentant utile et en vivant confortablement. Tandis qu’en France on le sait les deux principaux obstacles à un meilleur système de santé sont le fait que le modèle médical occidental est totalement obsédé par la rentabilité et donc ne s’intéresse qu’aux médecines qui rapportent du fric d’une part et sa hiérarchie d’autre part qui fait que les médecins spécialistes ou généralistes se la pètent à mort, que le petit personnel médical et en particulier les infirmières sont méprisées et payées au lance pierre et que les patients sont victimes d’une oppression systémique validiste dans un système médical réductionniste où le médecin a tout les pouvoirs et le malade n’en a aucun. Bien sur le validisme n’est pas totalement inexistant au Japon mais comme dans la plupart des pays en fait il est une importation récente imposée par le colonialisme (oui je sais le Japon n’a jamais été techniquement une colonie mais la pénétration européenne au Japon à l’ère Meiji avait de nettes intention coloniale et a imposé une présence militaire, économique et culturelle au Japon par la force et a bien des égards encore aujourd’hui l’influence extrême des Etats Unis au Japon pendant et surtout après la Seconde Guerre Mondiale a de forts aspects proches d’une colonisation dont on tait le nom dans la façon dont il fonctionne ). De plus en Occident ces médecines commencent à avoir une reconnaissance officielle, l’acupuncture basée sur les corps subtils, le qi et les méridiens est une forme de thérapie reconnue contre le stress et la douleur par l’OMS que la plupart des systèmes de santé occidentaux acceptent et intègrent totalement dans leurs pratiques de nos jours seule exception la France qui s’y refuse du fait de doutes émis par l’Association Française pour l’Information Scientifique (une association de zététiciens très zélés dans leur lutte contre les pseudo sciences qui tend à très souvent jeter le bébé avec l’eau du bain) qui argue que les études de l’OMS sont insuffisantes en qualité car pas réalisées en double aveugle. Du coup réflexion faite ce n’est pas l’Occident en général qui a du mal avec la notion de corps subtils et les médecines basées dessus mais juste la médecine française qui ne la reconnait pas en fait. Faites cependant gaffe si vous voulez vous intéressez aux médecines traditionnelles « orientales » au delà des seuls sujets de la méditation, du yoga et des corps subtils le milieu New Age a des connaissances générales très insuffisante pour vous apprendre une tradition médicale non occidentale précise dans le détail et ce qui s’y vend sous ce nom ou sous le nom de médecine traditionnelle d’un pays précis, indienne ou chinoise par exemple, est généralement une arnaque inefficace ne servant qu’à vous soutirez votre fric de naïf.  Faites particulièrement attention aux plantes de pays dont vous ignorez tout qu’on vous revend comme médicales, cela peut être fait de façon inconsciente par des gens n’y connaissant que dalles et les cas de morts par empoisonnement à cause de ce type de problèmes ont été nombreux. En Inde l’expansion occidentale de la médecine ayurvédique fait partie des objectifs poursuivis par le gouvernement indien depuis 2014 dans l’espoir de voir l’occident s’ouvrir à une approche de la médecine holiste et écologiste d’une part, et bien sur avant tout celui d’accroitre le soft power national de la grande puissance indienne d’abord et avant tout l’État indien cherchant à donner le plus possible aux occidentaux une image positive de la culture indienne en ce but. Bien sur cet objectif est aussi à but nationaliste et d’enrichissement économique et donc pas totalement désintéressé loin s’en faut de la part du gouvernement indien. Cependant malgré cet indéniable fait qui implique d’être vigilant et de ne pas adhérer à n’importe quelle médecine perçue comme « exotique » par les Occidentaux car elle vient d’un monde médical extérieur à l’Occident juste parce qu’on serait dans l’idée que toute médecine « orientale » est forcément un truc bien ce qui est faux comme on l’a vu plus haut cette approche plus holiste et plus écologiste de la médecine parait un pas dans la bonne direction et si elle s’est intégrée sans souci dans tout les pays d’Occident pourquoi cela n’arriverait pas en France? Le gouvernement indien a raison je pense ce n’est qu’une question de temps avant que cette approche de la santé, principalement à travers acupuncture chinoise soit reconnue partout dans le monde et donc en France aussi. Qu’est ce qui nous coince à ce point vers le fait d’accepter cela? Les zététiciens. Enfin pour être exact des gens qui se réclament du scepticisme mais dont les influences sont des penseurs américains comme Richard Dawkins qui prônent un athéisme radical et la chasse au pseudo sciences bien plus que les anciens philosophes sceptiques dont les écrits sont rarement connus de ces derniers bien qu’ils s’en autoproclament avec arrogance les successeurs dignes. Les chercheurs dans le domaine scientifique quelque soit leur branche tendent à les considérer comme des scientistes et une vraie plaie pas tellement mois encombrante que les évangélistes anti théorie de l’évolution et pas tellement plus scientifiques qui nuisent à leurs yeux à la réputation de la science authentique et à son fonctionnement véritable car là où ils prônent le doute systématique en théorie bien souvent leur pratique consiste à déclarer d’avance qu’ils sont sur que tout ce qui est catégorisé pseudo science est faux et qu’il faut lutter contre avec acharnement ce qui est pas du tout une approche scientifique usuelle ou ce qui compte n’est pas que la théorie soit vraie ou fausse mais qu’elle soit explicative et en gros une théorie qui fonctionne c’est une théorie qui permet d’en produire d’autres qui forment un tout cohérent avec celle ci. Cependant si la zététique a dans la plupart des domaines scientifiques et technoscientifiques de France une influence faible à inexistante  en médecine elle est l’approche dominante (enfin en médecine physique exclusivement car en médecine psy hélas c’est encore pire c’est de la psychanalyse qui prédomine comme courant de pensée médical dominant). Une situation très récente en France où vers 2004 le Laboratoire de zététique de la fac de Nice a commencé à peser assez pour avoir une vrai influence dans le domaine des prises de décisions en médecine en France après avoir fait grand bruit en proposant à qui prouverait une thèse vue comme pseudo scientifique un prix gagnant de 200 000 balles deux ans auparavant qui n’avait toujours pas été remporté par qui que ce soit on est quand même alors bien loin d’une domination de la pensée zététique en France dans le domaine médical, elle commence à peine à y avoir une visibilité, le premier doctorant à avoir fait une thèse sur la zététique en France cela ne date que du 25 Octobre 2007, à partir de 2009 la zététique se popularise en France surtout sur Internet où le Cercle Zététique, Zététique.fr, Pseudo-médecines.org et Pseudo-sciences.org deviennent des sites populaire, on commence alors à trouver des ouvrages de zététique facilement dans les bibliothèques municipales, à voir régulièrement des ateliers consacrés à la zététique lors des Fêtes de la Science, à voir Lutte Ouvrière apporter son soutien à ce mouvement lors de sa Fête et à avoir des membres du CNRS sympathiques à la zététique. Cependant à ce moment là le mouvement est encore jeune et loin du dogmatisme fanatique vers lequel il a dérivé depuis en France. Encore à l’époque la zététique n’est pas vraiment très connue en France hormis par un petit cercle de gens qu’elle a convaincu, je m’en souviens pour avoir été à fond dedans à l’époque. Je l’ai été pendant cinq ans. Malgré les critiques que j’ai dessus depuis que je m’en suis éloignée c’était une bonne expérience j’ai découvert plein de gens et plein de trucs à ce moment là et partagé avec eux pas mal de choses agréables. En 2012 les journaux les plus lus en France genre le Monde commencent à consacrer des articles à la zététique ce qui se fera régulièrement par la suite. Là c’était devenu un mouvement d’idées nouvelle récent et savant qui plaisait à certains, surtout parmi les milieux intellos en ayant marre que les sciences dures et les gens s’y référant soient pris de haut et pas écoutés en France par des intellos issus des sciences humaines qui péroraient bien souvent en assénant sur les sciences dures des conneries complètes venant du fait qu’ils y connaissaient que dalle mais qui étaient crus quand même quand ils en parlaient du fait de leur aura de prestige ce qui avait le don d’énerver tout les gens pas dépourvus de culture en matière de sciences dures en France. Si la zététique a autant gagné en influence notamment dans le domaine médical c’est surtout pour cela et vu que c’était le remplacement d’un truc encore plus réducteur c’était plutôt une bonne chose. En 2015 cependant les premiers podcasts zététiciens français sont nés et là la qualité du contenu à sérieusement baissé, je m’étais éloignée de la zététique car je ne m’y retrouvais plus depuis deux ans alors je n’avais pas constaté cette évolution, néanmoins à les écouter je me rends compte que par rapport aux articles des débuts de la zététique en France ils sont super mal bossés et bourrés d’approximations et de trucs faux ces podcasts, la faute je pense en revient au format avant tout, torchés en une semaine en moyenne ils ne peuvent pas être de même qualité qu’un article des débuts de la zététique française où c’était  pas rare que les gens bossent un mois ou même plusieurs mois avant de rendre leur article et les retours critiquent étaient nombreux, fréquents, pertinents et écoutés. Ceci dit ces podcasts n’ayant pas eu une grande influence et étant restés des trucs de zététiciens ultra convaincus prêchant d’autres zététiciens ultra convaincus ce n’est pas ça non plus qui explique la situation actuelle dans le secteur médical en France. C’est plutôt l’arrivée à partir de 2016 de la généralisation de l’Evidence Based Medicine en France qui en est la cause, c’est à dire l’exigence d’une médecine basée sur un protocole standardisé international très pointu en terme de niveau de preuves exigées. Seulement ça a posé des problèmes qu’une minorité importante de médecins français ont courageusement soulevées contre cette pensée dogmatique concernant le fait que cela allait avec une technocratisation renforcée des pratiques médicales françaises, un affaiblissement de la qualité de la relation thérapeutique qui en était la conséquence, le fait que c’est de l’idéologie plus que du réalisme dans la mesure où dans la pratique le niveau de preuve exigé par l’EBM est rarement atteignable et qu’on va pas attendre des siècles pour soigner un rhume juste car il ne l’est pas, car les pratiques les plus efficaces que privilégie l’EBM sont rarement les plus éthiques, un technicisme exacerbé, un scientisme exacerbé, une tendance à étouffer et effacer la critique de manière totalement antidémocratique, une volonté d’homogénéiser les pratiques médicales internationales d’une façon imposant le colonialisme et l’impérialisme américain partout dans le monde dans le domaine médical qui est très contestée, une tendance à acheter les médias et faire un important lobbying afin que les voix discordantes ne soient pas entendues dans le débat public et un rejet systématique des idées des partisans du holisme médical, des gens qui souhaitent recontextualiser les pratiques médicales dans leur historicité et ne pas les présenter comme de vérités universellement valables en tout temps et tout lieux et des études basées sur le témoignage pratique ou clinique de médecins de terrain pour leur privilégier une médecine purement théorique. C’est surtout ça le problème en fait. Enfin en France le dernier développement en date de la zététique c’est la popularisation des chaines youtube lui étant consacrées qui souffrent souvent des écueil précités mais restent populaires et avec un contenu assez divers et riche et donc tendent à enrichir l’offre du web là où au contraire l’EBM qui est en fait le vrai problème ici plus que la zététique en soi vis à vis de acupuncture vu que bon on l’a vu le principal obstacle à la mise en place acceptée d’une acupuncture normalisée dans les pratiques médicales en France c’est l’absence d’études en double aveugle sur le sujet, or des études sur ce sujet en double aveugle à résultat positif ont été crées par des équipes japonaises en 2018 et traduites en anglais la même années donc du coup il est assez fortement probable que la France suive le mouvement général et accepte les médecines basées sur les corps subtils et plus particulièrement l’acupuncture comme scientifique très bientôt d’autant que tout les autres pays du monde l’ont déjà fait. Du coup dans les croyances communes du New Age il n’y a rien d’antiscientifique en soi, après des gens minoritaires dans ce mouvement peuvent en avoir pas mal à ses marges c’est indéniable mais ils ne sont pas représentatifs de ce courant dans son ensemble. D’ailleurs si on se base uniquement sur les idées de science les plus communes dans le New Age à savoir le yoga et la méditation adoptées par le courant 20 ans avant de l’être par les scientifiques français et les corps subtils que le courant a découvert près de 60 ans avant son acceptation par la science occidentale dans son ensemble je pourrais même troller en le présentant comme un courant avant gardiste ayant accepté des idées scientifiques venues d’autres cultures 60 ans avant le reste de la communauté scientifique et ce serait techniquement même pas complètement faux.

6-Le New Age un dangereux courant ésotérique et occulte?

Non. Exactement le contraire même. L’ésotérisme désigne l’ensemble des courants spirituels nombreux et variés qui ont pour base commune d’être fondés sur l’enseignement de sociétés secrètes et l’entretien du secret sur leurs activités face aux gens extérieurs à ces mouvements particuliers. Le qualificatif d’occulte est plus ou moins synonyme mais tend à désigner dans l’imaginaire populaire en France une minorité de pratiques ésotérique le plus souvent mais parfois pas secrètes du tout liées à des courants spirituels variables qui n’ont pas tant que ça de facteur commun hormis leur mauvaise réputation auprès de la majorité des gens de langue française. Le New Age n’a pas suffisamment mauvaise réputation dans le monde francophone pour y être qualifié d’occulte à part auprès des chasseurs de sorcières de style intégristes religieux ou intégristes scientistes qui cherchent à le disqualifier davantage qu’il ne l’est déjà auprès des francophones moyens en lui appliquant un qualificatif au sens vague et imprécis mais qui fait peur afin de les inciter à ne pas creuser davantage le sujet. Pour ce qui est de l’accusation d’ésotérisme elle est le plus souvent le résultat d’une ignorance la majorité des gens de convictions New Age n’ayant de lien direct avec aucune société secrète initiatique à but spirituel ou pas d’ailleurs et sont des gens relativement ordinaires. Sociologiquement on l’a vu c’est en moyenne des blancs, le plus souvent pas valides, bourgeois, plus souvent des femmes, et plus souvent des LGBT.  Le New Age attire donc les gens qui ont tout pour être heureux mais sont réprimés sexuellement au point de s’en rendre malades par un entourage religieux  très bigot sur les questions sexuelles qui y découvre une spiritualité où le sexe n’est pas tabou mais fait partie intégrante du sacré et s’y retrouvent. Bref, le public du New Age est resté le même et est avant tout constitué de gens insatisfaits de leur vie donc de gens pour qui le monde tel qu’il est n’est pas 100% taillé, donc pas des dominants en tout points. Voilà pourquoi il n’est jamais devenu un courant idéologique dominant contrairement à certaines sociétés initiatiques secrètes puissantes comme la Franc Maçonnerie pour ne citer que la plus connue dont l’impact sur le pouvoir politique et les idéologies des puissants est réel. Dire que le New Age est ésotérique est d’autant plus faux que ce mouvement partage l’aversion du christianisme pour tout ce qui est secret et est très attaché par idéal de démocratie et de transparence à rendre toutes ses idées accessibles à tous d’autant qu’il se veut universaliste et que ses adeptes tendent à tenter de convaincre tout le monde que leurs croyances sont les meilleurs du monde. Donc le mouvement New Age étant anti secret, le qualifier d’ésotérique est particulièrement ridicule et preuve qu’on a pas du tout creusé le sujet sur lequel on prétend faire de l’information d’autant que rendre les connaissances jusqu’alors secrètes réservées à quelques initiés formés accessibles à tous sans formation et de façon massive est un objectif très fréquemment poursuivi par les gens du mouvement New Age ce qui fait que l’hostilité entre eux et les gens initiés de sociétés secrètes tend à être assez forte.

7-Le New Age une secte menée par un chef imposant le culte de sa personnalité?

Non. Pas du tout. Le New Age est un courant assez diffus et dissipé sans hiérarchie ni contrôle interne et pas vraiment structuré, massif avec des millions de gens y participant et ne se reconnaissant aucun chef qui fonctionne dans son mouvement majoritaire de manière plus ou moins anarchique. Bref l’inverse d’une secte au chef auquel un culte de la personnalité est rendu. La confusion est cependant souvent fait car le New Age comme les sectes attirant surtout les gens en questionnement spirituel on y retrouve souvent les mêmes concepts de base très vendeurs auprès de ce type de personnes qui constitue les cibles de la plupart des sectes en France. Du coup la majorité des sectes en France et plus largement en Occident sont New Age parce que c’est le courant spirituel alternatif au christianisme sans être enraciné dans une culture précise donc pouvant être approprié par des Blancs sans problème le plus important en France et donc en dehors de l’Islam, qui fait fort peu de convertis et ne connait sa montée en popularité actuelle en France que du fait du renouveau de l’immigration récente en France en provenance de pays où c’est la religion majoritaire mais attire très peu les français de culture chrétienne le plus souvent, le New Age est la principale concurrence au christianisme sur le marché de la spiritualité en France. En effet une secte ce n’est jamais qu’une religion qui n’a pas réussi à devenir majoritaire donc que la plupart des sectes d’Occident soient inspirées du mouvement spirituel alternatif à la tradition chrétienne qui attire le plus les Occidentaux cela parait assez normal. Ce serait pour autant tout aussi caricatural et faux de résumer le New Age à un ensemble de sectes et rien de plus aujourd’hui que cela ne le serait de résumer l’histoire du christianisme avant qu’il ne devienne la religion officielle de l’empire romain a « c’était un tas de sectes avec chacune son chef charismatique qui soumettait à son autorité les masses demeurées de ses belles paroles ». Comme on l’a vu le New Age n’est ni antichrétien ni antiscientifique en soi il porte juste en lui la critique de tendances fréquentes chez les chrétiens d’une part et chez les médecins d’autre part dans lesquelles les adeptes du New Age ne se retrouvent pas.

8-Le New Age une pseudo spiritualité faux nez du complotisme?

Non. Les gens du mouvement New Age ne sont ni plus ni moins adeptes de diverses théories du complot de façon générale que la population française dans son ensemble.

9-Le New Age une forme de transhumanisme?

Non. Et ce pour une raison simple, le New Age est un mouvement qui n’est pas antiscientifique mais qui s’oppose en revanche au scientisme et dont l’une des valeurs centrales est de ne pas considérer que les vérités scientifiques sont la Vérité Absolue et la seule façon possible de concevoir la réalité tandis que les transhumanistes sont toujours des scientistes. Ce sont eux et leurs miroirs inversés les monothéistes intégristes davantage encore qui sont véritablement antiscientifiques et les deux pires dangers pour l’avancée de la connaissance scientifique selon l’avis majoritaire dans la communauté scientifique internationale. De plus les transhumanistes déifient les machines et ont pour but de devenir des dieux eux mêmes en devenant des machines déifiées qui sont dans une idéologie contraire à celle des chrétiens du moins comme la majorité des chrétiens en France comprennent le christianisme qui implique de ne vénérer qu’une seule divinité le Dieu des chrétiens et donc de ne pas chercher à se prendre pour un Dieu soi même. Cela n’empêche pas les autorités religieuses chrétiennes de se ficher une paix royale aux transhumanistes contrairement à une forte minorité de chrétiens ordinaires en France qui aimeraient voir ce thème être moins consensuel et faire d’avantage débat du fait des importantes oppositions avec l’idéal chrétien et sa tradition que l’on y trouve tandis que dans le même temps elles fustigent le New Age à tout bout de champ et sont les premières à colporter la désinformation sur le sujet que je m’attache à détricoter ici. Pourtant la majorité des chrétiens de France n’y connaissent pas grand chose au New Age et s’en foutent un peu à vrai dire et ont vu comme seule conséquence à l’existence du courant New Age en France le fait que la méditation est revenue à la mode parmi eux. Ce qui n’a aucune raison de terroriser l’Église vu qu’on la vu la méditation existe sous forme chrétienne et est redevenu populaire. Non l’idée que les autorités ecclésiastiques tendent à tenter de freiner parmi les chrétiens est celle de réincarnation à laquelle un quart de ces derniers croient désormais. Pourquoi? Car cela fait penser au gnosticisme. La principale forme de christianisme populaire alternative au dogme dominant des institutions religieuses chrétiennes qui le considère comme une hérésie et est plus ou moins au christianisme ce que le soufisme est à l’islam et ce que la kabbale est au judaïsme. Les institutions chrétiennes dogmatiques considèrent les chrétiens qui croient en la réincarnation sont des hérétiques et c’est dans une lutte contre l’hérésie parmi ses fidèles qu’elle lutte contre l’influence du New Age…enfin ça c’est la raison officielle car si en effet par rapport aux dogmes établis par les institutions religieuses des trois grands courants chrétiens majeurs le New Age est hérétique en lui même il ne contient rien qui soit incompatible totalement avec les fondements du christianisme apparus avant l’édification des institutions religieuses chrétiennes c’est à dire que la parole du Christ, sa vie, la Bible et en particulier le Nouveau Testament plus suivi par les chrétiens que les textes plus anciens en général ne sont pas incompatibles avec le New Age et peuvent s’y intégrer sans souci. En fait le New Age n’est pas antichrétien mais il est en revanche antidogmatique et opposé à toutes les formes d’institutions et surtout aux institutions spirituelles et religieuses. En cela il est naturellement dangereux pour l’autorité de ces dernières d’où qu’elles le combattent. Néanmoins, le transhumanisme qui lui contredit carrément le premier des commandements divins bibliques c’est à dire ce qui est censé être l’élément le plus fondamental de la vie d’un chrétien à savoir :  » Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi. » est accepté au calme sans souci par la majorité des institutions supposées être chrétiennes. On le voit bien les considérations doctrinales sont un prétexte et de nos jours les institutions chrétiennes où du moins les puissants qui les dirigent se foutent pas mal du christianisme à part en façade ce qu’elles veulent vraiment c’est le pouvoir politique, en particulier si on parle du catholicisme courant majoritaire de la religion chrétienne en France il ne faut pas oublier que le Vatican est un État avant que d’être le centre de ce courant religieux, et qu’il tire tout son pouvoir politique de son influence sur la façon dont les catholiques du monde entier se tournent vers ses chefs d’État pour les guider dans leur foi. Du jour où un fort mouvement de chrétiens se disent « hey le Christ a pensé tout seul comme un grand si on faisait pareil? » le pouvoir de ces institutions vacillent ce pourquoi le New Age est pour ce dernier un danger, là où si les gens se disent « je veux être une machine déifiée » cela ne les incitera pas à réfléchir plus ou moins par eux mêmes donc ça ne sera pas un danger pour le pouvoir des institutions déjà en place. Donc non le New Age n’est pas transhumaniste et n’est pas compatible avec le transhumanisme.

10-Le New Age est t’il du spiritisme ou de la voyance?

Non et la majorité des adeptes du New Age n’y croient pas par contre le New Age encourageant les gens à faire leurs propres recherches spirituelles et les livres New Age étant le plus souvent au rayon ésotérisme où des livres sur ces sujets les côtoient il tend à être une ouverture vers ces domaines pour les gens qui s’y intéressent qui sont cependant minoritaires parmi les gens attirés par le New Age. Cela fait que chez les gens qui s’y intéressent une sympathie pour le New Age est fréquente.

 

Critique littéraire : Ce qu’en tant que sorcière traditionnelle j’ai pensé du livre Sorcières de Mona Chollet.

Je voulais éviter de le commenter mais voilà je tombe toujours sur des gens qui m’en parlent,  c’est un best seller qui a reçu des récompenses et des éloges à tout les étages, les pires ce sont mes anciennes connaissances du militantisme que j’ai croisées à l’occasion d’une manifestation de Gilet Jaune à laquelle j’ai participé, et quelques autres recroisées au hasard d’une rue qui sachant bien que j’avais admis être une sorcière peut avant de m’être barrée du milieu militant (en tout cas de sa version physique IRL) ce qui a l’époque m’avait valu moqueries, incompréhension et yeux ronds et qui revenaient sur ce point de mes discours qui semble t’il était le seul qu’ils en avaient retenu, même si le fond de ce que je disais et voulais leur faire retenir était « je suis autiste et le validisme envers les autistes en ce milieu j’en ai ras le bol donc je me casse » mais ça tous l’on convenablement zappé semble t’il, bref, et donc le changement qu’à causé ce bouquin c’est que « la sorcière » que je suis désormais inspirait en ce milieu là sourires polis et gênés, crainte visible de quelque chose en mot d’insaisissable dont ils sentaient qu’il leur échappait cela se voyait dans leurs regards (surtout les mecs avec souvent chez eux une hostilité visible envers moi dans leur langage corporel que j’ai moins remarqué chez les femmes mais les meufs en général commençaient par me regarder dubitative puis imitaient les réactions des mecs comme si j’étais une donnée neuve à laquelle rien ne les préparaient et leur réaction première face à l’inconnu était attendre que les mecs réagissent et les imiter, je trouve ça un peu triste mais bon c’est un constat)…et ensuite de ça des éloges intarissables et bavardages incessants tentant désespérément d’attirer mon attention d’attraction de cirque attitrée du jour par des tonnes de questions inutiles, enfin eux elles leur servaient peut être à quelque chose mais à moi elles me servaient à rien. Du genre : « C’est toi la sorcière? » (au début que je sois résumée à ça m’a surprise et qu’un milieu militant que j’ai quitté depuis plusieurs années se souvienne encore de moi ça m’a à la fois flattée de l’impression probablement illusoire que ce qui j’y ai fait a marqué et eu plus ou moins son utilité quand j’y étais et d’un bizarre sentiment doux amer de voir ce qui avait été principalement retenu de moi…c’est sur ça booste l’égo d’être devenu un genre de légende urbaine, un mythe local, m’enfin ça enferme aussi beaucoup dans un stéréotype.  Et puis surtout…merde je l’avais dit en le lâchant par inadvertance dans un discours dont le fond n’avait globalement rien à voir avec le sujet de la sorcellerie, je ne l’ai dit qu’une seule fois, comment la seule seconde où j’ai pu prononcer ce mot en un murmure rageur et exaspéré en désespérant de me faire jamais entendre sur le sujet dont je parlais véritablement a t’elle bien pu finalement avoir plus de poids politique que tout mes efforts de huit années consécutives de militantisme? La force écrasante des archétypes sans doute certes mais ça n’empêche pas de me laisser avec un gout amer dans la bouche pour toutes mes contributions nettement plus « terre à terre » invisibilisées par là même d’une part sans doute car je n’y faisais rien qui en ce milieu n’était pas de l’ordre de l’usuel et du quotidien, des manifs, des discussions, des avis politiques, des contributions, des prises de paroles, des tentatives de s’occuper du côté matériel de l’organisation, des présences en réunion, et un nombre incalculable de diffusion de tract rien de bien neuf quoi, alors que cette affirmation elle a surement plus eu d’ancrage dans les mémoires car elle était bien neuve et m’avait fait passer pour la belle folle qu’on me soupçonnait déjà d’être depuis fort longtemps mais que mes mots semblaient confirmer que j’étais et le regret amer lui aussi d’avoir ouvert ma bouche sur le sujet de la sorcellerie. Depuis c’était trop tard j’étais à leurs yeux un mix entre la bouffonne du village et l' »expert » en sorcellerie caution du coin à laquelle on posait une infernale avalanche de questions sur ce thème auxquelles je ne répondais que très évasivement avant de fuir de nouveau ce milieu en ayant laissé derrière moins des regards déçus, déroutés et énervés semblant craindre que je les aient arnaqués ou s’offusquer du peu de confiance que je leur attribuais pour éviter un maximum le sujet je ne sais point trop…ou alors c’était juste que j’avais ostensiblement par mes non réponses attenté à la norme sociale de plus en plus prégnante de l’obligation de transparence, d’absence de vie intime et de jardin secret en gardant résolument pour moi mon entière opacité c’est ce qui me parait le plus probable. Je ne serais jamais un livre totalement ouvert et si je parle dans ces pages de pas mal de choses que la situation m’a fait me sentir obliger de révéler sur moi même je suis quelqu’un d’assez secret dans la vraie vie et en fait à bien y penser 99% de ce que je pense dit et fait je le garde entièrement pour moi et même les gens qui me sont le plus proches me reprochent assez souvent de ne pas les laisser me connaitre entièrement vraiment. Comment donc le pourrais je quand moi même je ne me connais guère dans ma totalité? Les richesses de mes univers intérieurs sont comme celles de tout un chacun parfaitement insondable mais il semble qu’à notre époque en avoir conscience et tenir à en préserver l’essence est un crime de lèse majesté envers un pouvoir politique qui se prend de plus en plus pour Big Brother de 1984 et cherche à s’approprier jusqu’à nos moindres désirs, rêves et pensées à peine nos pauvres têtes ont t’elles eu le temps d’en effleurer une esquisse. Au fond ici j’en arrive au plus gros problème que leur réaction m’a causée : La sorcellerie est une culture du secret, une science cachée, cela va complètement contre la nature de cette tradition de tout en révéler, à quoi ils s’attendaient? Une sorcière sait toujours s’échapper. Surtout quand les chasseurs de chimères sont de sortie. Bref. Toujours les mêmes questions donc : 1-C’est toi la sorcière? Oui. (Qu’est ce qu’ils veulent que je rajoute sérieusement? Et puis pourquoi me poser une question dont tout le monde sait la réponse d’avance?) 2-Comme Hermione Granger dans Harry Potter? Non. (Sérieux quoi…sans commentaire) Mais du coup en quoi est ce que c’est différent en vrai de dans les films? En tout. Tu veux pas développer un peu plus? Non. Pourquoi? C’est une des différences. (Là généralement j’arrivais à lasser l’interlocuteur dépité qui s’en allait embêter quelqu’un d’autres mais deux trois se faisaient tout de même plus insistants). Je comprends pas qu’est ce que tu veux dire donne moi un exemple que je puisse comprendre au moins allez STP on est camarades ou pas? (J’avoue cette tentative totalement abusée de faire du chantage au nom de la grande camaraderie communiste a percé ma défiance hostile de naïve jeune femme rouge de cœur et d’espoirs de lendemains qui chante et je me suis fait prendre à ce piège deux trois fois mais aujourd’hui j’y vois plus clair et je ne marche plus dans la combine) Du coup ne sachant pas trop par quoi commencer et que leur répondre je disais juste : « bah c’est comme avec les autres stéréotypes de représentations tu vois comme je sais pas moi les gays sont différents dans les films et dans la vraie vie, bah pour les sorcières c’est encore plus différent », ce sur quoi deux sur trois ont lâché l’affaire l’air désemparés, dépités et déçus que je refuse d’en dire davantage mais comprenant qu’il n’obtiendrait rien de plus de ma part, s’imaginant que je réservais le « plus » à des genres de réunion non mixtes sorcières de ce que j’en ai compris, inexistantes pourtant (à ma connaissance du moins), et le dernier « ouais en fait t’est pour la libération des femmes quoi? »…euh oui c’est l’un des sujets de la manif où on est grand génie mais si c’était que ça pourquoi je l’aurais précisé et ça aurait autant marqué les esprits dans un milieu où, en paroles du moins, tout le monde s’affiche généralement comme étant pour cela? Et là discussion c’est arrêté sur un mec totalement stupéfait à en devenir muet visiblement que je n’entende pas juste ça par le mot sorcière. Je me suis barrée, il était immobile et muet quand je me suis retournée pour aller vers le métro et je crois qu’il m’a lancé un « attends reviens et la manif? » au loin si mes souvenirs sont bons mais il n’était pas assez motivé pour me courir après je retournais dans les brumes sous souterraines d’un métro qui piquait les yeux sous les restes de tirs de lacrymos issus de la répression policière contre les manifestants et je recouvrais ainsi ma liberté abandonnant à nouveau complètement ce milieu là. Ahem…en y repensant ça et le fait que ce jour là je portais des bottes noires, une robe noire, pas de maquillage et de longs cheveux bouclés pas coiffés du tout et tout entremêlés ça a du faire son effet en terme de mythologie associée à l’image de la « sorcière » du coin….c’est pour ça que j’aime pas porter du noir en général ça finit toujours par faire que ça se voit trop que j’appartiens dans l’imaginaire local à cette catégorie…j’ai l’impression que ça me colle une caricature de cette étiquette sur la tête qui est probablement en néons fluo elle car tout le monde semble la voir à 100 mètres, sans compter les soirées d’Halloween où je me déguise avec les costumes de sorcières classiques car c’est ce que j’ai dans mon placard et on me sort régulièrement dès « mais pourquoi t’es pas déguisée? » tandis que mon seul maintien négligé et humour très noir et glauque habituel quelque soit ma tenue fait que pas mal de gens, enfin ça plus mon appréciation de la musique métal, me sortent régulièrement « mais pour toi c’est tout les jours Halloween non? »…bref et donc à cette époque TOUT ces gens me demandaient systématiquement si j’avais lu Sorcières de Mona Chollet et ce que j’en avais pensé, je crois qu’il venait de sortir, où d’être un succès de librairie, fort probablement plusieurs périodes se mélangent dans ma tête et mon récit donc l’ordre des événements narrés ici est un peu flou mais peu importe au fond puisque vous avez l’idée générale. Et je bottais en touche, non je ne l’avais pas lu, avant que le premier m’en parle j’en ignorais jusqu’à l’existence, j’avais lu Beauté Fatale son précédent qui parlait des normes de beauté par contre et c’est ce que je répondais mais ça manifestement tout le monde s’en cognait et mon avis fort contrasté dessus n’intéressait semble t’il personne mais bon c’est un bouquin militant et je quittais le milieu militant en les laissant sur la touche donc j’avais de nouveau acquis l’esprit tranquille et le droit de m’en foutre de ce bouquin. Sauf qu’après il est plus récemment devenu populaire aussi en dehors du cercle militant et mes amies pas militantes et point final ma mère m’ont soulées avec aussi comme si c’était le nouveau Games Of Throne girly…vous savez ce genre de « trucs du moment » inévitable dont le seul moyen d’éviter d’entendre parler et de se boucher les oreilles avec de la cire jusqu’à ce que la hype passe…le genre de truc qui me rend totalement réfractaire à y participer et les découvrir du moins jusqu’à ce que l’insupportable hype autour soit passée…pour ne généralement rien regretté car 99 fois sur 100 et comme dans le cas de Games Of Throne cette hype ce fait autour de trucs qui ne m’intéressent guère et ne m’accrochent pas du tout auxquels je préfère largement des trucs peu connus mais que je savoure bien tranquillou seule dans mon coin sans bouder mon plaisir. Même si comme tout le monde il y a aussi plein de trucs populaires que j’adore. Je ne fais juste jamais semblant que c’est le cas sur un truc que j’aime pas par pur conformisme social. J’avais une vague curiosité pour le bouquin du fait d’avoir lu le précédent mais celui d’avant m’avait beaucoup enthousiasmée à première lecture, nettement moins à la relecture où je l’avais trouvé très critiquable principalement car pas mal d' »évidences féministes » du bouquin m’ont paru nettement moins évidentes une fois éloignée du milieu féministe et donc pas mal stéréotypées, caricaturales et simplificatrices. Mais bon c’est pas le sujet ici. Et j’ai pas l’intention d’en reparler. Le prix et la quatrième de couverture qui laissait clairement entendre que par sorcière on entendait guère que wiccane et une discussion sur le contenu me disant qu’en gros ça parlait surtout de l’image de la sorcière dans la pop culture m’ont beaucoup refroidie aussi et je partais d’un à priori très négatif sur le contenu. Et au final l’ayant trouvé en téléchargement en ligne gratuit je l’ai lu….et bon effectivement c’était pas terrible mais je m’attendais à bien pire. Note personnelle donc 7/20.  Pourquoi? Voici donc mon avis détaillé :

Déjà on me l’a pas vendu à sa juste mesure le titre annonce un bouquin sur la sorcellerie, la quatrième de couverture semble sous entendre que le livre se centre sur les wiccanes d’aujourd’hui avec une approche du genre « sociologie des sorcières wiccanes modernes du quotidien qui lancent des sorts sur Facebook », les gens m’en ont parlé comme d’un livre sur l’image de la sorcière dans la pop culture actuelle…mais en fait moi j’ai surtout lu un livre féministe sur les femmes aujourd’hui de façon générique et l’utilisation du mythe de la sorcière et de plein d’autres trucs qui finalement ne s’y rattachent qu’en partie, pour empêcher les femmes de prendre davantage de pouvoir dans les sociétés occidentales. Le début évoque brièvement l’intérêt de l’auteure pour la sorcière en tant que personnage de fiction qui lui parle et auquel elle s’identifie et d’une sorcière de fiction qui l’a beaucoup marquée à laquelle elle rend hommage, l’histoire véritable de la sorcellerie et la version moderne et surtout wiccane de la sorcellerie connue aujourd’hui avec Starhawk comme star emblématique et bah c’est tout. Le reste ça parle d’indépendance de la femme, de sa diabolisation, de rapports variées de diverses femmes aux enfants et à la maternité et du tabou du refus du rôle de mère par des femmes, du tabou de la vieillesse féminine, des difficultés de prise en compte de la parole des femmes, de la répression des désirs sexuels féminins, du lien entre le traitement violent des femmes et de la nature par les hommes et en particulier les hommes dont les métiers et actions sont liés aux technosciences, de la différence entre la médecine féminine holistique et bienveillante pour les femmes des guérisseuses d’autrefois et la médecine masculine réductionniste qui les violentent et des espoirs qu’elle place dans une libération écoféministe inspirée par l’exemple des militantes wiccanes pro LBGT, féministes, écologistes et antiracistes telles que Starhawk et plein d’autres qui ont suivi la voie qu’elle a tracée. Pas mal de ces sujets auraient pu se traiter sans problème sans obligatoirement les lier à la sorcellerie, un passage parle de la femme aventurière d’ailleurs et franchement rien n’aurait empêcher d’aborder presque les mêmes sujets avec un angle d’analyse similaire autour de cette figure avec une quatrième de couverture du style : « De Lara Croft à Wonder Woman les aventurières envahissent tout nos écrans des films aux jeux vidéos la pop culture moderne ne semble pas pouvoir se lasser de consommer des images de ces dangereuses amazones, que dit le retour de ses figures de femmes entreprenantes et intrépides sur notre société? » et de nous parler dedans à travers ce prisme des mêmes sujets parce qu’avec ces figures les questions d’indépendance féminine, de l’existence d’une femme en dehors des rôles de mères et sans enfants, ou du moins dont les enfants n’ont pas un impact majeur sur ce que leur image populaire a retenu d’elles, de désir sexuel féminin, de militantisme notamment pacifisme et écologie féministes qui sont des thèmes très récurrents dans les aventures des femmes en fiction de Tifa Lockheart l’écoterroriste de Final Fantasy 7 à Jade la reporter indépendante protagoniste du jeu Beyond Good And Evil dont le combat pour la vérité a aussi sans trop spoiler les gens qui n’y auraient jamais joué des accents pacifistes et écologistes évidents c’est tout de même très commun et la critique des technosciences technocratiques et capitalistes d’un pouvoir incarné par des figures masculines y est assez fréquente aussi, les « experts » scientifiques et médicaux qui violentent des populations de femmes et d’orphelins y sont fustigés aussi et si le lien est peut être moins évident parler de la difficulté à inventer une aventurière qui ne soit ni jeune ni forte physiquement encore que du côté du policier l’héritage d’Agatha Christie et de sa Miss Marple aura crée quelques figures célèbres et populaires de vieilles dames détectives se retrouvant jusque dans les dessins animés pour les mômes où la Grand Mère dans des épisodes modernisés de Titi et Gros Minet devient détective à son tour ce qui fait que les enfants attendent ses aventures avec impatience, on peut même y parler du thème des femmes mises au second plan par rapport aux hommes, thèmes sans chapitre consacré mais qui revient tout le temps dans le livre Sorcières de Mona Chollet en y évoquant la difficulté des super héroines à se faire remarquer face à des super héros masculins beaucoup plus en vue ou encore de l’agaçante tendance des hommes critiques à réduire les aventurières à des versions féminines d’aventuriers plus connus qu’elles en réduisant Lara Croft a une version fille d’Indiana Jones ou Miss Marple a une version femme de Sherlock Holmes par exemple. Bref on aurait pu écrire quasiment le même bouquin avec un autre thème de fond juste en changeant les exemples donnés. Et ça c’est mon premier et principal reproche, certes c’est assumé mais c’est ultra gênant pour moi parce que ça permet d’écrire un bouquin sur nous les sorcières mais sans nous, sans nous interroger, sans nous approcher, sans parler vraiment de nous au final. Un livre dont le titre est Sorcières mais écrit par une personne qui admet ne pas en être une et ne pas se sentir d’intérêt à en devenir une, n’a pas de contact dans les milieux de la sorcellerie (elle parle d’une tentative d’interviewer Starhawk qui a échoué comme étant visiblement son contact le plus proche avec une sorcière du monde réel), pour des gens qui ne sont pas des sorcières. Ni des sorciers d’ailleurs. Alors certes rien n’interdit de faire ça et de partir d’un point de vue totalement extérieur au sujet…sauf que du coup on y parle pas du tout de ce sujet en vrai et le titre du bouquin en devient un coup marketing trompeur qui mise sur la popularité commerciale des wiccanes réelles et de la figure charismatique du personnage fictif d’Hermione Granger pour les filles d’aujourd’hui pour se vendre au delà d’un public militant en faisant fantasmer autour d’un sujet qu’on maitrise très mal et dont on a pas l’intention de toutes les façons de parler vraiment. Même si la sincérité n’est clairement pas absente du livre c’est juste qu’elle devient un peu secondaire à partir du malentendu de base qui m’a empêché d’aimer le bouquin et qui est une thèse de plus en plus fréquente en milieu féministe et plus largement antisexiste qui me fait froid dans le dos, l’idée qu’elle assume qu’elle est une femme et de toutes les façons toutes les femmes peuvent devenir des sorcières dans l’imaginaire populaire donc toutes les femmes ont la même légitimité à parler de la sorcellerie et de son rapport aux femmes alors elle peut bien se le permettre. Et rien ne lui interqdit de le faire en effet mais par contre non elle n’a pas la même légitimité que « n’importe quelle femme » à se le permettre. Parce qu’en fait c’est un peu comme prétendre que comme toutes les femmes sont plus ou moins perçues comme des putes n’importe laquelle a la même légitimité qu’une travailleuse du sexe a en parler et à militer autour de ça. Et si cette attitude d’appropriation de l’histoire d’autres femmes pour son propre succès commercial au nom d’une supposée « solidarité féminine » me glace c’est parce que c’est une attitude TRES courante en milieu « féministe » au sujet d’un autre problème encore plus grave dont les victimes réelles se trouvent ainsi dépossédées du récit, le viol, au prétexte que toute femme a la possibilité d’être violée on est complètement noyées et silencées quand on l’a vraiment été en milieu féministe par une énorme foule de femmes qui en parlent sans rien en savoir ne l’ayant jamais vécu empêchant toute prise de parole de notre part et ça pour l’avoir vécu trop longtemps face à mon propre viol je le trouve insupportable. Je suis certaine que ces femmes ne se rendent pas totalement compte de ce qu’elles nous font subir en s’appropriant des récits d’autres femmes d’expériences qui ne sont pas les leurs et dont elles ne savent au final rien du tout mais elles doivent bien le soupçonner un peu tout de même vu le degré d’hostilité à laquelle toute femme violée comme toute femme pute qui proteste contre une vision féministe conventionnelle de ces situations sur la base de son expérience réelle des dites situations est rendue inaudible par le déni massif des autres femmes « féministes » de son expérience. Et à ce moment là le féminisme devient une marque de distinction bourgeoise par les opinions politiquement correctes des femmes de milieux bobos et cesse d’être l’outil d’émancipation antisexiste qu’il est supposé être. Voilà. Ce sont les mots les plus durs que j’aurais et mon souci central avec ce livre. J’ai d’autres gros problèmes avec son contenu mais ils sont plus pardonnables que celui là et en découlent tous donc je tenais à commencer par celui ci. Et oui je pense que même si c’est juste pour faire une analyse historique, ou même d’images de pop culture de la sorcellerie les voix de vraies sorcières sont nécessaires pour en fournir une image authentique. Et si on ne parvient pas à les faire parler car on a pas leur conscience se demander pourquoi et changer les attitudes qui causent cela me parait une nettement meilleure idée que de faire un bouquin sur elles sans elles.

Deuxième problème : Le validisme n’est pas abordé du tout, pourtant c’est bien sur un validisme reposant énormément sur l’hostilité chrétienne blanche à la sorcellerie que la médecine patriarcale technoscientifique moderne et la psychiatrie actuelle ainsi que le stéréotype de la folle qu’elle a construit clairement sur le stéréotype de la sorcière laïcise et rendu plus « scientifique » d’apparence ce sont construites mais elle n’en parle guère que dans deux trois passages à la toute fin et uniquement pour évoquer les difficultés des hommes médecins à s’empêcher d’être immondes sexistes violents et dangereux envers les femmes valides temporairement patientes car ayant des maladies bénignes ou enceintes et traitées comme de dangereuses malades pour cette seule raison arguant qu’être enceinte ce n’est pas une maladie certes mais sans jamais remettre en cause le fait de faire subir des sorts pires aux femmes chroniquement malades elles très peu évoquées et surtout ne parlant que de psy le temps de fustiger la vision de la femme valide très victorienne qu’ils imposent du haut du pouvoir de préservation de l’ordre social qui leur est donné à longueur de journaux féminins. Bref ça veut bien parler de l’oppression des femmes dans toutes ses dimensions par le corps médical et les psys…mais seulement si c’est celle de femmes  valides, les oppressions spécifiques des femmes pas valides ne sont jamais évoquées, et celles des « folles » et de leurs luttes antipsychiatriques le sont encore moins. Je vois que l’auteure est pourtant très au courant de militantisme féministe modernes autour de questions d’oppressions des femmes par les médecins et les psys et suit pas mal de mouvements notamment sur Internet sur ces sujets où se retrouvent plein de femmes valides pour parler ce qui est indispensable des problèmes qu’elle dénonce mais jamais un mot sur le fait que ces tendances ce sont des femmes pas valides, dont j’ai fait partie d’ailleurs, qui se sont acharnées à en bâtir les prémices à une époque pas si lointaine datant de quelques années seulement avant de sortir de ce type de réseaux écœurées de voir qu’encore une fois on les avait remisées dans l’oubli dans des initiatives qui n’auraient pourtant jamais existé sans leurs cris déchirants pour qu’on ne les oublient pas. Résultat on se retrouve comme toujours entre personnes pas valides à faire du militantisme pour nous qu’entre nous parce que prolo ou bourge, homme ou femme, communiste et/ou féministe  le validisme le militant valide moyen y participe pleinement et n’a nulle intention d’arrêter de le faire. Alors je ne sais pas si cette auteure a conscience de cette histoire là où pas et soupçonnant très fortement que non vu son invisibilisation je lui laisse le bénéfice du doute et la présomption d’ignorance mais par contre pour moi l’ignorance n’innocente en rien, c’est même elle sur ce point qui est très blessante surtout pour une femme comme moi qui a énormément contribué à créer tout ça pour me retrouver inconnue et sans un sou à galérer pour arriver à conserver mon seul revenu mon RSA tandis qu’elle son bouquin c’est vendu à 20 000 exemplaires et est un best seller qui lui a rapporté gros cela sachant que de base c’est déjà une bourgeoise comme elle l’admet elle même qui n’a aucun problèmes de sous. Je suis presque sure de vivre trop bas dans la société pour être dans son champ de vision mais cela n’empêche en rien qu’au fond elle se fait sans le savoir de l’argent sur mon dos en exploitant mon image et ça c’est m’exploiter et je peux donc pas ne pas m’en défendre. D’où ma colère assez nette en ces pages.

Autre problème majeur :  La place consacrée au racisme dans son analyse de ce que fait notre imaginaire contemporain du mythe de la sorcière est presque imperceptible, bien trop faible. Sa principale place est de servir de comparaison avec le sexisme pour montrer que le sexisme c’est un sujet grave et sérieux aussi autant que le racisme, un truc typique de féministe blanche agaçant au possible surtout que même si c’est pas très appuyé deux trois passages semble être vraiment en mode « c’est trop pas juste le sexisme est plus prégnant que le racisme dans notre société et pourtant il est pas autant pris en compte », bon j’admets c’est peut être juste une impression de ma part due au fait que ce type de silence sur le lien entre sexisme et racisme de la part de la plupart des féministes blanches que j’ai croisées venait toujours de ça et peut être que je projette sur ce point le discours d’autres féministes blanches casses pieds que j’ai connues sur l’auteure sans que ce soit sa pensée réelle mais que ces phrases n’ait pas pu m’empêcher de me remémorer ces filles là ça me parait gênant et ça m’a laissé un goût désagréable, parce que même si c’est pas ça qu’elle voulait dire au bout du compte par le peu de place qu’elle y accorde elle fait comme beaucoup de féministes blanches une minimisation du racisme. Ceci dit elle a quand même l’air d’avoir de réelles convictions antiracistes et de s’intéresser un peu à ce sujet mais les bonnes intentions l’enfer en est pavé et au final ce n’est pas les deux pauvres phrases où elle remarque que la magie semble de plus en plus servir d’outils et d’arme de résistance aux femmes n’étant pas blanches contre leur oppression sur les plans du racisme et du sexisme en même temps ce qui en effet est indéniablement une tendance récente profonde et émancipatrice et qui aurait peut être gagné à ne pas être expédiée en une phrase, et cette phrase que je vais citer : « La diabolisation des femmes qualifiées de sorcières eut d’ailleurs beaucoup en commun avec l’antisémitisme. On parlait du « sabbat » ou de la « synagogue » des sorcières ; on les soupçonnait, comme les juifs, de conspirer pour détruire la chrétienté et on les représentait, comme eux, avec le nez crochu. En 1618, un greffier qui s’ennuie lors d’une exécution près de Colmar dessine l’accusée dans la marge de son compte rendu : il la représente avec une coiffure traditionnelle juive, « à pendeloques, entourée d’étoiles de David »…et c’est tout. Alors le premier « point commun » entre les deux c’est que la plupart des femmes poursuivies dans les procès en sorcellerie étaient certes chrétiennes, mais les victimes étaient en disproportions des femmes étrangères soupçonnées de judaïsme dont la chasse au sorcière avait pour but de les empêcher de pratiquer la magie sémite. Je le sais, mes ancêtres l’ont vécu, je suis une juive issue d’une famille sorcière de tradition de magie sémitique et les ancêtres dont on est sur qu’ils étaient mages cela remonte à il y a 1000 ans, et donc le souvenir de ces persécutions est ancré dans mes gènes (oui il y a une mémoire génétique transmise héréditairement des événements traumatiques), dans mon sang et dans la mémoire culturelle et familiale qui est la mienne je ne m’en vante que rarement je ne l’ai dit avant ici qu’une seule fois dans un de mes articles anciens sur la magie, je ne sais plus trop lequel, c’est plutôt un secret bien conservé dans mon entourage en règle générale et soupçonné de personne. Bref oui le point commun principal entre antisémitisme et chasse aux sorcières c’est qu’avant même d’être misogyne la chasse aux sorcières était avant tout une chasse au Juif. Et ça clairement vu l’insistance de l’auteure a prétendre sur la base de thèse féministe réfutées car ne tenant pas la route du point de vue des arguments historiques que la chasse aux sorcières était un gynocide ce qui est loin d’être vrai de façon générale celle ci ayant touché plus d’hommes que de femmes globalement et une nettement plus grande proportion de femmes, 80% environ, uniquement dans certains pays de l’Europe moderne, dont la France a certes fait partie mais là aussi on y cherchait pas à exterminer juste des femmes mais précisément des juives. Étant juive voir cet aspect très minimisé et presque nié dans le livre qui pourtant décrit bien des tortures de femmes d’époque de la chasse aux sorcières, si vous gardez à l’esprit que la plupart d’entre elles étaient soit des juives (et des juifs aussi même si l’auteur oublie commodément et expédie trop vite la question des persécutions de sorciers) soit très fortement soupçonnées de l’être c’est un toute autre souvenir historique beaucoup plus récent que ne manque pas de m’évoquer ces descriptions très dures de juives voyant leurs familles anéanties, vivant dans je reprends les termes de l’auteure : la terreur, réprimées sans pitié en raison de pratiques culturelles sémites visibles qu’elles avaient, servant de boucs émissaires à tout les malheurs de la société, victimes de discours d’une haine et d’une hostilité obsessionnelle à leur égard, diabolisées, subissant des violences physiques graves s’achevant en général par la mort que trouvèrent des dizaines à des centaines de milliers d’entre ces personnes (estimation variable d’un historien à un autre), livres très populaires dans la société basé sur pas grand chose hormis des fantasmes stéréotypant les présentant comme une menace dangereuse, victimes de lois biaisées contre elles, de la violence institutionnelle de toute une société contre elles, violées, dénudées de force, rasées de force, torturées et brûlées vives ça vous rappelle VRAIMENT rien d’autre?

Oui voilà l’origine centrale de ce déni de l’histoire de la chasse aux sorcières, c’est un déni (encore) du génocide des Juifs par les Nazis pendant la Seconde Guerre Mondiale et surtout de ce qu’il disait de la profondeur de l’enracinement de l’antisémitisme le plus cruel chez le français moyen causé par un antisémitisme institutionnel d’Etat, bref de la responsabilité historique de la bourgeoisie française dans le crime contre l’humanité qu’à constitué le massacre d’environ 6 million de Juifs, c’est tellement plus confortable après tout de présenter ce génocide comme venant uniquement de méchants étrangers allemands ces « sales boches » plutôt que de regarder en face l’origine de la richesse de la bourgeoisie française qui ne doit rien au mérite et à l’esprit d’entreprise contrairement à ce qu’elle aime à se raconter elle même à longueur de journée en n’étant jamais lassée de passer sa vie à d’auto-congratuler de qualités qu’elle n’a jamais eues au lieu d’admettre la vérité qui dérange nettement plus que sa richesse la bourgeoisie française le doit à son pillage des richesses de l’Afrique par un génocide premier, l’esclavage des Noirs, suivi des crimes de la colonisation française en Afrique auquel c’est ajouté un second génocide celui des Juifs et des Rroms qu’on oublie trop souvent et qui ont eu droits à nettement moins de réparations que nous d’où la cause de leur misère actuelle pendant la Seconde Guerre Mondiale, ciblés très nettement du fait de racine génétiques, culturelles et historiques proches de l’Afrique, les Rroms étant accusés alors fréquemment à tort d’être des Egyptiens et les Juifs de croire en une « religion du désert » dont les racines seraient africaines, d’ailleurs Frantz Fanon était clair là dessus l’antisémitisme est une conséquence du racisme envers les Noirs et l’un ne va pas sans l’autre.  Et dans une société où une autre religion associée à une immigration africaine plus récente, l’islam, sert de bouc émissaire privilégié à tout et n’importe quoi comme malheurs de la société avec des femmes portant un signe visible d’appartenance à cette religion comme première cible de toutes sortes de persécutions allant croissant et de plus en plus dangereuses :

Et aussi ça :

(pour rappel les camps où étaient enfermés des minorités ethniques ça a commencé avec la colonisation dans les colonies, là aussi histoire convenablement zappée, longtemps avant le génocide des Juifs sur le territoire européen, par ici pour plus de précision ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_de_concentration, je précise aussi que cette oppression des personnes musulmanes en Chine est une conséquence directe d’une stigmatisation perpétuelle des musulmans commencée par la bourgeoisie blanche occidentale, notamment française, qui bat des records d’islamophobie ces derniers temps…à tout avoir avec le néocolonialisme type Françafrique perpétué par Macron et sa bande : https://www.courrierinternational.com/article/vu-de-guinee-avec-macron-la-francafrique-continue-bel-et-bien)

 

Le souvenir que de la Renaissance à maintenant pour s’enrichir la bourgeoisie française n’a jamais arrêté de piller des peuples africains ou assimilés à une provenance réelle ou pas du continent africain et c’est enrichi quasi que par le biais de ces vols et génocides précités dans une situation où ne tenant plus du fait d’une vive contestation prolétaire populaire dans tout l’Occident le pouvoir bourgeois blanc occidental se fascise de plus en plus comme Trump et ses amitiés néo nazie en sont l’exemple le plus frappant, et se militarise aussi de plus en plus comme on le voit avec Macron qui n’hésite pas à envoyer l’armée sur les manifestants Gilets Jaunes et leur tirer dessus avec des armes de guerre et a en plus l’inadmissible arrogance et le manque catégorique de respect de quoi que ce soit qui existe de se permettre en prime de protester quand l’ONU et les gens chargés de faire respecter les droits de l’homme ouvrent une enquête sur sa façon de réprimer les manifs…qui remémore à la preneuse de décision, une chilienne, le souvenir d’agissements similaires de la part d’un certain Pinochet que la majorité des chiliens disent ressembler à Macron dans son comportement politique, et rappelle nos anciens aux souvenirs de la France d’avant guerre et de la France en guerre ainsi que d’un certain monsieur Vichy que sa politique leur évoque presque immanquablement quand je leur parle, bref le futur c’est quoi exactement? Cela? :

(bon ok il y a pas mal de validisme dans les paroles mais OSEF le sens profond de la chanson prime et me semble très important à garder en mémoire)

Face à ça le déni classique du rôle de l’Inquisition chrétienne catholique blanche qui certes n’a pas commis la majorité des procès en sorcellerie mais est ce qui en a permis l’existence et en a été la justification auprès des tribunaux laïcs tout imbibés de SA morale religieuse qui décidaient des sanctions attribuées aux sorcières en ces temps là je ne peut m’empêcher de voir la conséquence d’une vision antisémite de l’histoire dans les angles morts d’analyse présents dans ce livre. On y fait passer pour des crimes de l’humanité  masculine envers sa moitié féminine des crimes dont la motivation première était le racisme antisémite des blancs de l’époque envers les Juifs de l’époque, désolée mais ça c’est du négationnisme.  Et oui je trouve ça nettement plus dangereux que l’antisémitisme de spectacle d’un Dieudonné (qui en plus fait n’importe quoi sur l’antisémitisme mais s’est engagé de la façon dont c’était nécessaire et dont ça n’a quasi pas été fait par d’autres personnalités de même niveau de popularité concernant notamment le soutien à la lutte indépendantiste du peuple Kanak en Kanaky dont il a été un des seuls à se faire l’écho) et d’autres complotistes antisémites d’Internet anonymes et inconnus…qui n’est pas inoffensif certes loin s’en faut mais qui n’est PAS partie intégrante du pouvoir institutionnel de la bourgeoisie blanche qui a la capacité de lui donner une audience ou de lui en interdire une comme bon lui semble en lui autorisant ou pas ces passages à la télé et qui donc est un outil de propagande qu’ils utilisent ou pas quand ça les arrange, mais l’antisémitisme institutionnel réel celui qui reprend du poil de la bête et est vraiment dangereux aujourd’hui il est propagé par des cautions juives au pouvoir en place comme des Zemmour, BHL ou des Finkielkraut qui sont au service du pouvoir antisémite d’Etat et son détestés surtout par des tas de feujs prolos qui détestent l’image d’eux qu’ils renvoient et dont je suis, même si on est conscients évidemment que ce ne sont que des valets consentants et le pouvoir politique institutionnel réel est entre des mains blanches en France. L’accusation d’antisémitisme envers les Gilets Jaunes cherchant à diviser le mouvement politique le plus efficace contre leur pouvoir en ce moment par exemple. Voilà toute l’histoire qui est oubliée et effacée dans cette version de l’histoire de la chasse aux sorcières et de sa vision dans le monde contemporain. Un livre sur le même sujet ou tout ça serait pris en compte serait fort différent. Et beaucoup plus pertinent. Mais pour écrire ça sans parler à une seule sorcière une bourgeoise blanche valide est fort mal équipée. Mais même si on oublie l’ambition de parler de la politique contemporaine à travers ce livre et se concentre uniquement sur des questions de représentation ça reste une donnée qui manque sérieusement pour comprendre le fond de certains aspects des histoires qu’on se transmet de nos jours. Par exemple le fait que Disney a choisi de faire de la sorcière de son Blanche Neige dans les années 1930 une caricature de juive dans le but de plaire au public allemand fort antisémite de l’époque lors de sa présentation de son film dans ce pays et plus généralement en Europe, un succès d’ailleurs puisque cela a alors plu et contribué à son succès et son prestige inédits pour un créateur de dessin animé même si il était bien sur également du aux qualités esthétiques de ce long métrage d’animation qui d’ailleurs au passage n’est pas contrairement à ce qu’en disent souvent les gens le premier film d’animation, cet honneur est à attribuer à un film d’une réalisatrice de films d’animation allemande, Lotte Reiniger, qui a conçu Les Aventures du Prince Achmed en 1926 qui est le vrai premier long métrage d’animation, une artiste de gauche par conviction ouvertement amie avec des Juifs et jugé avant gardiste donc « dégénérée » par le régime nazi et dont les films ont été sauvés de justesse pendant la Seconde Guerre Mondiale ayant manqué de peu de faire partie des œuvres culturelles dont le conflit fit effacer la trace, ah et aussi le choix d’adapter un conte des frères Grimm, des versions des contes bien connues pour leur racisme antisémite, un exemple venu d’un conte de Grimm que j’aimais petite et que j’apprécie toujours mais dont le fond sur certains points m’apparait nettement plus effrayant maintenant que je sais des tas de choses que je ne savais pas enfant : Hansel et Gretel, ce n’est pas juste un pur hasard que la « méchante » sorcière finit brûlée dans un four par les deux enfants, vous pensez sérieusement que l’ignorance de la plupart des gens du lien entre la chasse au sorcière de l’époque et l’antisémitisme actuel est innocente? Non c’est le reflet de l’entretien d’un silence coupable. Et en plus pendant très longtemps ce chantage à l’antisémitisme toujours approprié par la bourgeoisie blanche et ses valets pour la défense de ses propres intérêts réduit au silence des tas de prolos juifs dont j’étais avant craignant en ayant un doute face à cette politique de la terreur et se taisant donc par peur de ne contester ça que par antisémitisme intériorisé alors que rien n’est plus faux. Aujourd’hui que j’ai compris que la bourgeoisie blanche n’a TOUJOURS pas redonné une réparation financière digne de ce nom aux survivants juifs des camps nazis et que la plupart sont morts dans la pauvreté ou des anciens isolés et inconnus de tous qui peinent à joindre les deux bouts aujourd’hui ce qui l’empêche pas de s’approprier tout le fric engendré par l’énorme tas de produits culturels qui évoquent le génocide des Juifs et la Seconde Guerre Mondiale ce sur quoi les vrais survivants Juifs du drame ne gagnent en moyenne pas un rond je me sens assurée à dire ce que je pense d’eux de leur supercherie et du vol de notre histoire qu’ils continuent à perpétuer mais trop de juifs comme moi avant ont peur de dire quoi que ce soit terrorisés si ils ne dénoncent pas les mêmes cibles de critique d’antisémites que celles que les bourgeois blancs leur tendent d’augmenter le racisme envers eux pour certains, et pour d’autres dont j’étais peur de dire quoi que ce soit à propos de l’antisémitisme et de sa récupération politique éhontée et ne voulant absolument pas l’entretenir préfèrent se taire que d’accepter ce rôle d’éternelle victime qui est le seul que cette société accepte de nous donner. Voilà en fait j’avais pas conscience de tout ça avant de l’écrire ici dans ces lignes mais maintenant que je m’en rends compte je trouve que le livre est bien pire que je ne le disais au départ en fait. C’est carrément mauvais. 5/20.

Et puis enfin en tant que femme et sorcière il y a plein de passages qui me gênent déjà insister autant sur le soutien à la nature aux animaux et à l’écologie sans parler quasiment de validisme, de racisme et de lutte des classes c’est typique du féminisme bourgeois blanc et ça c’est ni fait ni à faire, ceci dit la plupart des observations qu’elle fait sur la condition des femmes (du moins des femmes blanches valides bourgeoises c’est à dire de ce qu’elle est et oui des femmes blanches en général aussi ce qui fait que beaucoup d’entre elles s’y retrouvent et que ça fait un best seller et quelques femmes pas blanches subissant la vision occidentale de la féminité aussi). Parce que oui les trucs dont j’ai parlé au début qu’elle dénonce au départ sur le poids aliénant pour les femmes des obligations liées au rôle de mère et de personne qui doit s’occuper des enfants au sein du foyer familial, de la difficulté de faire accepter qu’on ne veut pas nécessairement de ce destin féminin là, de l’essentialisation par des évidences pseudo scientifiques des rôles sociaux féminins contemporains, l’obsolescence programmée des corps féminins, la haine de ces corps de femmes, de la féminité, et de la vieillesse féminine, le poids aliénant de l’image de l’Eternel Idéal Féminin et des normes de beauté féminine, le mépris des prises de paroles féminines et leur empêchement actif, la diabolisation des désirs féminins, la minimisation des compétences des femmes et les stratégies du système pour leur éviter le plus possible d’en acquérir,  le lien entre écologie et féminisme et bien sur entre mythes du Féminin et de la Nature, le soupçon de mensonge qui plane tout le temps sur les dires des femmes, une sororité qui peut exister même si elle me semble l’idéaliser pas mal oubliant que sur bien des points des femmes en oppressent d’autres et leurs intérêts individuels autant que communautaires peuvent considérablement diverger voir s’opposer entièrement, une nécessaire résistance des femmes, même valides, à l’oppression misogyne perpétuée par les psys et le corps médical, la nécessité de convergence des luttes féministes et écologistes et le besoin de créer un autre monde sur d’autres bases que celles qu’elle décrit et critique d’un pouvoir bourgeois capitaliste masculin technocratique qui nous mène droit à la catastrophe et met en danger toutes les formes de vies terrestres mais bon surtout et principalement l’humanité elle même quand même à long terme, tout ça elle l’analyse finement et le critique très bien parce que sur ça elle parle de ce qui lui est familier. Quand elle part en terrain inconnu ça devient n’importe quoi mais le problème c’est que sa position de bourgeoise blanche valide lui donne le « privilège » de l’ignorance nécessaire pour ne pas s’en rendre compte et croire que son récit est innocent et ne fait de mal à personne alors qu’on la vu plus haut ses angles morts sont tout sauf inoffensifs. En plus la volonté absolue de ne nuire en rien m’interroge. Depuis quand on change quoi que ce soit d’un rapport de force en ne détruisant le pouvoir de personne pour retrouver le sien? Depuis jamais voilà depuis quand, mais je pense que la réponse à ma question est dans ce dont elle parle dans le passage sur le réflexe de servir où je me retrouves assez peu personnellement mais dont elle admet volontiers d’elle même, honnêteté que je ne peux que louer trop rare chez une bourgeoise, qu’elle y est particulièrement soumise part une trop bonne éducation sa révolte ne se faisant que par la plume, moi qui est risqué ma vie plusieurs fois pour mes révoltes en ayant bien moins de pouvoir ça m’enrage de voir une bourgeoise agir ainsi et se sentir courageuse et être acclamée pour ça tandis qu’aux yeux de tout ceux qui ignorent mes actions, c’est à dire tout le monde sauf quelques rares proches, je ne suis qu’un parasite social qui branle rien, de devoir écrire gratuitement ici les seuls mots que je peux prononcer quand la partie la plus vénale de moi ne rêve que d’être à sa place et de créer un site payant rempli de marketing putaclick en s’enrichissant sur le dos des autres avec des best sellers comme le sien remplis d’inexactitudes et d’approximations en me disant que tant pis c’est bon pour la cause…mais je ne peux pas car je n’ai pas l’ignorance nécessaire pour me croire innocente du sang versé sur mes mains par ce type d’attitude résultat je vis sur le dos de ma seule mère n’ayant personne d’autre pour entretenir l’handicapé que je suis et me fait faire la morale pour ça par des féministes bourgeoises qui ont des sous ou des capacités sur lesquelles le système capitaliste veut bien rentabiliser et l’illusion de l’innocence due à l’ignorance d’où viennent ces sous et les compétences bankable qu’elles possèdent. Je prétends pas être dans une situation glorieuse loin s’en faut et je suis tout sauf une héroïne, j’ai un côté connasse violente et cruelle volontiers au quotidien toute personne m’ayant côtoyée vous dira que je suis quelqu’un de dur et de difficile même si je ne suis pas non plus insupportable juste très casse burnes.  Bref comme dirait Ursula « Je n’ai pas toujours été gentille et sincère, j’ai vraiment mérité le nom de sorcière », ou comme dirait mon père « dans la vie si on ne se met jamais en danger et si on ne se fait pas d’ennemis c’est qu’on a rien vécu »…bien sur il s’agit pas de glorifier non plus les prises de risques inutiles et la cruauté gratuite juste de dire qu’on est humaine et les humains ça traverse toutes les nuances de gris c’est pas tout blanc ou tout noir moralement parlant d’une part et donc l’image toute gentille toute mignonne qu’on les femmes et que la culture perpétue et maintien jusque dans les organisations féministes bloque l’émancipation des femmes et est surtout signe de leur absence de pouvoir politique plus que de quoi que ce soit d’autre, et que la peur du danger inhibe énormément de gens, notamment de femmes, et les poussent à ne rien faire, rien qui n’aille en dehors des normes établis et donc qui ne rentre dans l’Histoire du moins. Rien dont on se dit que le récit ne vaut la peine d’être raconté. C’est pour ça que je me suis dit que c’était pas si mal que j’ai laissé dans quelques mémoires la trace d’une Sorcière, si c’est ainsi que les milieux ou j’ai évolué m’ont retenu et qu’ils ont pas mal caricaturé mon existence tant pis, l’essentiel est là, je suis devenue visible, mon image, ma parole, ont enfin un poids et je ne comptes pas m’arrêter là si je dois être retenu dans les mémoires on me mystifiera comme on le fait de tout les gens dont on a le souvenir car le souvenir humain fonctionne par le récit qui fictionnalise toujours le passé et ce qui se raconte de façon plus générale, tout ce qu’on dit a toujours une part de mythe, surtout aux infos (exemple Jack L’Eventreur) et dans les documentaires (exemple : les innombrables documentaires biopic qui servent surtout à glorifier des célébrités, musiciens pop ou stars du rock notamment, et à leur faire de la pub),  si c’est cette image globale qu’on retient de moi ça m’énervera et je comptes bien être connue pour avoir laissé une marque réelle et utile dans le monde et pas pour autre chose, et oui je l’ambitionne je ne suis pas une personne qui peut se contenter de vivre juste sa vie pépère, visiblement je suis trop remarquable et là vie ne me laisse pas ce choix, seulement le chemin pour être assez célèbre pour que ce qu’on raconte ait un impact réel et assez riche pour être relativement tranquille (le SMIC me suffirait largement mais c’est un rêve qui pour moi est un horizon bien lointain et qu’hélas aucun sort ni aucune de mes autres actions pour tenter de l’obtenir ne m’a permis de toucher du doigt à vrai dire c’est la seule chose que je veux et que la vie me refuse d’obtenir, de l’argent, sans cela j’aurais accompli tout mes rêves personnels et n’aurait plus d’autre ambition que de détruire ce système aliénant et aussi réussir par ma créativité seulement…la créativité ça vend rien, en fait rien ne vend quoi que ce soit hormis la compromission capitaliste…dont je me sens incapable…c’est même pas une question morale en plus, si c’était que ça se serait fait depuis longtemps, juste un blocage psychologique énorme, un traumatisme profond qui m’en rend totalement inapte pour des raisons très personnelles). Bon bah voilà serais je une anti héroïne dans cette histoire là? Peut être…le récit n’est pas pleinement sous mon contrôle et si un jour je finis dans l’Histoire ce sera le résultat collectif de l’opinion des gens qui m’auront mis dedans les rôles alternatifs que j’y jouerais pour chacun selon son vécu. Bon au pire si je finis simplement dans les mémoires comme une caricature de Sorcière j’aurais au moins réussi à ne pas devenir la Princesse que tout le monde voulait que je sois et même a épouser le Prince Charmant au nez et à la barbe de cette sale cruche, la fin ne sera donc pas si mauvaise pour ma propre histoire. Mais j’ai bien l’intention d’être encore plus casse pied que ça pour l’ordre en place et de ne pas les laisser m’enfermer en un seul rôle aussi aisément. Et j’ai l’impression que l’auteure elle a juste accepté son rôle d’intellectuelle de service/féministe de service sans s’en satisfaire pleinement mais sans oser le contester pour autant, pourquoi? Craint t’elle le pouvoir des hommes de son entourage? Probablement. Et oui je sais je finis sur de la psycho de comptoir mais vu le nombre de fois qu’on m’a fait le coup dans l’autre sens je vois pas pourquoi je m’interdirais de m’y mettre aussi c’est pas juste que les bourges soit les seules à avoir la légitimité pour jouer à ce jeu là comme à celui de la critique littéraire auquel je me livre ici gratuitement ce qui en permet la liberté de ton alors que pour faire la même chose de façon salariée adhérer à l’ordre bourgeois et à tout ses avis est une nécessité. L’auteure n’a cependant pas l’air totalement naïve et je suppose qu’elle sait qu’avoir un tel succès populaire et ne récolter que des éloges quand le moindre petit article un peu tendu écrit sur le Net déclenche une polémique monstre signifie que pour l’ordre en place elle n’écrit rien de dangereux. Elle le dit elle même c’est une poule mouillée. Cependant ce qui lui donne déjà plus de courage que la plupart des féministes que j’ai rencontré dans ma vie c’est que c’est une poule mouillée honnête et lucide qui en plus ne l’est pas seulement avec elle même et dans son cercle intime mais publiquement dans un livre destiné à faire un gros succès de librairie. La plupart des bourgeoises ne sont pas féministes, ne sont pas engagées politiquement ou le sont pour le conservatisme, sont inconscientes de leur propre lâcheté  profonde conséquence d’un dressage « éducatif » à l’obéissance totale à l’ordre de leur classe sociale commencé dès le plus jeune âge et se mentent à elles mêmes, surtout quand ce sont des bobos avec des idées de gauches et féministes, sur leurs actions préférant s’inventer une utilité illusoire que d’avouer qu’elles n’en ont aucune pour la lutte qu’elles défendent surtout histoire d’avoir un cercle de potes qui partage leur façon de penser. Elle en est presque à s’excuser d’écrire un bouquin à un moment. C’est bien triste d’être enchaînée à ce point et si c’est ça la condition heureuse d’un embourgeoisement qu’on me vend alors je préfère fuir très loin, moi je suis plus (enfin jusqu’à un certain point j’ai mes lâchetés également et elles sont nombreuses) le genre le Loup dans la fable de la Fontaine enfin ici on va la réécrire en version féministe tiens :

la Louve et la Chienne.

Un Louve n’avait que les os et la peau ;
Tant les Chiennes faisaient bonne garde.
Cette Louve rencontre une Caniche aussi riche que belle,
Mince, polie, qui s’était fourvoyée par mégarde.
L’attaquer, la mettre en quartiers,
Dame Louve l’eût fait volontiers.
Mais il fallait livrer bataille
Et le Maitre du Caniche avait un armement et des hommes de main de taille
A le défendre hardiment.
La Louve donc l’aborde humblement,
Entre en propos, et lui fait compliment
Sur sa richesse, qu’elle admire.
Il ne tiendra qu’à vous, belle dame,
De vivre en un confort tel que le mien, lui repartit le Chienne.
Quittez les bois, vous ferez bien :
Vos pareilless y sont misérables,
Cancres, haires, et viles diablesses,
Dont la condition est de mourir de faim.
Car quoi ? Rien d’assuré, point de franche lippée.
Tout à la pointe de l’épée.
Suivez-moi ; vous aurez un bien meilleur destin.
La Louve reprit : Que me faudra-t-il faire ?
Presque rien, dit la Chienne : donner la chasse aux gens
Portants bâtons, et mendiants ;
Flatter ceux du logis, à son maître complaire ;
Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
……..Sans parler de mainte caresse.
La louve déjà se forge une félicité
Qui la fait pleurer de tendresse.
Chemin faisant elle vit le col de la Chienne, pelé :
Qu’est-ce là  ? lui dit-il.  Rien.  Quoi ? rien ? Peu de chose.
Mais encor ?  Le collier dont je suis attachée
De ce que vous voyez est peut-être la cause.
Attachée ? dit la Louve : vous ne courez donc pas
Où vous voulez ?  Pas toujours, mais qu’importe ?
Il importe si bien, que de tous vos repas
Je ne veux en aucune sorte,
Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.
Cela dit, maîtresse Louve s’enfuit, et court encor.

 

 

 

 

 

 

Enfin ça c’est plus ce que j’aimerais devenir que ce que je suis vraiment hélas ma liberté de déplacement demeure limité à l’extrême mais au moins dans quelques endroits choisis mais publics comme celui ci j’ai une liberté de parole totale et mes désirs, mes pensées et mes rêves, mes émotions tout cela est vraiment libre, mes actions elles ne le sont pas encore pleinement mais je cherche le moyen pour que cela me vienne. Là sont les limites de mon courage. Elles sont bien fortes. Et moi aussi je vis surtout d’écrits, encore que maintenant le dessin me fait un peu vivre aussi ainsi que la chanson et aussi la politique mais oui tout ça c’est subalterne et mon pouvoir économique seule garantie possible de la liberté de déplacement et d’action est inexistant. J’ai aussi plus de force physique qu’avant et une vraie capacité d’affronter un adversaire au combat et de gagner à présent qu’il s’agisse d’une bataille rhétorique ou physique mais face à des armes de guerre c’est trop faible et je ne suis pas déranger par me battre avec une arme mais celles que j’ai sous la main si je les utilisent en manif je finis en prison et j’ai aucun espoir de battre mes ennemis avec car ils sont mieux armés que moi seule comme accompagnée, car la bourgeoisie s’est accaparé la science et surtout la technologie notamment militaire, enfin la bourgeoisie masculine, mais c’est pas demain qu’on pourra compter sur les bourgeoises pour piquer les armes de leurs maris et les refiler aux prolos. Elles en sont encore à s’évanouir à la vue d’un flingue. Et puis aussi j’avoue que j’ai peur du combat parce qu’on peut crever ou se blesser mais ça c’est juste être conscient que d’en avoir la crainte mais surtout car il m’enthousiasme et m’énergise trop je me sens cruelle, violente, en pleine jubilation orgasmique et totalement moi quand je cogne sur quelqu’un même si c’est pour jouer (d’autant plus si c’est pour un jeu érotique bien sur d’ailleurs la réprobation de l’auteure à l’égard du sadisme c’est assez typique de l’éducation hostile à la violence qu’on fait à trop de femmes et principalement aux bourgeoises d’ailleurs) et plus encore quand c’est du sérieux et ouais j’avoue j’ai peur de tuer quelqu’un en me laissant trop aller puis d’aimer ça et de recommencer parce que c’est jamais arrivé et hors contexte militaire ça n’arrivera pas mais si une guerre ou un conflit de classe violent surgissaient ça pourrait bien être un truc qui m’arrive et j’ai étais assez traumatisée comme ça pas spécialement envie de me rajouter ça. Il adviendra ce qu’il adviendra ceci dit mais je ne veux pas avoir à vivre ça hormis si on ne me laisse aucun autre choix pour survivre ou si j’ai la garantie que c’est utile et l’unique possibilité de changer les choses. Et j’en suis pas convaincue, aujourd’hui c’est une guerre économique que la bourgeoisie mène contre le prolétariat et la lutte consiste donc à reprendre un maximum de la thune que les bourges nous ont volés. Quand je disais ça a des bourges « féministes » « solidaires » habituées de mes idées et discours elles se proposaient de nous refiler de la thune…sans percevoir que ça nous rendrait pas libre et indépendantes d’accepter mais bien au contraire totalement placées sous leur dépendances, soumises à leur pouvoir économique à elles et donc indirectement à celui des hommes bourgeoise à qui elles doivent d’en avoir. Et donc forcer d’obéir à des gens qui sont les voleurs de notre propre pouvoir. On s’en fout d’être des « femmes indépendantes », l’indépendance est un mythe bourgeois validiste auquel je ne crois pas du tout tout le monde est interdépendant. En gros je viens demandé une lutte et des réparations économiques et on me sert de l’empathie et de la charité, mais je n’en ai rien à foutre de ça moi. Je veux retrouver ma thune et surtout le confort de me dire grâce aux terres communes que quoi qui se passe j’aurais toujours à manger, à boire, un toit et un lit. Ce que j’aurais eu à n’importe quelle époque précédant la colonisation de ma Corse d’origine par les bourgeois français qui sont toujours là à polluer notre île de littoraux touristiques urbanisés en foutant les insulaires dans la merde et refusant leur choix politique net d’une autonomie plus forte. De quoi faire vraiment plus que rêver d’une Corse authentiquement indépendante. J’ai raconté ma vie et cette critique est partie dans tout les sens encore plus que d’ordinaire la vache. Bref si les bourgeoises veulent vraiment se libérer il y a qu’un seul moyen : détruire leur classe sociale de l’intérieur en y dénonçant les problèmes qu’elles vivent elles et que donc elles connaissent sans chercher à faire la leçon au monde entier. D’ailleurs il y a que quand c’est ce que l’auteure fait qu’elle le fait bien et de façon socialement utile.

Et pourtant malgré tout ça et mes critiques très rudes je la déteste pas, j’ai lu une femme qui se sait prisonnière et se voit lucidement et honnêtement comme telle mais qui n’a de liberté que quand elle prend la plume, encore celle ci reste t’elle toute relative comme on l’a vu, elle écrit elle même un passage où elle situe une femme en partie libre mais pas totalement dans la clairière, la fameuse histoire de la princesse qui fuit le château pour vivre des aventures et hésite dans la clairière puis finit par pénétrer dans la forêt que si le danger l’y pousse. L’auteure est à un carrefour et doit faire face à un choix et je crois que ça l’effraie, retourner en arrière et redevenir une bourgeoise sans histoire totalement conventionnelle mais totalement inutile et invisible ou devenir la sorcière qu’elle semble rêver d’être depuis l’enfance, une femme vraiment menaçante pour l’ordre bourgeois et susceptible d’améliorer la place des femmes dans le monde de façon durable. Mais elle le dit elle même elle ne pratique pas la magie car elle en doute et son apparente « irrationnalité » qu’elle relativise cependant à juste titre lui fait peur. C’est un peu paradoxal de construire comme elle le fait son espoir sur les actions d’autres femmes sorcières réelles qu’elle admire mais auxquelles elle se refuse à prendre part. Pourquoi? Est ce que l’habitude d’être dans le rôle de la demoiselle en détresse pousse trop de femmes à attendre leur libération passivement qu’elle vienne du Prince Charmant ou d’une Sorcière féministe qu’elles n’ont pas le courage de devenir elles mêmes? Et surtout qu’est ce qui nous rend si différente? Comment transmettre la dose tout de même sacrément modérée mais qui suffit à me faire terrifier beaucoup d’hommes tout aussi lâches que leurs compagnes et sans doute même davantage pour la plupart d’entre eux de courage léger que j’ai et qui manque à beaucoup de gens qui si on les secoue un peu peuvent devenir en mesure de véritablement changer les choses si je ne sais pas moi même d’où vient que j’en ai et ces personnes n’en ont pas ou pas autant? On essentialise beaucoup trop le courage et la lâcheté du coup c’est quasiment impossible de savoir d’où cette force ou faiblesse intérieure vient vraiment. Ce qui est sur c’est que la société y prend part et qu’être une poule mouillée ou une lionne féroce n’est pas une disposition  de caractère 100% innée et d’origine biologique, la société brime bien des ambitions et change bien des gamines audacieuses en adultes peureuses. On invisibilise les femmes courageuses et minimise leurs actions voir on leur déni carrément l’existence, on leur prohibe le courage définit comme « pas féminin », on s’acharne à mettre toutes leurs actions courageuses sur le compte de qualités féminines là où le courage de ces mêmes actions aurait été loué chez un homme qui aurait fait la même chose, on trouve des excuses pour expliquer aux femmes ayant fait preuve de courage que vraiment elles n’auraient pas du pour les dévaloriser là où un homme sera gratifié et félicité pour une action identique, on moquera, insultera voir attaquera physiquement, violera ou tuera des femmes qui feront preuves de courage envers et contre leur socialisation à être des froussardes, on applaudira chez les hommes les actions courageuses qu’on critiquera chez les femmes, on trouvera moyen de parler d’une femme courageuse comme d’une mère courage, d’une épouse courageuse etc…bref en y trouvant l’excuse que derrière tout grand homme il y a une grande dame et donc en attribuant son courage à une figure masculine de son entourage, en isolant les femmes courageuses des autres pour qu’elles ne transmettent pas leur savoir sur comment affronter la peur aux femmes lâches et donnant l’impression qu’elles sont des exceptions à une prétendue règle naturelle qui rendrait les femmes lâches et les hommes courageux, fera tout pour que les femmes courageuses restent méconnues et ne servent pas d’inspiration et de modèles à des femmes cherchant à devenir courageuses, on forcera les femmes courageuses à se travestir en homme pour pouvoir faire des actions courageuses sans être limitées par les réactions sociales extérieures et on entretiendra une culture populaire ou la majorité des femmes sont représentées comme lâches de façon à naturaliser la chose. En gros le schéma qu’avait repéré Joanna Russ à propos de comment empêcher une femme d’écrire s’applique plutôt bien à comment empêcher une femme d’être courageuse et comme empêché n’importe quel catégorie de personne opprimée de faire une action précise : https://en.wikipedia.org/wiki/How_to_Suppress_Women%27s_Writing. Et je pense que pour devenir la sorcière qu’elle veut être l’auteure n’a jamais besoin que d’un coup de pousse, d’un modèle quoi qu’elle semble avoir tenté de trouver en Starhawk lors de leur rendez vous malheureusement manqué. Ensuite elle me semble aussi bien prisonnière de la dichotomie rationnel/science/technique/virilité d’un côté et féminité/magie/émotion/nature de l’autre qui est un schéma de représentation du genre qui n’existait QUE dans les sociétés blanches depuis le XIXème siècle et ne c’est répandu ailleurs qu’avec la colonisation d’histoire toute récente n’étant vraiment présent idéologiquement un peu partout dans le monde que depuis les années 1960 soit la naissance de nos parents ce qui à l’échelle de l’histoire du capitalisme est vraiment que dalle, histoire du capitalisme elle même fort courte par rapport à l’histoire humaine tout court. Et ça semble venir de connaissances paraissant fort lacunaires en histoire de la magie tout et notamment l’histoire de la figure du Diable y étant pas mal survolé. Pourtant même si elle semble un peu tout mélanger elle semble avoir capté que des sorcières il en existe de traditions et croyances très variées et même des qui sont athées. Et pour savoir ça il faut quand même faire des recherches sur la sorcellerie contemporaine longtemps car on est vachement invisibilisées en tant que sorcières athées tout de même, et ce jusqu’en milieu sorcier. Cela demande d’avoir étudier le sujet de façon détaillée ou au minimum d’avoir tapé tout et n’importe quoi de lié à la sorcellerie sur Google tout comme le fait de connaitre le triptyque wiccan des trois visages de la Déesse, Jeune Fille, Femme, Grand Mère. Bref continuer de ne prétendre ne rien connaitre à la magie en ayant tout ces savoirs théoriques là c’est fort de café, certes ils ne contiennent aucun savoir magique pratique et qu’un très léger vernis de théorie magique fort contestable d’ailleurs pour pas mal de concepts dont ce triptyque en question dont elle a repéré le sexisme essentialiste d’elle même mais largement assez pour faire une étude sociologique des sorcières modernes du moins si elle se limite à la wicca qui est manifestement la seule branche de sorcellerie qu’elle a un peu approfondie vu qu’en dehors d’une mention rapide quasiment tout les exemples de sorcellerie concret qu’elle prend hors des représentations fictives et historiques sont des exemples issu d’un cadre de pratique magique wiccan. C’est le plus commun, populaire et connu avec la magie New Age certes, des courants de magie qui comme la magie chaotique qu’elle mentionne brièvement par ailleurs ont trois points communs centraux qui les distinguent de la plupart des formes de magie existantes : 1-Ils sont des courants de magie dont les praticiens sont très majoritairement blancs 2-Ils font de l’appropriation culturelle de traditions magiques autres que les leurs à tout bout de champ 3-Ils ont une date d’apparition historique très moderne (la Wicca a été crée en 1954 par Gerald Garner, le New Age est né de la contre culture hippie des années 1960 et a pas mal repris de ses concepts ésotérique d’un mélange d’appropriation culturelles de traditions magiques issues de diverses cultures asiatiques et de concepts wiccans mêlés les uns aux autres dans un fourre tout le plus souvent très peu compréhensible donnant souvent l’illusion de complexité quand le fond est en règle générale assez vide même si je compte faire un article pour expliquer en détail ce qu’est le New Age et le défendre un peu face aux critiques souvent très hostiles et caricaturales qui lui sont adressées même si il y a aussi un bon paquet de critiques de ce courant où je me retrouve totalement et j’ai généralement beaucoup de mal avec celui ci c’est pas pour autant que j’en accepte qu’on en fasse une présentation faussée et visant à le démonter d’autant que malgré tout ses défauts énormes et nombreux globalement il aide plus de gens qu’il n’en dessert) 3-La magie du chaos elle est née en 1978 crée par Peter Caroll est ce qui pourrait être résumé assez honnêtement à une magie punk. D’ailleurs si je suis l’histoire des magies liées à des contre cultures chez les gothiques depuis les années 1980 jusqu’à maintenant la magie du chaos prédomine très largement, chez les gens de contre culture steampunk, courant contestataire ayant émergé dans le début des années 2000 c’est toujours la magie du chaos qui domine avec dans les années 2010 une forte tendance au retour au source qui donne une popularisation de la magie traditionnelle Asatru mais aussi un retour de la wicca nettement plus fort et visible là où le New Age a jamais vraiment disparu et est plus devenu de plus en plus commercial et axé développement personnel et de moins en moins centré sur la question de la spiritualité et la pratique magique. Cependant je tiens à préciser que dans tout les courants culturels et contre culturels la magie est une pratique possible pas obligatoire et que dans les courants contre culturels qui ne sont pas traditionnels mais d’invention moderne il y a clairement qu’une minorité des personnes y étant impliquées qui savent qu’il existe une magie leur étant liée et moins encore qui la pratique.

Moi qui suis une sorcière de tradition d’un héritage constitué d’un syncrétisme entre magie celte principalement qui est le cadre où se place ma pratique magique en règle générale et quelques aspects de magie sémite transmis par mes ancêtres que j’utilise parfois mais assez rarement je l’admets j’ai pas mal de difficulté comme la plupart des personnes qui ont une pratique issue d’une magie traditionnelle avec les courants plus modernes principalement dues à l’appropriation culturelle massive qu’ils font de traditions culturelles n’étant pas les leurs et notamment des miennes entre autres mais c’est un problème très large sur lequel on pourrait écrire une encyclopédie entière dans le monde de la magie. Bref elle semble ne savoir pas grand chose de la plupart des façon d’aborder la pratique magique de manières traditionnelles et avoir une connaissance uniquement de nom de la magie chaotique qu’elle semble croire une tendance nettement plus récente qu’elle ne l’est et qu’elle parait confondre avec le fait que l’offre magique commerciale et populaire soit indéniablement de plus en plus foisonnante et bordélique de nos jours à moins que cette formule qu’elle évoque n’ait pas le moindre rapport avec la magie chaotique au sens où je l’entends ici et qu’elle en ignore tout et même en Wicca elle ne semble guère connaitre que la figure médiatique de Starhawk et ne la connaitre quasi que par ce qu’en dit Isabelle Stengers c’est à dire principalement comme une militante écoféministe en minimisant et rationalisant au maximum sa pratique magique et on sent qu’elle l’admire beaucoup un peu comme une ado devant sa star préférée. Pas de volonté de ma part cependant de critiquer cette attitude, on a toutes commencé un jour sa pratique magique en imitant des gens moi c’était d’abord mon père et ado je m’étais retrouvée dans la pratique magique d’Anton Lavey donc clairement en matière de modèle magique elle s’en est choisi un nettement plus féministe que celui qui avait été le mien c’est indéniable. Même vu qu’il est de la même tribu juive que moi celle des Levi…comme la plupart des stars que j’admirais alors ignorant être moi même juive et ignorant qu’eux l’étaient du fait que mon propre héritage était un secret familial et qu’on tentait de m’élever en me faisant croire et en faisant croire aux autres car on a le physique pour en avoir la possibilité que nous étions blancs et du coup je me suis longtemps crue blanche à tort, et le fait que ces stars restaient très discrètes sur leur appartenance à la communauté ethnique juive parce que dans ce monde antisémite trop le mettre en avant revient à compromettre sa carrière. Et pourtant j’ai trouvé le moyen de ne flasher ado que sur des stars venant exactement de la même tribu d’Israel que moi, hors il y a 12 tribus d’Israel…ok il y a beaucoup de juifs qui bossent dans l’industrie du divertissement américain dont viennent la plupart des stars juives internationalement connues mais même si ils étaient majoritaires dans cette industrie ce qui est loin d’être le cas les blancs chrétiens y dominent à tout les niveaux de cette industrie, même si ils étaient 100% à vrai dire j’aurais eu qu’une chance sur 12 de tomber sur ma tribu au hasard et 1/24 soit je sais pas dans les 4/5% de chances de tomber dessus par un hasard pur. J’ai toujours du mal à revenir moi même d’à quel point mon histoire occultée pourtant à l’époque a influencé tout en moi jusqu’à mes goûts en matière de mec (oui j’avoue ça a rien de féministe du tout mais la première chose qui m’avait intriguée chez Lavey et que je trouvais grave beau et sexy avant que je m’intéresse à ce qu’il dit vraiment) sans que je n’en ai alors la moindre conscience. Et oui on en est là. Je croyais déjà pas beaucoup à la liberté de choix avant ça a totalement achevé le crédit de cette thèse à mes yeux. Et je galère toujours à me remettre du choc en moi que cette prise de conscience de ne pas être blanche m’a causée. Et du coup même si on peut le deviner dans le texte de l’auteure vu qu’elle évoque le nom de naissance de Starhawk qui est Miriam Simos elle n’évoque jamais une information de base sur cette sorcière qui fit parti des militantes fondatrices de l’altermondialisme, c’est une juive, tout comme moi, j’ignore en revanche à quelle tribu précise elle appartient et si elle le sait ou l’ignore elle même, mais en prenant en compte l’effacement global de la judéité des sorcières dans le bouquin qui est typique d’un féminisme blanc je dois le prendre comment que cette féministe blanche conclut son livre en prenant Starhawk comme modèle type de sorcière féministe à suivre pour s’émanciper en tant que femme, non pas en se mettant à la magie mais en s’inspirant de son militantisme écoféministe sans visiblement être capable d’assimiler que dans la pensée de Starhawk les deux sont résolument indissociables et inséparables m’enfin ceci dit rien n’oblige personne à avoir une pratique magique en soi ce n’est pas vraiment ça le souci, le vrai problème c’est qu’en gros une blanche avec un lectorat majoritairement constitué de blanches fait un best seller d’un livre qui présente une juive comme un modèle et une inspiration pour des blanches, une ouvreuse de voie, alors certes ça a un côté positif ça évite d’être caricaturées de façon négative….sauf qu’au bout du compte on est pas du tout prises en compte en tant que sorcières juives et nos paroles en tant que cette catégorie de personne dont l’auteure dit que sa principale inspiration pour le bouquin y appartient est citée maximum une fois ou deux en un très long essai qui d’ailleurs ne laisse cette parole à aucune autre sorcière juive, résultat on est prise comme un modèle idéalisé sur lequel on ne tarit pas d’éloges mais c’est de l’antisémitisme « bienveillant » qui nous place sur un pseudo piédestal de en gros « déesses vénérées » placées trop au dessus des questions politiques pour vraiment participer au mouvement féministe dont ce que ça dit au fond c’est que la majorité des militantes féministes blanches le traitent comme leur propriété exclusive en prohibant son accès aux femmes pas blanches tenant un discours antiraciste qui dénonce   cette attitude général du mouvement qui ne fait qu’utiliser les femmes non blanches sans jamais les inclure vraiment dans ces luttes (dans la forme dominante du féminisme pas dans l’ensemble de ces sous courants plus marginaux dont certains consacrés aux intersections de luttes féministes et antiracistes sont dirigés par des femmes non blanches je le sais merci bien mais leur impact sur la société est bien moindre que celui du féminisme dominant blanc hélas). Et pourtant malgré tout ça et la tendance visible à prendre les déesses de celles des sorcières qui en vénèrent pour un genre de méga star dont le rôle se résume à être un modèle identificatoire féminin abstrait qui est une réduction très considérable et triste de ces dernières qui ont endossé pour celles qui ont cru en elles et y croient toujours ce sont des amies en majorité qu’elles perçoivent et traitent comme leurs amies de la vie quotidienne. La révérence face à la divinité est une spécificité monothéiste. Ceci dit des versions féministes des monothéismes ou Dieu est une femme existent aussi. Donc pourquoi des femmes blanches de culture chrétienne se sentent plus attirées aujourd’hui pour une partie d’entre elles par le culte de la « Déesse » des wiccanes tout aussi abstraite que le Dieu monothéiste plutôt que par la féminisation de ce Dieu où la revivification des cultes catholiques rendues à Marie qui malgré sa virginité est fréquemment traitée par de nombreux chrétiens telle une déesse mère? En général car l’éducation féminine chrétienne blanche contemporaine qu’elles ont reçu était d’un style si misogyne qu’elles l’ont viscéralement rejeté bien avant de découvrir l’existence de ces courants chrétiens aux interprétations alternatives et minoritaires féministes bien moins socialement visibles que les wiccanes dont la Déesse toute abstraite qu’elle soit est la divinité féminine contemporainement vénérée en Occident la plus connue, et la seule Déesse sans identité culturelle spécifique qui peut donc être vénérée par des blanches pas trop au fait d’une tradition magique particulière qui se cherchent une idole spirituelle sans qu’elles soient jamais inquiétées de ce que les sorcières traditionnelles n’y trouvent à redire sur leur façon de pratiquer et son adéquation ou pas avec leur culture particulière. La wicca est parfois considérée comme une branche du New Age parfois comme en étant proche mais séparée, elle est assez différente du reste du New Age mais elle s’y recoupe en effet pas mal mais son histoire étant différente je trouve plus cohérent de séparer ces deux courants, le New Age plus inspiré en général de spiritualités orientales et notamment du bouddhisme ne propose pas vraiment de déesse à idolâtrer en général et magie du chaos tend à laisser le praticien assez libre de vénérer ou pas des divinités à sa sauce perso donc n’impose pas de déesse spécifique d’où que la wicca, sous sa forme la plus connue et populaire en milieu féministe du moins car il en existe des versions très diverses aux panthéons hautement variables, a fort bonne réputation auprès des féministes en rejet du christianisme et en recherche spirituelle car elles ont vécu toute leur vie dans un monde où la divinité est un homme et comme elles l’avouent elles même la découverte d’une possibilité de puissance divine féminine positive et ça leur a fait un choc thermique car c’était leur premier contact avec ce type de figure vénérée dans le monde contemporain. Moi petite j’avais un côté très scientiste mais dans ma tête La Science et La Raison c’était des idées féminines, ça l’a toujours été, j’avais construit l’idée étant gamine que les hommes sont forts et courageux mais ne pensent pas et ne sont préoccupés que de leur gueule et les femmes sont faibles physiquement et peureuses mais intelligentes et généreuses et que c’est ce qui les rend égaux mais complémentaires. Vu qu’entre 0 et 3 ans je ne pensais que fort peu de façon genrée j’ai du former cette croyance vers 4 ans. Une vision certes influencée par le sexisme mais qui a fait que j’ai toujours pensé que le cerveau et l’intelligence étaient des qualités plus souvent féminines que masculines étant gamine et donc je n’ai jamais eu peur de montrer mes capacités dites intellectuelles (bon j’ai beaucoup réévalué la notion d’intelligence et l’ai énormément critiquée comme intrinsèquement validiste par la suite mais c’est pas vraiment le sujet ici). L’autisme a cela de bon qu’on intègre pas autant les normes sociales et donc les normes sociales oppressives que les femmes valides. Dès 5 ans j’ai été confrontée à des exemples de femmes courageuses donc j’en ai conclut que sur ce plan femmes et hommes étaient pareils et que la vrai différence était que les femmes réfléchissent et pas les hommes, ce dont le quotidien comme la fiction semblait à mes yeux d’alors offrir de nombreuses preuves irréfutables, mais que les femmes n’ont pas de force et sont donc protégées par des hommes sans cerveaux mais physiquement assez puissants pour les défendre, d’où qu’on était des égaux complémentaires, là aussi ce que je voyais autour de moi tant IRL qu’en fiction semblait me le confirmer. Dans ma tête cette protection était mutuelle car si on se bat pas et si on pense pas on meurt ce que j’avais déjà compris. Cela restait très sexiste mais bon c’était mon idée. Et puis surtout j’ai rencontrée ma première amie hindoue de cinq qui allait être importantes à des moments donnés de ma vie et c’est elle qui m’appris que des femmes vénéraient des déesses par sa pratique. Cela m’avait fait un choc à l’époque mais j’ai assez vite intégré l’idée en pensant à une de mes grands mères, une fervente catholique dont la vénération et l’image de la Vierge Marie lui donnait clairement un air de puissante Déesse Mère, elle m’en parlait plus souvent que de Jésus et de Dieu d’ailleurs. En clair l’idée d’une vénération possible par des femmes d’une divinité féminine je l’ai appris fort tôt et elle m’est apparue comme fort logique, et que des hommes vénèrent eux aussi des déesses ne m’a parut alors que tout naturel puisque des femmes vénèrent bien des dieux masculins. Mais bon étant déjà très rationaliste et en questionnement sur l’existence de Dieu qui ne m’avait jamais parut une évidence apprendre celle d’autres divinités concurrentes a surtout eu pour effet sur moi de renforcer mes doutes et mon agnosticisme tendant de plus en plus vers l’athéisme qu’à partir de 8 ans j’ai assumé pleinement. Mais bref donc j’ai su très tôt que les divinités féminines existaient donc quand j’ai appris l’existence d’une déesse féminine de la Wicca ça m’a rien fait du tout en fait surtout que des panthéons dont la déesse majeure est féminine, comme la déesse solaire Amateratsu dans le panthéon traditionnel japonais par exemple, j’étais au courant depuis l’âge de cinq ans que ça existait. J’imagine que le découvrir adulte quand on a une religion dans laquelle on a vénéré toute sa vie une figure d’autorité perçue comme masculine par son propre regard et qu’on s’aperçoit qu’autre chose est possible et notamment la vénération de déesses ça fait un choc particulier mais je ne l’ai jamais vécu donc je spécule et l’attrait de la wicca chez ce type de femmes est peut être du à des sources dont j’ignore tout. Mais bon la fascination pour la figure de la sorcière est sincère et avec elle la terreur qu’elle inspire aussi à l’auteure qui ne s’en cache pas, je n’ai jamais eu peur des sorcières autrement que car j’y voyais mon destin tout craché, le bucher ça a toujours été ça qui m’effrayait vraiment et me faisait faire des cauchemars dans les histoires de sorcières étant petite et bon si vous m’avez lu jusque là vous savez pourquoi. Mais au fond elle n’a pas tort on est bien forcées de guider les blanches sur la voie à suivre même si on aimerait bien avoir autre chose à faire ce système sexiste et raciste ne nous laisse pas vraiment d’autres options ou nous en laisse bien peu souvent d’autres et du coup que ce soit pour le perpétuer ou le détruire on se retrouve toujours à leur servir de bonniches au bout du compte. Cet aveu sincère de la part de l’auteure que cette fascination pour les sorcières s’accompagne pour elle d’une vraie terreur de celles ci trop libres à leurs yeux comme femmes donc effrayantes ça me parait être juste le reflet de leur peur plus globale des femmes pas blanches pour exactement la même raison, la femme blanche est le produit d’une histoire particulière qui en fait en gros un ornement, une statue de marbre symbole de la richesse du maître de maison lorsqu’elle est bourgeoise et une travailleuse espérant devenir une bourgeoises quand elle est prolétaire. La femme blanche bourgeoise a peur de tout car rien ne lui est autorisé de faire, la femme blanche prolo est prêtes à pas mal de compromis pour l’atteinte d’un idéal dont elle doute par recherche de sécurité en tentant de se marier à un bourgeois et de devenir une bourgeoise donc elle imite la bourgeoise blanche chaque fois qu’elle le peut et pas la femme pas blanche dont elle se sert comme bonniche pendant qu’elle travaille à son ascension sociale…mais toutes les femmes de toutes les classes s’y on en croit le succès de ce bouquin sentent bien que c’est de l’arnaque et que le chemin tracé par nous autres sorcières est la voie à suivre pour détruire le système et en reconstruire une société meilleure après c’est la peur et pas autre chose qui les retient de changer de position et de se mettre à la tache pour détruire l’ordre social sexiste qui empêche leur émancipation mais les femmes blanches galèrent à accepter, car elles nous admirent de loin comme des femmes faisant plein de trucs comme bien souvent nous on est moqueuse et méprisantes à leur égard les percevant comme des petites princesses jamais fichues de rien faire correctement. En effet leur blanchité les protègent des menaces qui pèsent sur nous les femmes ne l’ayant pas, la
violence et la mort brutale nous touchent plus souvent et durement et épargnent davantage les femmes blanches dont la blancheur est pour elle la meilleure des protections minimisant leurs risques de vivre les épreuves qui ne nous sont guère épargnées à nous femmes non blanches, devenir une sorcière c’est ce risquer à partiellement perdre ce privilège indéniable dans le schéma social actuel, la majorité
des blanches même attirées par l’idée ne le fait donc pas prenant le choix le moins risqué pour elle : être raciste et se servir de notre image pour se vendre entre elles une image de nous fantasmée histoire que les bourgeoises blanches piquent des sous aux prolos blanches en les faisant rêver de notre liberté qu’elles n’oseront jamais se donner car elles la désirent mais ne sont pas prêtes pour l’obtenir à lui sacrifier leur sécurité, qui leur est offerte par le racisme qui fait d’elles des trésors à protéger de nous autres gens pas blancs aux yeux des hommes blancs, surtout des hommes non blancs.

Et donc l’entretien de ces attitudes là ça passe entre autres par nous oublier volontairement des contributions à un livre qui parle de nous, le faire payer 18
balles, en retirer des centaines ou des dizaines de milliers d’euros de bénéfice qui finissent dans vos poches et probablement certes surtout dans celles de votre éditeur et dans aucune autre et surtout pas les nôtres par la suite c’est à dire continuer les vols capitalistes de nos cultures et l’appauvrissement de nous mêmes par un livre supposé servir à le dénoncer en profitant de ses privilèges de blanches bourgeoises pour se le permettre tandis qu’en écrivant la vérité sur ce sujet en partant de sa propre expérience on obtient pas un rond en ce qui nous concerne alors que la plupart d’entre nous autres
sorcières juives on est au chômage et en galère pour bouffer en France (je parle ici bien sur uniquement des juives qui se revendiquent sorcière ou praticiennes de magie qui sont minoritaire parmi les femmes juives et non pas des femmes juives dans leur ensemble) et le maintien de cette oppression économique et politique envers nous par ce féminisme blanc qui capitalise sur un fantasme de notre image participe de notre appauvrissement. Et malgré tout ça dans le souvenir d’enfance d’une image de sorcière qui a marqué sa jeunesse l’auteure est clairement sincère dans son admiration pour la sorcière en tant que femme de pouvoir et ce pouvoir féminin qu’elles ont abdiqué pour la blanchité elles en ont un certain regret que leur façon élogieuse de nous percevoir exprime mais qui ne s’étendra pas de lui même jusqu’à nous aider vraiment politiquement parce que la liberté ça ne s’obtient qu’avec des sacrifices et elles se refusent à en faire. Donc oui vu qu’on a pas le choix pour sortir cette société de la merde capitaliste ultra libérale où elle s’est mise on va continuer de les guider pas par goût mais par impossibilité de faire autrement. Pour l’instant au final je trouve qu’elle n’a rien compris du tout et donc je révise une dernière fois ma note pour son livre, cette fois c’est un zéro pointé. Je sais être dure avec l’auteure mais ceux qui ne vous disent que des mots gentils ne vous veulent pas du bien et la première étape d’une émancipation des femmes blanches, qui doit passer pour elles obligatoirement par la remise en question
de leurs attitudes et la disparition de leur propre racisme, c’est de leur faire prendre conscience de leur racisme et de la façon dont elles se comporte avec nous comme nos supérieures et non comme nos sœurs et leur faire entendre que la mise en place d’une authentique sororité passe par l’abandon de ce type d’attitude. Je pense qu’il est fortement probable que l’auteure se pense totalement innocente et n’ai absolument rien perçu de tout les problèmes qu’il y a dans son livre et que j’ai détaillé dans mon
avis sur ce dernier. Mais cette ignorance encore une fois n’est pas innocente, elle est ce qui perpétue le racisme des blanches à notre égard et donc ce système qu’elles veulent détruire en paroles mais n’ont de cesse de perpétuer par leurs actions. Donc oui notre rôle par rapport à elle c’est détruire leur innocence pour détruire leur ignorance, car on ne corrige pas un problème qu’on ignore avoir, une fois cette prise de conscience faite ainsi que le principe d’autogestion des luttes intégré (ça veut dire partir de ses propres expériences et besoin pour s’émanciper de soi même au lieu de vouloir à tout prix
sauver d’autres gens qu’on connait même pas et le faire n’importe comment aboutissant en général à les mettre plus en danger qu’avant l’enfer étant pavé de bonnes intentions, alors que si on part de ses propres problèmes on les connait et on est sur de s’émanciper réellement parce qu’on sait si on est plus ou moins libre qu’avant une fois qu’on a effectué des actions qu’on pensait permettre de nous émanciper davantage nous mêmes, en général pour les luttes des femmes le plus efficace c’est le schéma suivant de ce que j’en ai constaté : pour les bourgeoises ça veut dire s’attacher à détruire au maximum la misogynie de leur classe sociale de l’intérieur, pour les femmes blanches prolos ça veut dire participer aux mouvements de luttes des classes et faire le maximum pour y avoir une place politique devenant égale à celle que les homme y ont et pour
nous ça veut dire y participer aussi en faisant descendre les blanches de leur piédestal et étant à la recherche d’un poids politique qui égalerait minimum le leur dans l’immédiat même si l’horizon final est notre égalité politique réelle avec tout le monde évidemment et donc la destruction du capitalisme et la mise en place d’une société communiste par l’action révolutionnaire, tout en évitant à tout prix de faire une URSS 2.0 en étant hyper vigilantes sur les questions de libertés individuelles), donc je disais cette prise de conscience faite et la notion d’autogestion des luttes vraiment intégrée dans son
sens premier là les femmes blanches pourront commencer à avoir des luttes qui menacent plus le système qu’elles ne le servent, pas nécessairement en devenant sorcières même si c’est une possibilité à partir du moment où elles acceptent de recevoir un réel enseignement en la matière de la part de personnes ayant déjà une pratique magique, donc d’accepter de devenir les élèves d’un savoirs dont les enseignants
peuvent être de toutes catégories sociales mais dont l’origine historique provient en règle général de savoirs découverts et transmis par des femmes non blanches, ce qui serait en soi un progrès vu qu’alors elles apprendraient à accepter de vraiment se faire guider par nous vers la voie de construction d’un autre système possible et n’en aurait pas juste le vague fantasme ne servant que d’outil pour leur faire supporter leur oppression réelle tel que c’est le cas maintenant, mais qui peut aussi si la magie ne les branchent pas vraiment se faire de plein d’autres façons du moment que ces moyens servent vraiment à saper les bases du sexisme et du racisme et donc du capitalisme qui s’est construit dessus. C’est ce que l’auteure fait quand elle parle de problèmes qu’elle a vécu personnellement d’ailleurs donc je pense que ses critiques seraient nettement plus utiles si elle faisait ça tout le temps en fait. Là elle nous rendrait un véritable hommage ce qui est le contraire de ce qu’elle nous fait pour le moment. Mais bon je ne désespère pas de ne point être la seule à signaler ces problèmes et au bout d’un moment cet écho
lui reviendra peut être aux oreilles et lui fera peut être se rendre compte du souci et repartir sur de bonnes bases vis à vis de nous autres à partir du moment où elle aura compris n’avoir rien compris, il faut du moins l’espérer. Et oui je sais je finis sur un prêche de mes idées politiques qui peut être désagréable à lire mais l’essai étant politique et se donnant pour but la transformation de ce monde vers
de possibles lendemains meilleurs pour les femmes j’ai tenu à répondre sur le fond avec le même ton et horizon en tête. D’autant quand cette période de montée préoccupante et généralisée de l’antisémitisme je me mettrais en danger en ne répondant pas aux attaques quand l’état actuel où il est son livre fait à l’histoire des sorcières, et en particulier à celle qui s’y trouve presque totalement effacée des femmes juives qui l’ont été ou ont été accusées de l’être.

Et puis d’ailleurs c’est vrai que tant qu’on y est si vous pouviez arrêtez de nous dire sorcières de façon aussi vague et identifier les pratiques et traditions magiques précises et les cultures auxquelles elles s’attachent qui sont vraiment les nôtres ça nous ferait de sacrées vacances mais hélas on en est fort loin.

Et pour conclure cet article je vous propose des liens vers 8 vidéos de chansons crées par des femmes qui sont très différentes de moi et les unes des autres mais ont pour point commun d’avoir une pratique magique histoire que vous ayez des avis de sorcières vivantes et contemporaines sur la sorcellerie et son image populaire qui ne se résument pas à juste le mien et en exprime la diversité même si je dois hélas bien admettre ne pas avoir trouvé l’équivalent de ces vidéos en français et donc devoir vous en mettre uniquement en anglais ce qui m’agace beaucoup mais je n’ai pas pu faire autrement pour garder un ensemble cohérent (ce qui est surement du au blocage énorme au fait de laisser la parole aux femmes sur leurs propres pratiques dans ces domaines en France ce qui m’énerve profondément) :

Les enfants aiment quels genres d’histoires?

Parce que je continue ce blog finalement et j’ai décidé de recommencer avec un article au sujet léger car j’ai encore du mal à me remettre à écrire sur des sujets plus graves et plus politiques après ce qu’il m’est récemment arrivé (voir article précédent pour les curieux de ma situation). Donc du coup comme je suis en train de commencer une tentative de faire un bouquin de littérature jeunesse (qui ne sera jamais que ma millionième tentative de trouver quelqu’un qui veut bien me payer pour un travail autre que des trucs hyper précaires aux noirs où tu gagnes encore moins de thunes qu’avec le RSA mais bon apparemment j’ai interdiction sociale et quasi légale, si ils pouvaient je suis sure qu’ils le prohiberaient par la loi, de désespérer semble t’il même si toutes les précédentes se sont soldées par des échecs, chaque fois que je le souligne on me ressort les mêmes clichés éculés de c’est par les échecs qu’on apprend à réussir…oui mais je connais plein de gens embauchés du premier coup dont le taux global de connaissances en des domaines variés est très inférieur au mien et qui comme par hasard on trouvé un job du premier coup sans problème et qui sont TOUS blancs, valides, avec des parents pas plus pauvres que la moyenne, hommes, hétéros et cisgenres mais c’est surement le pur HASARD hein? Foutage de gueule quand tu nous tiens, bref fin du hors sujet ) et bien je me demandais quel genre d’histoire les enfants aiment vraiment et après quelques recherches de témoignages d’enfants sur ce sujet précis j’ai découvert que si globalement leurs attentes correspondent à peu près à ce qu’on en imagine car on a tous été enfants un jour et donc on se souvient quand même pas mal de comment on fonctionnait petits et ça nous fait une bonne base pour comprendre les enfants d’aujourd’hui qui dans le fond ne sont pas si différents de ceux d’hier et que donc les adultes comprennent en moyenne plutôt bien les enfants, il demeure que sur certains points on tend à beaucoup trop les sous estimer. En effet je pense sérieusement que plein de gens ne sont jamais sorti de leur mentalité d’adolescents de rejet de l’enfance comme « c’est nul je suis trop grand pour ces trucs de gamins maintenant » une fois adulte et que ce mépris de l’enfance et de tout ce qui y est associé qu’ils ont se répercute en un mépris des enfants eux mêmes qui fait imaginer qu’ils sont moins capables de saisir certaines choses qu’ils ne le sont vraiment. Et c’est ce qu’on va voir ensemble justement.

Donc dans les choses auxquelles on s’attend plutôt on découvre en lisant leurs témoignages que les enfants confirment aimer les histoires liés aux univers de rêves, aux aventures, à la fantasy, liées à des désirs (généralement pas sexuels) et à des histoires d’amitié. Quasiment tout les récits pour enfants contiennent ces thèmes donc je suppose que tout le monde s’en doute. Les enfants aiment aussi particulièrement les histoires avec beaucoup de passion, riches en rebondissement et en émotions, bref comme les adultes, et déjà ce point là même si il ne surprendra pas grand monde c’est quelque chose que j’ai énormément de mal à faire saisir aux gens qui méprisent le plus les enfants car à en écouter certains les gosses dans leur tête semblent être des consommateurs de récits complètement passifs et vulnérables prêt à aimer n’importe quel histoire pas trop compliquée et à qui on peut vendre tout et surtout n’importe quoi vu qu’ils n’ont aucune capacité à discerner la qualité des histoires qui leur sont contées. Rien n’est plus faux. Et certains éditeurs et auteurs ont d’ailleurs connu bien des échecs en tentant de vendre à des enfants des récits qui manquaient cruellement de fond intéressant ou de forme esthétiquement plaisante. Les enfants sont comme les adultes ils veulent des histoires intéressantes contées dans des formes belles, le plus souvent neuves (même si les vieux classiques sont clairement indémodables en littérature enfantine ce qui à mon avis est une bonne chose) et si possible originales. Autre chose qui me paraissait évidente même avant d’effectuer cette recherche mais qui semble difficile à faire comprendre à certaines personnes qui fort heureusement me semblent minoritaires, les enfants attendent aussi des récits qu’on leur offre qu’ils leurs transmettent des savoirs, des connaissances et la culture qu’ils ont hérités de leurs parents, qu’ils soit en mesure de satisfaire leur curiosité et de leur faire découvrir le monde et mieux comprendre les petits détails de leur vie quotidienne bref qu’ils les guident dans leur apprentissage de la vie et les fassent grandir avec toutes les cartes en mains pour comprendre cette bonne vieille Terre toute neuve à leurs yeux dont ils découvrent tout. Donc une bonne histoire pour enfant ne peut pas que se contenter de les divertir elle doit aussi être riche d’enseignements marquants et utiles pour eux où ils auront très vite fait d’en oublier l’existence, la plupart des gens semblent le savoir mais j’ai la tristesse de constater qu’une minorité tenace de personnes, parmi lesquelles se trouvent malheureusement certains parents, continue d’être persuadée que tout ce que les enfants aiment se résume à « un divertissement abrutissant ». Au lieu de juger aussi abruptement la passion d’un enfant pour une histoire à laquelle en tant qu’adultes on accroche vraiment pas je pense qu’il serait préférable de lui poser sincèrement et sans mépris ou jugement la question de pourquoi il aime cette histoire, la réponse a de fortes chance de surprendre par sa profondeur. On oublie trop souvent que les enfants ont une grande capacité à comprendre énormément de choses plus vite que les adultes et qu’il leur arrive souvent d’observer des subtilités qui nous échappent totalement. Autre point relativement évident pour la plupart des gens à mon avis mais qui semble ne pas être concevable à une minorité d’adultes, les enfants adorent les histoires qui leur permettent de découvrir qui ils sont, de se forger une identité, et aussi de découvrir qui sont les autres et comment on vit ailleurs, en quoi d’autres enfants lui ressemblent, en quoi d’autres sont différents de lui, qui il est, ce qu’il veut devenir quand il sera grand, tout ça ce sont des thèmes qui parlent beaucoup aux enfants de façon assez aisément compréhensible vu qu’ils sont en construction de leur identité. Cependant là aussi une partie des parents persuadés que les histoires sont inutiles et n’apprennent rien aux enfants sur la « vraie vie » vont interdire aux enfants de trop se plonger dans des récits imaginaires en étant persuadés en faisant ceci de rendre les horizons des enfants plus larges en les confrontant plus et plus souvent à la réalité mais la « réalité » à laquelle ils ont accès directement par le biais de leur vie quotidienne étant nettement plus restreinte que celle à laquelle les récits imaginaires leur donne accès nettement plus englobante (techniquement avec des livres de sa chambre on peut faire le tour du monde, avec son seul quotidien sans la fiction on fait juste le tour de chez soi et des environs alentours), résultat ce genre d’attitude restreint les horizons des enfants au contraire. Bon après ça c’est assez rare de trouver des parents avec des idées à ce point arrêtées, heureusement pas mal de best sellers des livres sur l’éducation des enfants fin des années 1970/début des années 1980 ont fait comprendre aux parents de la génération de nos parents que les histoires les enfants en ont besoin pour se construire et du coup on a pu y avoir un large accès et les enfants qui viennent après nous y ont accès à leur tour et c’est une situation très heureuse, mais il arrive que des partisans d’une vision plus traditionnelle et simpliste et disons le clairement fausse des enfants et de leur meilleure éducation possible comme étant dépourvue de lectures inutiles rôdent encore par ci par là et soit difficiles à subir pour leurs enfants et pour les adultes qui écrivent ou racontent des histoires pour les enfants.  Ceci dit contrairement aux sujets que je vais aborder maintenant tout ça la plupart des parents ont intégré que c’est ce que les enfants recherchent dans les récits qu’ils aiment.

Première idée reçue démontée par les témoignages des enfants sur ce qu’ils aiment : les enfants seraient des petites choses fragiles à protéger de tout ce qui est sombre ou cruel ou qui fait un peu peur. Les enfants ne vivent pas prisonniers dans des tours d’ivoires ou des cloches de verre, ils sont très vite conscients que le monde des Bisounours est en décalage considérable avec le monde réel.  Ils l’ont généralement appris avant d’avoir l’âge de regarder les Bisounours d’ailleurs que le vrai monde est loin d’être toujours rose. C’est même probablement pour son aspect douce fantaisie où contrairement à en vrai tout se passe globalement toujours bien qu’ils aiment ce genre de série étant petits. C’est d’une part pour ça et d’autre part car la fixation d’un âge précis auquel lire tel ou tel récit m’a toujours semblé un formatage absurde et très imprécis chaque personne, enfant comme adulte, étant différente et choquée ou pas par des choses très différentes qu’en soi l’idée de ranger des histoires dans la catégorie « pour enfants », « pour adulte » ou « pour ados » m’a toujours paru assez ridicule. D’ailleurs une bonne histoire est agréable à tout les âges, prenons le plus ancien conte, Le Petit Chaperon Rouge, la plupart des adultes adorent cette histoire pourtant catégorisée « enfantine » car elle a des thèmes relativement universels et intergénérationnels et car c’est une bonne histoire tant sur le fond que sur la forme comme toutes les histoires pour enfant qui restent dans la mémoire avec le temps même en grandissant. Encore plus absurde, et pourtant si commun, vouloir cacher aux enfants tout ce qui existe comme violence dans le monde et donc tenter de leur dissimuler l’existence de la mort. Les enfants se rendent vite compte que tout ce qui vit meure et adorent les histoires un peu sombre, un peu glauque ou un peu violentes à leur portée écrites par des gens qui savent qu’ils ne vont pas fondre comme des glaces au soleil en les regardant, principalement car ils se sentent plus respectés par les gens qui ne leur cachent pas ces aspects du monde que par des personnes qui veulent leur bander les yeux face à ces choses de la vie et pour qui « protéger leur innocence » revient surtout à préserver leur ignorance et le pouvoir et le contrôle sur leur vie d’enfants allant avec celle ci. Et aussi et surtout ils adorent les histoires qui leur parlent de la mort car ils sentent bien que c’est un sujet grave, important et tabou qui fait peur et dont on leur parle peu et ils veulent savoir pourquoi tout simplement tant qu’ils ignorent ce que c’est en détail et une fois qu’ils l’ont compris pour les mêmes raisons que les gens plus âgés aiment les histoires avec des morts, ça conjure la peur de la mort et ça nous permet de mieux nous confronter à sa réalité que de voir la façon dont elle est abordée par des personnages de fiction.Hélas trop de parents ont peur de traumatiser leurs enfants et leur refuse l’accès à tout les récits pas suffisamment niais et aseptisés à leur goût, résultat quand adolescents ils découvrent à quel point le monde peut être dur le choc n’en est que plus rude.

Autre point que les parents ont du mal à comprendre, les enfants aiment les histoires d’amour, en général ils apprécient peu qu’elles soient centrales au récit mais ils les comprennent et oui comme les adultes ils sont capables de saisir ce que les récits leur apprennent de ce sentiment, pas mal de grands enfants s’y identifient même beaucoup ayant déjà été amoureux et on a beau être dans le déni complet côté adulte des amours d’enfance et de leur valeur ils existent bel et bien, aussi même si sauf enfants très précoce, c’est plus de la curiosité qu’autre chose en général les enfants aiment les histoires « documentaires » qui leur parle de sexe et en gros plus que l’école leur serve de guides d’éducation sexuelle, surtout à la fin de l’enfance car bon « comment on fait les bébés », « pourquoi j’ai pas le même corps qu’un adulte, il va se transformer quand et comment? », « c’est quoi faire l’amour? » au bout d’un moment les enfants ont envie de le savoir et c’est bien naturel. Je suis partisane de leur dire la vérité sur ces sujets dès qu’ils posent d’eux mêmes ces questions parce que bon le sexe fait partie de la vie et le tabou religieux autour met plus d’enfants en danger qu’il n’en protège. En plus les enfants qui en savent davantage sur le sexe plus tôt que les autres ne sont pas forcément plus précoces que les autres en la matière juste mieux armés pour comprendre ce dont on parle quand on parle de sexe, et plus prêts pour le jour où ils passeront aux travaux pratiques dans le domaine. Ou pas d’ailleurs l’asexualité, comme toutes les sexualités minoritaires étant des sujets dont il est toujours délicat de parler en littérature jeunesse à cause des parents qui souvent interprètent ça comme de la débauche de la jeunesse mais qui fait partie de la vie et qu’il vaut mieux aborder assez tôt pour que les enfants qui en grandissant se découvre d’une sexualité minoritaire ne se sentent pas complètement perdus et anormaux et aient des modèles auxquels se référer et quelques informations de base sur leur identité sexuelle histoire de vivre leur sexualité au mieux une fois devenus grands. D’ailleurs les enfants même quand ils ne sont pas intéressés personnellement par ces sujets semblent globalement réagir positivement et avec curiosité quand on leur apprend l’existence de l’homosexualité par exemple, les enfants ordinaires ressortent de leur premier contact avec le sujet content d’avoir appris un nouveau truc et les enfants qui ont des amours pas hétéros parce que ça existe aussi bien sur sont très rassurés d’apprendre ne pas être seuls et que ça a un nom alors où est le mal? Franchement la « protection de l’enfance » a bon dos bien souvent et serait plus honnêtement baptisée « protection des valeurs morales des parents cathos d’extrême droite » dans la plupart des cas.

Troisième point : Les enfants aiment les histoires de personnes atypiques même si les parents font tout pour les en éloigner au prétexte fallacieux que c’est « trop dur » pour des enfants…dont certains sont eux mêmes atypiques cas dans lequel cette idée est particulièrement absurde, et pour en avoir été moi même je trouvais l’idée assez insultante « comment ça je suis trop dure à regarder pour les autres personnes de mon âge car je fais trop peur? »…je peux vous assurer que cette attitude des adultes envers moi me choquait bien plus que ne le faisait les récits les plus traumatisants que j’ai pu voir à l’époque. En plus les enfants sont moins corsetés de normes sociales que les adultes et plus prompts à expérimenter leurs émotions les plus vives sans distanciation, résultat beaucoup d’enfants même valides s’identifient aux histoires de personnes en dépression car c’est une amplification d’une situation assez proche de celle qui est la leur quand ils sont très tristes et qu’en général ces histoires se finissent bien et leur permettent de garder espoir face aux difficultés de la vie. Cacher les personnes atypiques et les enfants atypiques aux enfants valides c’est perpétuer le validisme, les cacher aux enfants atypiques c’est mettre leur vie en danger directement en leur faisant intégrer l’idée qu’ils sont des monstres indignes d’être montrés au regard des gens normaux. Bref cette attitude très commune de parents qui ne reflète absolument pas le désir des enfants qui sont curieux de tout et donc de ce que sont les atypies aussi est vraiment une chose que je tiens à faire changer car c’est un grave frein à l’antivalidisme dans notre société.

Dernier point : Les enfants adorent les histoires qui par certains côtés, généralement en leur parlant de pouvoir et de rapports de force, sont assez directement politiques, car ils ont beau ne pas pouvoir voter ils se rendent bien compte que leur inaptitude politique est la raison première pour laquelle leur avis n’est jamais pris en compte et du coup bah plus on leur donne d’outils pour comprendre ce qu’est la politique plus ils sont contents et le coup de « ce sont des affaires de grandes personnes » ça ne les trompent guère, cela leur parait évident que c’est une excuse d’adulte pour maintenir ce pouvoir de décision que donne la politique pour eux tout seuls et éviter que les enfants ne décident de quoi que ce soit. Bon après c’est sur les enfants manquent de beaucoup de connaissances pour juger de la situation politique correctement mais la faute en revient aux mêmes personnes qui encourage leur ignorance dans certains domaine et retardent autant qu’ils le peuvent l’âge de leur politisation donc bon c’est bien la peine de préserver l’ignorance des enfants pour se plaindre qu’elle est excessive ensuite. Sans compter l’arbitraire fort de l’âge du droit de vote. J’avais une maturité politique assez proche à 17 ans d’à 18 ans et en dehors d’une norme arbitraire je vois pas bien ce qui faisait qu’à 17 ans j’étais jugée inapte au vote et à 18 ans j’étais adulte par la grâce des 18 bougies sur mon gâteau d’anniversaire donc le droit de donner mon avis sur lequel de nos bureaucrates incompétents mettre au pouvoir dans notre « démocratie ». Et pour ce qui est d’avoir un recul critique sur la politique, la phrase précédente j’aurais pu l’écrire à 16 ans et  je connais des adultes qui croient encore sérieusement en la démocratie française (et après ça trouve insupportables d’irréalisme des gens qui croient aux licornes ou aux Père Noël…je sais pas la fête de fin d’année vient tout les ans et les licornes ressemblent à des chevaux avec des cornes donc on pourrait y croire après tout les ornithorynques existent et ils sont tout aussi bizarrement fichus…la démocratie française elle comment dire…on ne l’a jamais vu et ses effets sont imperceptibles tu m’étonnes qu’on en doutes), du coup cela m’étonnerait beaucoup que les gosses soient tellement plus mauvais que les adultes en politique. Et puis en matière de compétence politique quand on a mis Macron au pouvoir on ferait mieux de faire profil bas et de pas trop se vanter cher adultes « responsables » je dis ça je dis rien.  En plus il y a des pays où l’âge de vote c’est 16 ans et d’autre où c’est 21 ans ce qui prouve bien l’arbitraire large de la chose. Et à 15 ans est ce qu’on est vraiment moins politiquement mature qu’à 16 ans? J’en doute fortement. Par contre je sais bien que plus on est jeune en moyenne plus on tend à être à gauche, j’ai bien peur que ce soit juste par conservatisme et refus de voir la gauche gagner des voix que la droite refuse complètement la majorité politique à 16 ans ici.

Bilan : Les enfants veulent qu’on leur parle de tout et n’aiment pas qu’on leur cache des choses et ont globalement des recherches en terme d’histoire ceci excepté relativement similaires à celles des adultes. Je crois qu’il est temps que sans oublier que l’enfant n’est pas un adulte en miniature comme on nous l’a maintes fois rabâché on n’oublie pas non plus qu’enfants et adultes se ressemblent néanmoins pas mal sur beaucoup de plans, bref en conclusion il faut trouver un juste milieu entre priver un enfant de son enfance en le faisant grandir trop vite et lui faire subir de grandir dans une prison dorée. Quelques parents font la première erreur mais de nos jours la plupart commettent la seconde alors je pense que l’urgence c’est d’arrêter de rendre les enfants niais et commencer à leur donner le respect qu’ils méritent et réclament.

Cela me remémore une histoire qu’on m’a contée enfant et qui m’avait beaucoup marquée sans doute pas par hasard tiens :

Siddhārtha Gautama grandit dans le luxe. A 29 ans, il demande à son conducteur de char, Channa de l’emmener hors de la cité sans l’autorisation du roi. Pendant son voyage, il voit des scènes qui changent sa vie, il découvre la  maladie, la vieillesse et  la mort qui frappent tous les hommes et dont on lui avait jusque là caché l’existence pour protéger son bonheur de prince jeune, beau et ayant beaucoup d’argent. Puis il rencontre un homme errant, il en est très troublé et décide de devenir moine au lieu de rester « riche ».

Il renonce à tous les privilèges, désireux de connaitre le vrai sens de la vie. Après six ans de méditation, il trouve les réponses recherchées et devient le « Bouddha », c’est-à-dire celui qui a atteint l’ « illumination », le nirvāna. C’est à dire le bonheur absolu et donc l’extinction des désirs.

(histoire résumée retrouvée sur un genre de wikipédia pour enfant)

J’ai failli perdre mon mari.

Oh non il n’a pas essayé de me tromper, il n’a pas été insupportable au point que je me barre, ce n’est pas ça…je veux dire qu’il a manqué de peu de mourir, deux jours de suite, il y a peu. Et j’ai du mal à m’en remettre, et lui d’autant plus vous vous en doutez. Bon je l’ai épousé en sachant pertinemment que c’était pas le jeune homme avec la meilleure santé du monde certes mais sans vouloir offenser les plus âgés de mes lecteurs ça m’a quand même fichu un sacré choc de comprendre qu’un mec de mon âge pouvait partir si vite comme ça sans rien qui le signale avant. Je veux dire oui il était pas très en forme ces derniers temps mais extérieurement il semblait pas à ce point mal et j’ai toujours du mal à réaliser qu’il a survécu de justesse. Et pire, à présent…je ressens vivement ce qu’on m’a dit, que sauf coup de chance phénoménal au mieux il lui reste quatre ans d’espérance de vie et que même si il est stabilisé maintenant on est pas 100% à l’abri qu’il parte avant ce délai. Ce genre de choses on est triste quand ça arrive à nos grands parents mais on comprend. Là me dire qu’il a le même âge que moi et on doit affronter ça…c’est injuste que j’ai envie de gueuler sur tout les toits.

Drôle de coup que ma fait la vie cette saloperie quand même, je tombes sur le gars parfait on s’entend merveilleusement bien, et d’un coup j’apprends qu’il aurait pu partir pour toujours et que j’ai failli même pas avoir pu être là et être au courant de cela au moment des adieux tu parles d’une nouvelle. Traumatisant ça l’a été et ça a réactivé pas mal de mauvais souvenirs, car sans entrer dans le détail si des gens n’avaient pas été très validistes et très racistes avec lui ces derniers temps au point de vraiment l’épuiser je pense qu’il ne se serait pas affaibli autant, pas jusqu’à en être vraiment en danger. Fatalement je pense à toutes les choses que moi j’ai vécu aussi, à tout ce qui est précieux et à faire dans la vie avant de quitter ce monde mais…en vérité on fait des listes de trucs à faire avant la fatalité de plusieurs kilomètres puis le quotidien nous rattrape au point que quand on parvient à en cocher certaines cases on se dit qu’on a bien de la chance.

J’aurais pu connaître toutes les étapes d’une vie à deux jusqu’à la dernière en version ultra accélérée sans que mes parents en sache rien ça fait bizarre quand même, merde les siens le savent et m’acceptent maintenant mais les miens…rien à faire ils voient bien qu’on est devenus proches mais ils n’ont aucune idée d’à quel point, et vu que même en croyant qu’on est juste des gens qui s’entendent très bien ça ne les empêchent pas de faire le concours de racisme antiasiatique dans son dos à la moindre occasion euh vu la situation comment dire, j’ai vraiment pas envie de lui imposer en plus une belle famille dans le genre à fréquenter au quotidien. Ils savent qu’on est très amis réunis par des passions communes, ils ne savent rien sur ce qu’il y a de plus entre nous ni sur son état de santé…déjà que je galère pour leur faire retenir son prénom, bref…laisse tomber le soutien de la part de ma famille quoi mais garder seule en silence des secrets pareils et bah ça finit par me peser en fait sans doute ce pourquoi je ressens le besoin d’en parler ici bien que du fait de cette situation et aussi plus loin dans le temps d’un certain manque d’inspiration et d’envie pour maintenir ce blog ces derniers temps je n’y écris plus grand chose. Je me sens nulle de ne rien trouver d’intéressant à vous dire mais c’est ainsi et puis si je parles de trucs horribles je déprime les gens si je leur parle de choses positives j’ai l’impression de leur forcer mon bonheur en pleine figure assez violemment du coup je m’interdis un peu tout comme type de texte en fait…où alors c’est juste des excuses qui cachent ma démotivation? Je ne suis pas bien sur de trop le savoir moi même. En tout cas maintenant si vous vous demandiez pourquoi c’est un peu mort dans le coin vous le savez désormais, j’aurais au moins eu le courage de prendre la responsabilité d’informer mon lectorat de la raison de cette situation même si je n’ai toujours aucune idée de comment elle va se régler ou pas et sincèrement de si ce blog va continuer ou non. Pour l’instant il est plus ou moins en pause comme vous pouvez de vous même le constatez.

Du coup j’essaye de passer un maximum de temps avec lui, d’autant qu’il a toujours été du genre pot de glu qu’il faut beaucoup rassurer et qui déteste être tout seul et vous vous doutez que dans un tel état de stress ça ne s’est pas bien arrangé. Et j’aimerais pouvoir dire que je suis digne et un bon soutien pour lui et qu’on est plus aimant que jamais…mais Lol, la vérité aussi difficile qu’elle soit pour moi à admettre car j’en culpabilise énormément, c’est qu’avec tout le stress que la situation induit on s’est jamais autant disputé et on a jamais été autant les nerfs à vifs que ces derniers temps. Il faut dire être quasiment tout le temps avec quelqu’un c’est épuisant même quand on l’aime énormément, d’autant plus quand la personne en question ne peut pas toujours faire grand chose. Désolée à tout les gens mourants de la Terre mais vu qu’on cache trop aux proches à quoi s’attendre dans ces cas là je me sens obligée d’exprimer les difficultés de ces situations qu’on  cache bien souvent au nom des conventions sociales mais qui sont belle et bien là.

Oui ces derniers temps j’ai trouvé d’être tout le temps avec lui particulièrement étouffant, ma solitude m’a beaucoup manqué, ma sociabilité avec d’autres gens aussi car à trop se voir parfois on ne se supporte plus même quand on s’aime toujours autant, et j’admets ça a mis notre relation a rude épreuve tout ça, je ne suis pas fier de moi et je m’en veux beaucoup surtout vu la situation où on est mais très franchement…j’ai failli partir. J’entends déjà les reproches de certains d’entre vous « quoi espèce de connasse comment tu oses penser à quitter un mec dans cette situation? » « Et ça se dit antivalidiste mais ça reste même pas aux côtés d’un mourant ça a les pensées qui vagabondent ailleurs, non mais t’as pas honte? » ou peut être suis-je la seule à me dire ça à moi-même et vous pensez complètement autre chose en me lisant, allez savoir, qu’importe à vrai dire, la réalité est pire, en vrai non seulement j’ai failli le faire à mon gars dans une telle situation mais en vrai j’ai failli le faire à cause de cette situation, je pense sincèrement que sans ça je n’aurais rien pris comme recul et on aurait continuer notre vie ensemble tranquillement seulement…la partie la plus égocentrique de la personne que je suis n’arrête pas de se dire « je suis jeune et en bonne santé, enfin plus que lui du moins, mais j’ai 26 ans quand même, j’ai plus exactement la vie devant moi c’est l’heure des choix et j’ai pas à m’infliger de vivre des événements si durs maintenant alors que je ne suis pas capable du niveau de soutien qu’il m’impose »…et lutte constamment avec la partie la plus amoureuse de lui qui demeure vive en moi malgré tout ça et qui se dit en bonne niaise trop romantique « non c’est mon devoir de rester aux côtés de mon amour jusqu’au bout même si c’est dur, je le sais depuis le début que c’est lui pour la vie, et si cette vie est condamnée à être courte tant pis, éphémère ou pas, mon seul et unique Prince Charmant restera lui, je ne me remarierais pas, il restera l’amour de ma vie pour toujours »….sauf que la partie la plus réaliste de moi se met aussi à me titiller quand je pense ça « tu veux vraiment enterrer ta capacité d’être amoureuse en même temps que lui? tu voulais pas quelqu’un à tes côtés pour la vie? Un mari que ta famille approuves? Et des enfants? »…oui tout ça est vrai, encore que la dernière partie les enfants ils en veut davantage que moi à vrai dire et je commences à être un peu âgée pour en faire non? Enfin j’en ai déjà d’adoption et puis j’ai toujours eu une personnalité à être la « maman » de mon groupe d’amis de toutes les façons donc que j’ai ou pas des enfants sortis de mon propre ventre que comme tant d’autres femmes j’élève de la naissance à la fin de ma vie ce n’est peut être pas si important…alors pourquoi ça me manque autant? Est ce juste pour cocher la case « mari+enfants » du schéma familial standard qu’on nous impose à tous? Pour me sentir moins à l’ouest des conversations courantes des gens de mon âge autour de moi qui ne font que parler de leurs premiers bambins naissants et de leurs débuts dans leur métier qui sera probablement le leur à vie alors que moi…atypique comme je suis tout cela semble bien parti pour être quelque chose qui m’est inaccessible pour toujours même si j’aurais bien aimé l’avoir? Suis-je à ce point conventionnelle que je ne peux pas m’empêcher de rêver de telles banalités? Je me fais moi-même enrager de m’en rendre compte. Cependant voilà lui sauf un miracle il aurait beau avoir adoré en avoir et bien à priori il ne pourra pas, et on se voit de toutes les façons pas imposer à un éventuel futur gosse de voir son père partir à quatre ans à peine âge où on vient tout juste de capter le concept de mort et que la vie ne dure pas toujours, c’est vraiment trop tôt, et puis avec nos sous inexistants d’artistes amateurs sans un rond et nos difficultés de gens atypiques à déjà nous occuper de nous mêmes sans nos parents derrière comment on ferait pour s’occuper d’enfants? On ne pourrait pas sans aide. Oui et j’admets que ces derniers temps j’ai eu beau m’en empêcher difficile pour moi de ne pas arrêter mes yeux sur des hommes de plus solides constitutions et plus « normaux » à qui je ne déplaisais pas….difficile même de m’empêcher de flirter un peu avec, bon ça n’est jamais allez plus loin et j’ai fini par tous les rembarrer sèchement et froidement quand ça devenait un peu trop sérieux en me remémorant qu’au final c’est lui que j’aime au bout du compte et pas un autre et que tout ça ce n’était que des envies passagères nettement moins sérieuses, des envies d’évasion d’un quotidien trop dure pour une adulescente telle que je suis trop peu mature pour gérer convenablement des situations aussi dure sans faire n’importe quoi, je sais ce n’est pas une excuse. J’ai trop honte.

Et pourtant que d’hésitations. Face à un homme dont la santé décline. Les appels des amis « oh mais tu es pessimiste il ne va pas si mal que ça tu en rajoutes trop », « allez viens t’amuser ». Pour apprendre le soir que tu aurais pu ne plus le revoir. L’insouciance des jeunes adultes supposée si caractéristique de ma génération, je l’ai appris cette fois là, désormais elle m’est interdite. Et il me frustre un peu même si je sais bien que ce n’est pas de sa faute car j’ai l’impression qu’il me fait grandir trop vite…même si en même temps et paradoxalement je me sens bien plus gamine et irresponsable sur bien des plans pratiques que la plupart des femmes de mon âge. Cela et le fait que bah il a beau être très doué au lit, il n’en a plus toujours l’énergie et moi qui suis un peu une obsédée du cul c’est dur pour moi ça aussi. Je me sens horrible de parler de détails aussi peu important alors qu’au fond ce qui compte c’est lui et notre relation et c’est normal de faire passer tout ce que je détaille ici après son partenaire qui risque de mourir mais voilà la vérité sur laquelle je suis tombée après quelques recherches web « un couple sur deux divorce après l’annonce du cancer d’un des deux partenaires ». Pour les autres situations d’annonce du risque de morts d’un deux partenaires je suppose que les chiffres sont similaires. Il faut dire que personne ne vous prépare à tout ce qu’il faut mettre de côté pour soutenir quelqu’un qui à une épée de Damoclès au dessus de la tête. Tout ce à quoi il faut dire adieu jusqu’à l’instant fatidique. Enfin il y a encore de l’espoir que ces difficultés finissent mieux que je ne le crois pour lui bien qu’il soit mince je m’y accroche mais c’est difficile de trouver l’équilibre entre un excès de pessimisme qui me ferais tout abandonner et un excès d’optimisme qui m’aveuglerait complètement sur la situation telle qu’elle est réellement. C’est difficile d’être toujours dans l’incertitude, on attend de toutes ses forces l’annonce d’un « oui c’est bon il vivra » ou même d’un « non c’est foutu, dites lui adieu » qui aussi affreux qu’il semble et toujours mieux, du moins pour moi qu’un « on ne sait pas, il faut voir et attendre et garder espoir » qui lui rend bien difficile de construire des projets d’avenir…déjà que de base c’est une chose pour laquelle je suis particulièrement mal douée, et puis comment on veut que je me choisisse un travail avec certitude, que j’y rentre et que j’y sois à fond quand j’ai vraiment autre chose à penser franchement? Et puis à chaque refus après entretien d’embauche toujours la même fichu excuse (bon en vrai c’est non trop autiste goodbye 99,9% du temps ce que pense l’employeur éventuel mais jamais il n’osera me le dire en face histoire que je puisse pas m’en sortir à coup de coller des procès pour discriminations non plus bref) « oh mais vous êtes jeune, vous avez la vie devant vous hein », tu parles, j’ai toujours trouvé cette phrase tout particulièrement idiote mais maintenant elle me rend plus amère que jamais et « faire un effort » de chercher du boulot actuellement pour moi ça se résume à l’entendre en boucle des milliers de fois après des milliers de refus. J’en ai marre je ne rêve que de coller des beignes à tout ces tocards mais leur position sociale me le rend impossible c’est super soulant.

Mon homme malgré le fait que sa pâleur cadavérique qu’il a parfois la rend un peu fantomatique a cependant conservé toute sa beauté et sa gentillesse, toute sa conversation aussi, du moins quand il y est apte, mais avec la fatigue fréquente il lui arrive de ne pouvoir faire rien du tout ou pas grand chose et il a quand même besoin de moi à ses côtés à ces moments là…et je reste mais un peu comme avec ma grand mère ça a un côté forcé et il m’arrive de me faire beaucoup chier dans ces moments là. Hésitation encore, après tout le bonheur et la joie qu’il m’a donné au début…rester auprès de lui même si le voir comme ça me rend malheureuse et triste c’est dur, j’ai toujours des étoiles dans les yeux chaque fois que je le vois mais…depuis elles s’accompagnent toujours d’un douloureux pincement au cœur.

Et pourtant malgré toutes ces difficultés j’ai hésité, je me suis questionné, longtemps, c’est pas passé loin de tuer notre relation mais ça y est j’ai pris ma décision, je reste à ces côtés, pour toujours, tant pis pour tout ce que j’y sacrifie, j’ai pesé le pour et le contre et il le vaut vraiment, c’est vraiment à ce point là que je l’aime. Tant pis si j’abandonne quasiment tout pour vivre mes quatre prochaines années ou moins ou plus à ses côtés. Je le lui dois. Je ne sais pas vraiment si je fais le bon choix. Seul le temps peut me le dire. Mais c’est mon choix. C’est marqué dans le contrat après tout « jusqu’à ce que la mort nous sépare ». Je l’ai promis et je m’y tiens. Bien que ça me mine car cela demande une force que très honnêtement je n’ai pas. Aimer c’est un verbe, ce n’est pas une question de ce qu’on pense ou de ce qu’on ressens au bout du compte dans une relation amoureuse ce qui compte c’est ce que l’on fait. Alors j’ai fait le choix de rester à ces côtés et advienne que pourra.